Rendez-vous

Rejouer


LES DERNIÈRES ÉMISSIONS

À L’AFFICHE !

Maria Callas par Maria Callas

En savoir plus

REVUE DE PRESSE

"Vertige catalan"

En savoir plus

LE JOURNAL DE L'ÉCO

Malgré les protestations, le Ceta entre en vigueur

En savoir plus

REVUE DE PRESSE

"Emmanuel Macron face à la rue, acte 2"

En savoir plus

CAP AMÉRIQUES

Mexique : la capitale frappée par un séisme meurtrier

En savoir plus

L'ENTRETIEN

"Nous voulons organiser le référendum au Kurdistan irakien de manière pacifique"

En savoir plus

LE JOURNAL DE L’AFRIQUE

Togo : 1 mort, 25 blessés dans les manifestations

En savoir plus

UN ŒIL SUR LES MÉDIAS

Le PS sans abri

En savoir plus

ICI L'EUROPE

Carles Puigdemont : "La porte est ouverte pour dialoguer avec Madrid"

En savoir plus

EUROPE

UE - Turquie : les expulsions collectives de migrants sont illégales, selon l'ONU

© Fabrice Coffrini, AFP | Le Haut-Commissaire de l'ONU aux droits de l'Homme, Zeid Ra'ad Al Hussein, le 29 février 2016 à Genève.

Texte par FRANCE 24

Dernière modification : 10/03/2016

Le Haut-Commissaire des Nations unies aux droits de l'Homme, Zeid Ra'ad al-Hussein, a appelé L'UE à inclure des mesures plus humaines dans l'accord en gestation avec la Turquie, qui propose de reprendre les migrants arrivés en Europe.

Le Haut-Commissaire de l'ONU aux droits de l'Homme s'est alarmé, jeudi 10 mars, des expulsions collectives de migrants figurant dans le projet d'accord entre Ankara et l'Union européenne (UE). Un texte qui prévoit notamment de renvoyer les demandeurs d'asile syriens vers la Turquie.

"L'ébauche d'accord entre l'Union européenne et la Turquie soulève un certain nombre de graves inquiétudes [...] Je suis notamment préoccupé par les possibles expulsions collectives et arbitraires, qui sont illégales", a déclaré Zeid Ra'ad Al Hussein, devant le Conseil des droits de l'Homme des Nations unies à Genève. "Les restrictions aux frontières" qui ne prennent pas en considération le parcours de chaque individu "violent le droit international et européen", a-t-il insisté.

Réactions de migrants au projet d'accord

"Aujourd'hui, en violation des principes fondamentaux de la solidarité, de la dignité humaine et des droits de l'Homme, la course visant à repousser ces personnes s'accélère", a déploré Zeid Ra'ad Al Hussein, tout en soulignant "la générosité" avec laquelle l'Allemagne a accueilli environ un million de migrants l'an passé, et les "efforts" de la Grèce, en 2015, pour éviter qu'ils soient détenus ou refoulés.

Une plaidoirie pour des mesures "plus humaines"

Il a également indiqué qu'il comptait discuter de ces questions avec les responsables européens lors de sa visite à Bruxelles au début de la semaine prochaine, avant le sommet européen des 17 et 18 mars. En amont de cette rencontre, il a d'ores et déjà appelé l'UE à "adopter une série de mesures bien plus respectueuses du droit et plus humaines", alors que les ministres de l'Intérieur des pays de l'UE se réunissent jeudi à Bruxelles. "Tout renvoi de personne doit se faire en conformité avec les droits internationaux de la personne humaine", a-t-il estimé.

>> À revoir sur France 24 : Crise des migrants : esprit européen es-tu là ?

L'ébauche d'accord sur les réfugiés entre Ankara et l'UE s’était déjà attirée des critiques de l’ONU mardi. Le volet le plus spectaculaire de ce projet, contesté par les ONG et qui ne fait pas l'unanimité parmi les 28, verrait Ankara accepter la réadmission de tous les migrants arrivés clandestinement, via son territoire, en Grèce, y compris les Syriens qui fuient la guerre dans leur pays.

En échange, les Européens s'engageraient, pour chaque Syrien renvoyé, à transférer un réfugié syrien depuis la Turquie vers le territoire de l'UE. Ce principe du "un pour un" est présenté comme un moyen de dissuader les migrants de tenter la périlleuse traversée vers les îles grecques de la mer Égée et d'en finir avec les réseaux de passeurs.

© Agence Ide

Avec AFP et Reuters

Première publication : 10/03/2016

  • CRISE MIGRATOIRE

    L'ONU s'inquiète du projet d'accord UE-Turquie sur les réfugiés

    En savoir plus

  • CRISE MIGRATOIRE

    Sommet UE-Turquie : le “demi-succès” d’Angela Merkel

    En savoir plus

  • UNION EUROPÉENNE

    Migrants : l’UE salue les propositions turques et se donne 10 jours pour un accord

    En savoir plus

COMMENTAIRE(S)