Rendez-vous

Rejouer


LES DERNIÈRES ÉMISSIONS

DEMAIN À LA UNE

Guerre au Yémen : Paris organise une conférence humanitaire fin juin

En savoir plus

DEMAIN À LA UNE

Migrations, sécurité et Brexit : les Européens réunis fin juin à Bruxelles

En savoir plus

L'ENTRETIEN

L’État turc est "extrêmement faible", selon l'historien Edhem Eldem

En savoir plus

L’invité du jour

Turquie : "Des fraudes sont possibles, mais qui ne remettent pas en cause le résultat"

En savoir plus

L'INFO ÉCO

L'économie turque en surchauffe

En savoir plus

Pas 2 Quartier

La ferme plutôt que du ferme

En savoir plus

DANS LA PRESSE

"Déclassifions les archives sur le génocide rwandais"

En savoir plus

DANS LA PRESSE

Crise migratoire en Europe : le "crash test" ?

En savoir plus

LE JOURNAL DE L’AFRIQUE

Côte d'Ivoire : l'eau coule à nouveau des robinets à Bouaké

En savoir plus

Afrique

Au pouvoir depuis 1979, le président angolais dos Santos annonce sa retraite

© Alain Jocard, AFP | Le président angolais José Eduardo dos Santos au palais présidentiel de Luanda, le 3 juillet 2015.

Texte par FRANCE 24

Dernière modification : 03/02/2017

Au pouvoir depuis 1979, le président angolais José Eduardo dos Santos a annoncé son intention de quitter la vie politique en 2018. Il est actuellement le second plus ancien chef d'État en poste en Afrique.

Après près de quarante ans de pouvoir sans discontinuer, le président angolais José Eduardo dos Santos a prévu de quitter son fauteuil de chef d’État dans deux ans, après la fin de son actuel mandat.

"J'ai pris la décision de quitter la vie politique en 2018", a déclaré le chef de l'Etat de 73 ans devant le comité central de son parti, le MPLA. Son mandat actuel se termine en 2017, mais il n'a pas précisé pourquoi il comptait quitter la vie politique l'année suivante.

À la tête du pays depuis 1979, José Eduardo dos Santos, âgé de 73 ans, est le second plus ancien chef d'État au pouvoir en Afrique, devancé seulement par le dirigeant de Guinée Equatoriale Teodoro Obiang Nguema, arrivé au pouvoir un mois avant lui. Surnommé le "Machiavel de l’Afrique" en raison de son goût prononcé pour l’intrigue politique, il avait assuré qu’il ne se présenterait pas à la présidentielle d’août 2012.

Il s’est finalement porté candidat, et a été élu à la faveur d’une très forte abstention avec près de 72 % des voix. La Constitution angolaise ne prévoit pas d'élection présidentielle au suffrage universel, mais stipule que le président du parti vainqueur des législatives devient automatiquement chef de l'État.

>> À lire sur France 24 : "Quelle est la place de l’Angola dans la politique africaine de la France ?"

Un régime autoritaire

En juin dernier, le président avait indirectement abordé la question de sa succession, en déclarant notamment : "Il nous faut étudier très attentivement la façon de construire la transition", en appelant le MPLA à réfléchir à la nomination d'un candidat.

Son régime est critiqué pour son autoritarisme et son incapacité à sortir la majorité de la population de la misère, en dépit de la manne pétrolière. Le président angolais a largement muselé son opposition. En tant que chef de l'État, il est aussi le chef des armées, du gouvernement, de la police et il nomme les principaux juges, ce qui lui donne un contrôle quasi-total sur l'appareil d'État.

Avec AFP

Première publication : 11/03/2016

  • ANGOLA

    Vers une réélection du président dos Santos, l'opposition dénonce des fraudes

    En savoir plus

  • DIPLOMATIE

    Quelle est la place de l’Angola dans la politique africaine de la France ?

    En savoir plus

  • POLITIQUE

    Ces gérontes qui ne sont pas prêts à "renoncer" au pouvoir

    En savoir plus

COMMENTAIRE(S)