Rendez-vous

Rejouer


LES DERNIÈRES ÉMISSIONS

FOCUS

Surpopulation, discrimination… Le système carcéral américain à l’heure de la réforme

En savoir plus

LE DUEL DE L’ÉCO

La campagne électorale menace-t-elle la reprise ?

En savoir plus

À L’AFFICHE !

L'écrivain Yasmina Khadra, amoureux de Cuba

En savoir plus

REVUE DE PRESSE

Dilma Roussef : discours émouvant, mais sans plus

En savoir plus

REVUE DE PRESSE

Présidentielle 2017 : "des patrons sans illusion"

En savoir plus

LE JOURNAL DE L'ÉCO

Dissimulation fiscale : Apple pourrait écoper d’une amende record

En savoir plus

UN ŒIL SUR LES MÉDIAS

Jean-Pierre Chevènement embourbé dans les gaffes

En savoir plus

LE JOURNAL DE L’AFRIQUE

Libreville retient son souffle dans l'attente des résultats de la présidentielle

En savoir plus

LE DÉBAT

"Islam de France" : l'équation à résoudre du gouvernement (partie 2)

En savoir plus

Moyen-Orient

Syrie : organiser des élections dans 18 mois, "une utopie"

© Louai Beshara/AFP | Affiche du président Al-Assad, au stade de Damas, le 4 mars 2016,

Texte par Aude MAZOUÉ

Dernière modification : 14/03/2016

L'envoyé spécial de l'ONU pour la Syrie a appelé vendredi à la tenue d'élection dans 18 mois. Une échéance électorale qui paraît prématurée au dire de plusieurs observateurs, qui croient davantage à une annonce stratégique de l'organisation.

Une élection présidentielle en Syrie en 2017 ? L’idée a de quoi surprendre, au vu de la destruction totale d'une partie du pays et de l'absence d'intégrité territoriale. Elle a pourtant été proposée, vendredi 11 mars, par l'émissaire de l'ONU pour la Syrie, Staffan de Mistura. Selon lui, des élections présidentielle et législatives doivent se tenir dans un délai de 18 mois à compter de lundi 14 mars, date qui marque le début d’un nouveau cycle de pourparlers à Genève.

Ces élections seront d’après le responsable onusien, l’aboutissement d’un processus de paix qui inclura d'abord la formation d’un nouveau gouvernement avec toutes les parties et la rédaction d’une nouvelle Constitution.

Déclarations utopistes

Organiser des élections anticipées n’est pas une mesure nouvelle proposée par l’ONU. En décembre 2015, cette disposition figurait déjà dans la résolution 2254 adoptée par le Conseil de sécurité des Nations unies "pour appuyer le plan de paix préparé par les puissances du Groupe international de soutien à la Syrie (GISS)", a rappelé vendredi Staffan de Mistura. Mais on peut tout de même s’interroger sur la possibilité de son organisation, alors que la Syrie subit depuis cinq ans une guerre qui a coûté la vie à quelque 270 000 Syriens et poussé 11 millions d'autres à fuir hors des frontières.

Nombre d’observateurs doutent que ces élections puissent se mettre en place l’année prochaine. "Que va-t-on faire des groupes armés, des membres de l’organisation État islamique, du Front al-Nosra qui se battent toujours pendant que les Syriens se rendront aux urnes ?", s'interroge Nesrine Aboud, doctorante et spécialiste de la Syrie à l’université Abdelmalek Essaadi de Tanger. "Les conditions ne sont actuellement pas réunies pour envisager un tel scénario", assure également à France 24 Khattar Abou Diab, politologue spécialiste du Moyen-Orient et enseignant à l’université Paris XI. Rien ne dit que le régime syrien acceptera la mise en place d’élections anticipées. On ne règlera pas un conflit aussi complexe que celui qui se joue en Syrie avec une utopie", poursuit Abou Diab, pessimiste.

Une stratégie onusienne ?

Derrière l’annonce de cette échéance électorale, l’ONU a peut-être, au contraire, une stratégie bien réaliste. C’est du moins ce que croit percevoir l’enseignant parisien : "À travers cette déclaration, l’ONU a d’abord la volonté d’afficher sa détermination à trouver une solution de paix au conflit. Son intention est aussi, à quelques jours du nouveau cycle de négociations de paix à Genève [à partir du 14 mars, NDLR], de séduire l’opposition syrienne, réticente à prendre part à ces pourparlers".

La stratégie semble d’ailleurs avoir fonctionné puisque le Haut Comité des négociations (HCN), qui rassemble les groupes clés de l'opposition syrienne, a annoncé, vendredi, par voie de communiqué, qu'il participerait dès lundi aux négociations indirectes avec le régime syrien à Genève.

L’ONU a d’autres raisons de faire une telle annonce : "Évoquer l’idée d’un scrutin présidentiel permet de mettre fin aux rumeurs qui persistent depuis plusieurs semaines selon lesquelles la communauté internationale envisage de faire de la Syrie un état divisé, fédéral, explique pour sa part Nesrine Aboud. Plusieurs puissances impliquées dans la recherche d'une solution en Syrie, dont la Russie, réfléchissent en effet à la possibilité d'une structure fédérale qui maintiendrait l'unité du pays tout en garantissant une large autonomie à des entités régionales, a-t-on appris auprès de diplomates. "L’organisation internationale entend enfin, et surtout, mettre la pression sur tous les acteurs du conflit pour accélérer le processus de paix", souligne-t-elle.

D'autres observateurs, à l'instar de François Burgat, directeur de recherche à l'Institut de recherches et d'études sur le monde arabe et musulman (Iremam) à Aix-en-Provence, sont plus critiques vis-à-vis de l'organisation internationale. "L’ONU a en Syrie un long passé d’échecs. Elle semble malheureusement être prête à en rajouter un en se rangeant derrière l’hypocrisie majoritaire des acteurs internationaux, dont le ton est donné par l’administration américaine : laisser Poutine œuvrer à une “paix” du type de celle qu’il a instaurée en Tchétchénie, c’est-à-dire, à bien des égards, s’agissant de l’opposition, à une 'paix des cimetières'".

Assad ou pas Assad

Reste une question cruciale : est-ce que le scrutin présidentiel organisé sous l’égide de l’ONU prévoit la candidature de Bachar al-Assad ? "C’est ici que réside tout l’enjeu de cette élection, estime Khattar Abou Diab. Car si le président sortant se présente à nouveau, il est fort à parier qu’il gagnera haut la main l’élection, comme par le passé. Et dans ce cas rien ne changera."

La dernière élection présidentielle, qui remonte à 2014, avait en effet reconduit le président Bachar al-Assad avec une très large majorité, alors que le gouvernement en place était en but à une guerre civile depuis trois ans contre des rebelles armés.

"Écarter Bachar al-Assad du scrutin ne serait pas non plus la solution, souligne à son tour la chercheuse Nesrine Aboud. La majorité des Syriens restés dans le pays soutiennent le régime. Ils seraient hostiles à l’idée que celui qu’ils soutiennent vaille que vaille depuis des années ne puisse pas être candidat à l’élection présidentielle."

Dans ce dernier cas de figure, un scrutin présidentiel et parlementaire ne règlerait pas non plus le problème de la Syrie."La question qui se pose n’est pas vraiment de savoir si le régime syrien et ses puissants alliés sont ou non capables d’organiser une mascarade électorale dans 18 mois", note François Burgat. C’est plutôt de savoir si la reconduction de Bachar al-Assad par une telle méthode rapprocherait ou non le pays d’une sortie de crise. Tout porte à en douter".

 

Première publication : 11/03/2016

  • SYRIE

    L'opposition syrienne se rendra aux négociations de Genève

    En savoir plus

  • SYRIE

    Avec la trêve, les Syriens profitent d'un calme relatif pour retourner manifester

    En savoir plus

  • IMMIGRATION

    L'Otan accuse Moscou et Damas de chasser les Syriens de leur pays pour déstabiliser l'Europe

    En savoir plus

COMMENTAIRE(S)