Rendez-vous

Rejouer


LES DERNIÈRES ÉMISSIONS

LE JOURNAL DE L’AFRIQUE

Présidentielle : Le Gabon suspendu à la décision de la Cour Constitutionnelle

En savoir plus

UNE SEMAINE DANS LE MONDE

Attentats aux États-Unis: la peur du terrorisme ravivée (partie 2)

En savoir plus

UNE SEMAINE DANS LE MONDE

Mort d'un homme noir tué par la police aux États-Unis: racisme ou dérapage ? (partie 1)

En savoir plus

LA SEMAINE DE L'ECO

Quelle politique mener à l'égard des réfugiés en Europe ?

En savoir plus

LA SEMAINE DE L'ECO

Budget de l'État 2017 : le grand bluff ?

En savoir plus

TECH 24

La dictature des algorithmes

En savoir plus

FOCUS

Adulé ou conspué : Jeremy Corbyn, une figure qui divise le Labour au Royaume-Uni

En savoir plus

#ActuElles

Pénélope Bagieu raconte en BD l'histoire de 15 héroïnes culottées

En savoir plus

À L’AFFICHE !

"Djihad" ou l'art comme rempart à l'extrémisme

En savoir plus

FRANCE

Arrestation de deux mineures qui menaçaient sur Facebook de commettre un attentat

© Matthieu Alexandre, AFP | La salle du Bataclan où 90 personnes ont été tuées le 13 novembre 2015.

Vidéo par FRANCE 2

Texte par FRANCE 24

Dernière modification : 13/03/2016

Deux mineures de 15 et 17 ans ont été mises en examen pour avoir menacé sur Internet de commettre un attentat dans une salle de concert parisien, similaire à celui du Bataclan, le 13 novembre 2015.

Après avoir menacé sur Internet de commettre un attentat dans une salle de concert parisienne, deux mineures de 15 et 17 ans ont été mises en examen samedi 12 mars pour association de malfaiteurs en relation avec une entreprise terroriste, selon une source de l’AFP.

Elles avaient été présentées vendredi à un juge antiterroriste. La plus jeune a été placée en détention provisoire, et celle de 17 ans sous contrôle judiciaire, conformément aux réquisitions du parquet.

>> À lire sur France 24 : "Des proches de jeunes partis faire le jihad témoignent dans des spots télévisés"

Quatre adolescentes, qui s'échangeaient des messages sur Facebook dans lesquels elles affirmaient vouloir commettre un attentat, avaient été interpellées mercredi par les enquêteurs de la Direction générale de la sécurité intérieure (DGSI). Deux avaient ensuite été relâchées à l'issue de leur garde à vue.

Des attentats "semblables à ceux du 13 novembre"

Les enquêteurs soupçonnaient les jeunes filles d'un projet d'attentat visant une salle de concert parisienne. Sur les réseaux sociaux, elles affirmaient vouloir commettre des attentats "semblables à ceux du 13 novembre", lorsque des commandos jihadistes avaient frappé Paris, attaquant notamment le Bataclan – où 90 personnes avaient été tuées –, et des terrasses de bars et de restaurants de la capitale ainsi que les abords du Stade de France.

>> À lire sur France 24 : "Garde à vue de deux ados toulousains candidats au jihad"

Selon le parquet de Paris, il semblait s'agir à ce stade d'"un projet intellectuel : aucune arme, ni substance de nature explosive n'ont été découvertes". Deux des jeunes filles, des sœurs, n'ont jamais rencontré les deux autres qui ne se connaissent pas non plus. Les quatre adolescentes habitent "dans des villes différentes".

Avec AFP

Première publication : 12/03/2016

  • FRANCE

    L’une des deux adolescentes "radicalisées" en fuite est rentrée chez elle

    En savoir plus

  • FRANCE

    Deux Français partis en Syrie condamnés par la justice à six et dix ans de prison

    En savoir plus

  • JIHADISME

    En Syrie et en Irak, un jihadiste français sur trois est une femme

    En savoir plus

COMMENTAIRE(S)