Rendez-vous

Rejouer


LES DERNIÈRES ÉMISSIONS

LE JOURNAL DE L’AFRIQUE

Mali : L'opposition dénonce une fraude électorale

En savoir plus

UN ŒIL SUR LES MÉDIAS

Brésil : le "docteur Popotin" arrêté

En savoir plus

UNE SEMAINE DANS LE MONDE

Une semaine dans le monde : Les bleus champions du monde : une fierté française retrouvée

En savoir plus

7 JOURS EN FRANCE

Football : l'excellence de la formation française

En savoir plus

À L’AFFICHE !

Vincent Cassel, l’homme aux mille visages

En savoir plus

DANS LA PRESSE

Affaire Benalla : "Les voyous de l'État Macron"

En savoir plus

DANS LA PRESSE

Nouvelle loi fondamentale en Israël : "Un coup dur pour les minorités"

En savoir plus

REPORTERS

Maracaibo, miroir de tous les maux du Venezuela

En savoir plus

FOCUS

Le couteau, nouvelle arme de prédilection des gangs londoniens

En savoir plus

Afrique

L'ONU adopte une résolution qui s'attaque aux abus sexuels commis par des casques bleus

© Issou Sanogo, AFP | Un casque bleu protège un bureau de vote à Bangui en Centrafrique, en février 2016.

Vidéo par Inès OLHAGARAY

Texte par FRANCE 24

Dernière modification : 13/03/2016

Le Conseil de sécurité des Nations unies a adopté une résolution qui prévoit de rapatrier des contingents entiers de Casques bleus en cas de soupçon d'abus sexuels. Cette initiative avait suscité des réserves de la part de plusieurs pays.

C’est avec difficulté que le Conseil de sécurité des Nations unies a adopté vendredi 11mars une résolution qui s'attaque pour la première fois aux abus sexuels commis par les Casques bleus, un problème récurrent et particulièrement aigu en Centrafrique ou en République démocratique du Congo.

La résolution, présentée par les États-Unis, prévoit de rapatrier des contingents entiers de Casques bleus en cas de soupçon d'abus sexuels ou d'exploitation sexuelle. L'ONU l'a déjà fait pour des contingents de République démocratique du Congo et du Congo-Brazzaville opérant en Centrafrique. Si un pays ne prend aucune mesure contre ses soldats fautifs, il pourra même être écarté totalement des opérations de maintien de la paix.

Des réserves de certains pays

Le vote a été acquis par 14 voix favorables et une abstention (de l'Égypte), après le rejet d'un amendement égyptien qui aurait édulcoré le texte. Cette initiative avait d'emblée suscité des réserves de la part de plusieurs pays dont la Russie, l'Égypte et le Sénégal.

Tout en "condamnant sans équivoque" les abus sexuels, l'Égypte critiquait une "punition collective" pour les crimes commis par "quelques dizaines" de brebis galeuses. Une telle approche risque d'avoir "un grave impact sur le moral du personnel et de ternir la réputation" des pays qui fournissent des Casques bleus, a averti vendredi l'ambassadeur égyptien Amr Abdellatif Aboulatta. Quatre pays (Angola, Russie, Chine, Venezuela) ont soutenu l'amendement égyptien, avant de se rallier finalement au texte américain.

Une augmentation des abus sexuels

Dans un rapport publié la semaine dernière, l'ONU indiquait avoir reçu l'an dernier 99 nouvelles plaintes contre son personnel pour des cas d'agression ou d'exploitation sexuelles présumées, soit 19 de plus qu'en 2014.

Deux missions cumulaient en 2015 la moitié des cas : celles en Centrafrique (Minusca) et en RDCongo (Monusco). Ce problème endémique ne date pas d'hier et ne semble pas s'améliorer : depuis le début de l'année, 26 nouvelles accusations ont émergé.

Mais seuls les pays fournisseurs de soldats aux missions sont habilités à sanctionner pénalement les coupables et ils le font avec beaucoup de réticences. Des soldats français de Sangaris, accusés de viols d'enfants en Centrafrique, sont l'objet d'une procédure judiciaire en France.

Avec AFP et Reuters

Première publication : 12/03/2016

  • CORÉE DU NORD

    La Corée du Nord tire en mer du Japon en réponse aux sanctions de l'ONU

    En savoir plus

  • SOUDAN DU SUD

    Soudan du Sud : l'ONU dénonce l'utilisation massive du viol comme arme de guerre

    En savoir plus

  • SYRIE

    La résolution russe sur la Syrie rejetée par plusieurs membres du Conseil de sécurité

    En savoir plus

COMMENTAIRE(S)