Rendez-vous

Rejouer


LES DERNIÈRES ÉMISSIONS

LE DÉBAT

Primaire de la gauche : un deuxième débat plus animé, des candidats plus divisés ? (partie 2)

En savoir plus

LE DÉBAT

Primaire de la gauche : un deuxième débat plus animé, des candidats plus divisés ?

En savoir plus

FOCUS

L'Italie, une base arrière du jihadisme en Europe ?

En savoir plus

À L’AFFICHE !

Abd Al Malik : le "combattant de la culture" reprend les armes pour Camus

En savoir plus

REVUE DE PRESSE

"La CIA à Trump: 'le silence est d'or'"

En savoir plus

LE JOURNAL DE L'ÉCO

Theresa May : vers un Brexit "dur" ?

En savoir plus

REVUE DE PRESSE

"Le PS, vote utile ?"

En savoir plus

ICI L'EUROPE

"Les Russes ne sont pas nos ennemis", estime le futur président bulgare

En savoir plus

ICI L'EUROPE

Erasmus, 30 ans de bonheur estudiantin ?

En savoir plus

Moyen-Orient

Damas rejette toute négociation sur Bachar al-Assad à Genève

© Andrew Burton, Getty Images North America, AFP | Le ministre syrien des Affaires étrangères, Walid Mouallem, a prévenu, samedi 12 mars 2016, que la délégation syrienne n'attendrait pas plus de 24 heures pour entamer les pourparlers à Genève.

Vidéo par Sophie GUIGNON

Texte par FRANCE 24

Dernière modification : 12/03/2016

Le chef de la diplomatie syrienne, Walid Mouallem, a affirmé samedi à Damas que la délégation gouvernementale n'était pas disposée à évoquer une éventuelle élection présidentielle en Syrie.

Damas rejettera toute discussion sur l'avenir du président Bachar al-Assad, a déclaré, samedi 12 mars, le ministre syrien des Affaires étrangères Walid Mouallem en confirmant la participation de son gouvernement aux pourparlers sur la Syrie qui doivent s'ouvrir lundi à Genève.

"Nous ne discuterons pas avec quiconque discutera de la présidence", a-t-il annoncé à Damas lors d'une conférence de presse télévisée. "Je leur conseille de ne pas venir aux discussions s'ils avaient cela en tête", a-t-il ajouté à l'adresse des opposants. "Ils doivent abandonner leurs illusions."

>> À lire sur France 24 : "Syrie : organiser une élection présidentielle dans 18 mois, 'une utopie'"

Outre l’opposition syrienne, c'est surtout l'émissaire des Nations unies pour la Syrie, Staffan de Mistura, qui avait lui-même affirmé vendredi que ces discussions allaient préparer la tenue d'élections présidentielle et législatives en Syrie dans les 1dix-huit mois. Une proposition jugée utopique par la plupart des observateurs.

La délégation gouvernementale n’attendra pas plus de 24 heures le HCN

La relance des discussions, qui avaient capoté début février, est toutefois rendue possible par une "cessation des hostilités" en Syrie en vigueur depuis le 27 février et qui, à la satisfaction des États-Unis, est "en général" respectée.

Walid Mouallem a par ailleurs prévenu qu’il ne souhaitait pas revivre l’épisode des derniers pourparlers de Genève, lorsque la délégation du Haut comité des négociations (HCN) – qui rassemble les groupes clés de l'opposition – était arrivée en Suisse près de trente-six heures après les représentants du régime et avait attendu deux jours de plus pour se rendre au QG de l'ONU.

Cette fois-ci, la délégation gouvernementale se rendra dès dimanche à Genève et n'attendra pas plus de 24 heures pour démarrer les discussions, a donc assuré le ministre syrien des Affaires étrangères.

"Mouallem arrête les pourparlers avant même qu'ils commencent", a réagi de son côté Monzer Makhous, membre du HCN, sur la chaîne Al Arabia al Hadass.

Avec AFP et Reuters

Première publication : 12/03/2016

  • SYRIE

    Syrie : organiser des élections dans 18 mois, "une utopie"

    En savoir plus

  • SYRIE

    L'opposition syrienne se rendra aux négociations de Genève

    En savoir plus

  • SYRIE

    Avec la trêve, les Syriens profitent d'un calme relatif pour retourner manifester

    En savoir plus

COMMENTAIRE(S)