Rendez-vous

Rejouer


LES DERNIÈRES ÉMISSIONS

LE JOURNAL DE L’AFRIQUE

Le projet de nouvelle Constitution adopté en Conseil des ministres en Côte d'Ivoire

En savoir plus

FOCUS

La France va-t-elle rendre à Alger les crânes d’Algériens du XIXème siècle ?

En savoir plus

À L’AFFICHE !

"Les 7 mercenaires", il était une deuxième fois dans l’Ouest

En savoir plus

FACE À FACE

Les révélations de Buisson, nouveau coup dur pour Sarkozy ?

En savoir plus

LE JOURNAL DE L'ÉCO

Opep : le bras de fer entre l'Arabie saoudite et l'Iran continue

En savoir plus

REVUE DE PRESSE

"Shimon Peres, ou la bataille "domquichottesque" pour la paix"

En savoir plus

REVUE DE PRESSE

"Nicolas Sarkozy, ses amis, ses affaires, ses emmerdes"

En savoir plus

LE JOURNAL DE L’AFRIQUE

Investiture d'Ali Bongo au Gabon , l'opposition dénonce un "coup d'Etat électoral"

En savoir plus

UN ŒIL SUR LES MÉDIAS

Débat Trump vs Clinton : les réactions sur la Toile

En savoir plus

Amériques

Des violences provoquent l'annulation d'un meeting de Donald Trump à Chicago

© Scott Olson, AFP | La police tente de contrôler des manifestants et des partisans de Donald Trump lors d'un meeting à Chicago, le 11 mars 2016.

Vidéo par Gallagher FENWICK

Texte par FRANCE 24

Dernière modification : 12/03/2016

Le milliardaire Donald Trump a annulé à la dernière minute un meeting à Chicago pour éviter que des gens "ne soient potentiellement gravement blessés", mais des violences ont éclaté entre partisans et opposants du candidat républicain.

À la suite de l’irruption de nombreux protestataires opposés à la candidature à l’élection présidentielle américaine du magnat de l’immobilier, Donald Trump a été contraint d’annuler un meeting prévu vendredi 11 mars à Chicago.

Des manifestants, dont bon nombre de militants de Bernie Sanders et du mouvement anti-raciste "Black Lives Matter", avaient réussi à se rassembler à l'intérieur de l'arène sportive de l'université de l'Illinois, où l'homme d'affaires devait s'exprimer en début de soirée. "Beaucoup de ces manifestants se sont simplement glissés au sein de la foule de partisans de Donald Trump avant de commencer à manifester avec des pancartes, accusant Trump d’être raciste. L’un d’entre eux est même parvenu à se hisser sur la scène où devait parler le candidat", rapporte Gallagher Fenwick, correspondant de France 24 aux Etats-Unis.

>> À lire aussi sur France24 : "Primaires républicaines : les adversaires républicains se dressent contre Donald Trump"

"Nous nous sommes débarrassés de Trump !"

Toute la journée, la tension était graduellement montée à l'intérieur et à l'extérieur du campus, où des centaines de personnes, dont beaucoup d'étudiants, protestaient contre la venue du candidat.

Un responsable a alors annoncé l'annulation de l'événement, déclenchant cris et stupeur ; puis des altercations ont éclaté entre pro et anti-Trump. Des insultes et des coups de poings ont volé. Les militants de Bernie Sanders ont alors scandé des slogans : "Nous nous sommes débarrassés de Trump ! Nous nous sommes débarrassés de Trump". Des partisans du milliardaire ont rétorqué : "Nous voulons Trump ! Nous voulons Trump !"

Les violences ont continué à l'extérieur, et la police a procédé à des arrestations musclées. Les militants "Black Lives Matter" ont bloqué temporairement une autoroute à proximité.

>> À lire aussi : "L’affaire des emails plombe à nouveau la campagne d’Hillary Clinton"

Pour justifier l’interruption de ce rassemblement, Donald Trump a expliqué que "les gens auraient potentiellement pu être gravement blessés". "On ne peut plus faire de meeting dans une grande ville de ce pays sans violence ou violence potentielle", a-t-il ajouté tout en assurant que cette annulation du meeting de Chicago se traduirait par un afflux de nouveaux partisans de sa candidature à l'élection présidentielle.

Les meetings de Donald Trump sont devenus de plus en plus agités à mesure de l'avancée de la campagne, l'homme d'affaires s'interrompant souvent pour réprimander des protestataires, demandant au service d'ordre de les évacuer. "Ce n’est pas la première fois que de telles scènes se déroulent dans et autour des rassemblements du candidat à la nomination du parti républicain, en revanche le niveau de violence est clairement en train de monter", estime le correspondant de France24.

Sur le plan politique, Donald Trump mène, dans la course aux délégués pour l'investiture, avant le "super tuesday" bis de mardi prochain, quand cinq grands États voteront. Le favori de l'investiture, sûr de sa force, a appelé le parti républicain à se rassembler derrière lui, alors qu'une nouvelle personnalité de poids, le neurochirurgien à la retraite et ex-candidat des primaires Ben Carson, s'est ralliée à lui.

Avec AFP et Reuters

Première publication : 12/03/2016

  • PRIMAIRES AMÉRICAINES

    "L’Islam déteste l’Amérique" : Trump tente de s’expliquer lors du dernier débat républicain

    En savoir plus

  • PRIMAIRES AMÉRICAINES

    Trump conforte son avance et Sanders crée la surprise dans le Michigan

    En savoir plus

  • PRIMAIRES AMÉRICAINES

    "Super Saturday" : Donald Trump et Ted Cruz remportent deux États chacun

    En savoir plus

COMMENTAIRE(S)