Rendez-vous

Rejouer


LES DERNIÈRES ÉMISSIONS

LE JOURNAL DE L’AFRIQUE

Au moins 300 morts en Somalie

En savoir plus

UN ŒIL SUR LES MÉDIAS

Sur internet, #balancetonporc et #metoo racontent les agressions de femmes au travail

En savoir plus

LE DÉBAT

Harcèlement sexuel : libération de la parole ou dénonciations généralisées ?

En savoir plus

À L’AFFICHE !

Mademoiselle K sort un album incandescent

En savoir plus

FOCUS

Turquie : face à la désillusion, la fuite des cerveaux

En savoir plus

UNE SEMAINE DANS LE MONDE

Nucléaire iranien : l’accord historique en péril ?

En savoir plus

REVUE DE PRESSE

"10 millions de dollars pour destituer Donald Trump"

En savoir plus

LE JOURNAL DE L'ÉCO

Baisse des APL, hausse de la CSG, suppression de l’ISF : Macron persiste et signe

En savoir plus

REVUE DE PRESSE

"Le président parle dans le téléviseur"

En savoir plus

Economie

Google refuse de faire disparaître une vidéo pro-gay de YouTube au Kenya

© Capture d'écran YouTube | Le clip de la vidéo a été mis en ligne le 15 février

Texte par Sébastian SEIBT

Dernière modification : 15/03/2016

Les autorités du Kenya veulent que le clip de la chanson "Same Love" ne soit pas accessible pour les internautes kenyans, mais Google Kenya a refusé. Réalisé par le groupe "Art Attack", la vidéo appelle à la tolérance envers les homosexuels.

C’est le premier clip musical pro-gay kenyan et il est, depuis plusieurs semaines, au centre d’une bataille entre les autorités du pays, qui veulent la faire disparaître de YouTube, et Google Kenya, qui refuse.

Le clip de la chanson “Same Love”, du groupe kenyan “Art Attack”, alterne images romantiques de couples du même sexe dans des situations du quotidien et passages beaucoup plus crus de corps-à-corps. Tout au long de la chanson, une voix féminine répète qu’elle “ne pourrait pas changer [d’orientation sexuelle], même si elle essayait, même si elle le voulait”. La vidéo se termine sur l’image d’un jeune homme qui, visiblement, commet un suicide.

Ce film vise clairement à dénoncer les lois kenyanes, qui punissent les relations homosexuelles entre adultes consentants de 14 ans de prison. “Same Love” est en fait une reprise adaptée aux spécificités kenyanes de la chanson éponyme du duo de hip-hop américain Macklemore et Ryan Lewis. La version originale avait été créée à l’occasion de la campagne pour la légalisation du mariage gay en Californie en 2012.

Google Kenya se dit incompétent

“Nous ne voulons pas faire l’apologie de l’homosexualité avec cette chanson, mais dire qu’il faut laisser tranquille ceux qui s’aiment”, assure dans le podcast pro-gay nigérian “No Strings” l’un des membres de “Art Attack” qui affirme, par ailleurs, être hétérosexuel. Conscients des tensions autour de la question de l’homosexualité au Kenya, les auteurs de la chanson refusent de révéler leur identité de peur de subir des représailles

Leur clip provocateur, mis en ligne début février, a eu, il est vrai, son petit effet dans ce pays où le vice-président William Ruto a déclaré, en mai 2015, qu’il “n’y a pas de place pour les homosexuels au Kenya”. Plus de 150 000 personnes ont vu “Same Love”.

Face à ce succès, l’Autorité kényane de classification des films (KFCB) a demandé, fin février, à Google Kenya de bloquer le clip pour les internautes du pays pour des "raisons morales". Cet organe public a d’ailleurs fait, à son corps défendant, la promotion de la chanson en retweetant un message annonçant la demande de suspension qui comporte un lien vers la fameuse vidéo sur YouTube.

Google, de son côté, ne semble pas prêt à s’exécuter. La branche kenyane du géant de l’Internet a pris plus de deux semaines pour répondre aux autorités qu’elle était incompétente sur ces questions et qu’il fallait contacter le siège du géant de l’Internet aux États-Unis. Nairobi affirme l’avoir fait. C’était il y a près d’une semaine et la vidéo est toujours en ligne au Kenya.

Première publication : 15/03/2016

  • DIPLOMATIE

    Depuis le Kenya, Obama réclame l'égalité des droits pour les homosexuels en Afrique

    En savoir plus

COMMENTAIRE(S)