Rendez-vous

Rejouer


LES DERNIÈRES ÉMISSIONS

LE JOURNAL DE L’AFRIQUE

Présidentielle : Le Gabon suspendu à la décision de la Cour Constitutionnelle

En savoir plus

UNE SEMAINE DANS LE MONDE

Attentats aux États-Unis: la peur du terrorisme ravivée (partie 2)

En savoir plus

UNE SEMAINE DANS LE MONDE

Mort d'un homme noir tué par la police aux États-Unis: racisme ou dérapage ? (partie 1)

En savoir plus

LA SEMAINE DE L'ECO

Quelle politique mener à l'égard des réfugiés en Europe ?

En savoir plus

LA SEMAINE DE L'ECO

Budget de l'État 2017 : le grand bluff ?

En savoir plus

TECH 24

La dictature des algorithmes

En savoir plus

FOCUS

Adulé ou conspué : Jeremy Corbyn, une figure qui divise le Labour au Royaume-Uni

En savoir plus

#ActuElles

Pénélope Bagieu raconte en BD l'histoire de 15 héroïnes culottées

En savoir plus

À L’AFFICHE !

"Djihad" ou l'art comme rempart à l'extrémisme

En savoir plus

Afrique

Sahara occidental : Ban Ki-moon se plaint d'un manque de respect du Maroc envers sa personne

© Fadel Senna, AFP | Des manifestants marocains à Rabat, dimanche 13 mars 2016, affichent une pancarte accusant Ban Ki-moon de faire preuve de partialité sur la question du Sahara occidental.

Texte par FRANCE 24

Dernière modification : 15/03/2016

Au lendemain de la manifestation à Rabat où il a été pris pour cible en raison de ses déclarations sur le Sahara occidental, le secrétaire général des Nations unies, Ban Ki-moon, a exprimé lundi "sa profonde déception et sa colère".

Le secrétaire général des Nations unies, Ban Ki-moon, s'est plaint amèrement, lundi 14 mars, d'un "manque de respect" du Maroc envers sa personne et l'ONU, en recevant le ministre marocain des Affaires étrangères Salaheddine Mezouar.

>> À lire sur France 24 : "Pourquoi le conflit du Sahara occidental s’éternise ?"

Selon un communiqué des Nations unies, Ban Ki-moon a exprimé au ministre "sa profonde déception et sa colère" à la suite d'une manifestation monstre à Rabat "qui l'avait pris pour cible personnellement".

"De telles attaques témoignent d'un manque de respect pour sa personne et pour les Nations unies", affirme le communiqué, qui s'interroge sur la présence parmi les manifestants de "plusieurs membres du gouvernement marocain".

"Le secrétaire général a demandé au ministre des Affaires étrangères de s'assurer que l'ONU soit respectée au Maroc", ajoute le texte.

Des centaines de milliers de manifestants, selon un journaliste de l'AFP, s'étaient rassemblés dimanche à Rabat pour protester contre "le manque de neutralité" de Ban Ki-moon sur le dossier du Sahara occidental.

>> À lire sur France 24 : "Le roi du Maroc entend conserver le Sahara "jusqu’à la fin des temps"

Le secrétaire général de l’ONU a effectué une visite, début mars, dans un camp de réfugiés sahraouis en Algérie dans l'espoir de faire avancer le règlement d'un conflit qui dure depuis quatre décennies.

Ban Ki-moon "a pris note du malentendu" autour du terme "occupation"

Le gouvernement marocain avait dénoncé des "dérapages verbaux, faits accomplis et gestes de complaisance injustifiés" du secrétaire général lors de ce déplacement. Il avait aussi critiqué l'utilisation du mot "occupation" par Ban Ki-moon pour décrire le statut du Sahara occidental.

Selon le communiqué de l'ONU, le secrétaire général "a pris note du malentendu" autour de ce terme, qu'il dit avoir utilisé pour décrire sa "réaction personnelle" au sort des réfugiés sahraouis.

>> À lire sur France 24 : "Rabat s'oppose par deux fois au retour d'Aminatou Haidar au Sahara occidental"

Mais il a accusé Rabat d'avoir cherché à représenter de manière délibérément erronée les objectifs de son voyage et a réaffirmé qu'il s'en tenait strictement au mandat donné par le Conseil de sécurité pour régler ce conflit.

Il a aussi réitéré son appel à des "négociations de bonne foi et sérieuses, sans condition préalable, pour faire des progrès aussi vite que possible" dans ce dossier.

Le Sahara occidental est une ex-colonie espagnole contrôlée par le Maroc, qui l'a annexée en 1975, mais revendiquée par des indépendantistes (le Polisario).

Rabat propose une large autonomie sous sa souveraineté pour ce vaste territoire de moins d'un million d'habitants, tandis que le Polisario, soutenu par Alger, réclame un référendum d'autodétermination.

>> À lire sur France 24 : "'Il est trop tôt pour parler de réconciliation' entre l’Algérie et le Maroc"

Avec AFP

Première publication : 15/03/2016

  • MAGHREB

    Le Maroc accuse Ban Ki-moon de "dérapages" sur la question du Sahara occidental

    En savoir plus

  • MAROC

    Le Maroc légalise une ONG pour les droits de l'Homme au Sahara occidental

    En savoir plus

  • MAROC

    Amnesty International s’attaque (encore) au tabou de la torture au Maroc et au Sahara occidental

    En savoir plus

COMMENTAIRE(S)