Rendez-vous

Rejouer


LES DERNIÈRES ÉMISSIONS

LE JOURNAL DE L’AFRIQUE

Libération de Karim Wade : une décision dénoncée par des militants anti-corruption

En savoir plus

LE JOURNAL DE L’AFRIQUE

Condamnation de Moïse Katumbi : l'opposition dénonce un "harcèlement"

En savoir plus

7 JOURS EN FRANCE

Dans les coulisses des palaces parisiens

En savoir plus

LE DÉBAT

Le Royaume-Uni quitte l'Union Européenne, un pays et une Europe sous le choc

En savoir plus

TECH 24

Fintech : quand les startups font trembler la banque

En savoir plus

LA SEMAINE DE L'ECO

Brexit : le saut dans l'inconnu (Partie 2)

En savoir plus

LA SEMAINE DE L'ECO

Brexit : le saut dans l'inconnu (Partie 1)

En savoir plus

POLITIQUE

Jean-Vincent Placé : « Refaire passer le chef de l’État par une primaire ne me paraît pas logique »

En savoir plus

POLITIQUE

Jean-Vincent Placé : « Nous sommes arrivés à un moment où il n’y a plus de débat démocratique ni de dialogue social »

En savoir plus

Asie - pacifique

Un étudiant américain condamné à 15 ans de travaux forcés en Corée du Nord

© AFP | L'étudiant américain Otto Warmbier a été condamné pour "crimes contre l'État".

Texte par FRANCE 24

Dernière modification : 17/03/2016

Un étudiant américain, Otto Warbier, a été condamné à quinze ans de travaux forcée en Corée du Nord, a rapporté l'agence officielle Chine Nouvelle. Le jeune homme, arrêté en janvier avant son départ de Pyongyang, avait volé une bannière politique.

Un étudiant américain, Otto Warmbier, qui avait reconnu avoir volé du matériel de propagande a été condamné par la justice nord-coréenne à quinze ans de travaux forcés pour crimes contre l'État, a rapporté mercredi l'agence officielle Chine Nouvelle. Cette condamnation a été prononcée par la Cour suprême de Corée du Nord

La presse officielle nord-coréenne n'a pas confirmé dans l'immédiat la condamnation de ce jeune homme de 21 ans, étudiant à l'université de Virginie.

Otto Warmbier avait été arrêté en janvier alors qu'il allait quitter le pays. Il avait par la suite avoué avoir volé une bannière ornée d'un slogan politique dans une zone réservée au personnel de l'hôtel de Pyongyang où il était hébergé dans le cadre d'un voyage organisé. Lors d'une conférence de presse organisée en février, l'étudiant avait qualifié son crime de "très grave et prémédité".

Washington a appelé Pyongyang à le gracier. "Nous encourageons fortement le gouvernement nord-coréen à le gracier [...] et à lui accorder une libération immédiate", a déclaré dans la soirée Josh Earnest, porte-parole de l'exécutif américain.

Cette arrestation était survenue à un moment sensible. La Corée du Nord venait de procéder à son quatrième essai nucléaire et les États-Unis avaient pris la tête de la campagne pour obtenir des Nations unies l'adoption d'une sanction durcissant considérablement les sanctions contre Pyongyang, ce qui fut fait début mars.

Les États-Unis n'ont aucune relation diplomatique ou consulaire avec la Corée du Nord. C'est l'ambassade de Suède à Pyongyang qui propose des services consulaires limités aux ressortissants américains détenus en Corée du Nord.

Deux autres Américains sont actuellement détenus par le Nord. Le ressortissant Jeffrey Fowle, accusé de "crime contre l'État", en avril 2014, a été libéré six mois plus tard.

Avec AFP et Reuters

Première publication : 16/03/2016

  • CORÉE DU NORD

    Libération de deux Américains détenus en Corée du Nord

    En savoir plus

  • CORÉE DU NORD

    L’Américain Jeffrey Fowle, détenu en Corée du Nord, a été libéré

    En savoir plus

  • DIPLOMATIE

    Un prisonnier américain de 85 ans libéré de Corée du Nord

    En savoir plus

COMMENTAIRE(S)