Rendez-vous

Rejouer


LES DERNIÈRES ÉMISSIONS

UN ŒIL SUR LES MÉDIAS

La Toile émue après l'attentat contre des Coptes en Egypte

En savoir plus

LE JOURNAL DE L’AFRIQUE

Hommage à Jean-Karim Fall : la rédaction de France 24 en deuil

En savoir plus

UNE SEMAINE DANS LE MONDE

Tournée diplomatique de Trump: des débuts réussis ?

En savoir plus

UNE SEMAINE DANS LE MONDE

Attentat à Manchester : 22 morts, le groupe EI revendique l'attaque

En savoir plus

À L’AFFICHE !

Cannes 2017 : Nicole Kidman, reine de la Croisette

En savoir plus

#ActuElles

Au Pakistan, des centres pour protéger les femmes des violences domestiques

En savoir plus

TECH 24

Ice Memory : les glaciers rafraîchissent la mémoire de l'humanité

En savoir plus

ÉLÉMENT TERRE

Les climatosceptiques à la Maison Blanche

En savoir plus

LA SEMAINE DE L'ECO

Premier budget de Trump : prendre aux pauvres pour donner aux riches ?

En savoir plus

FRANCE

Jean-François Copé : "Maintenant on ne peut plus reculer"

© Capture d'écran, RFI | Jean-François Copé, mardi 15 mars 2016, dans l'émission Mardi Politique.

Texte par FRANCE 24

Dernière modification : 16/03/2016

Candidat à la primaire de la droite et du centre, le député de Seine-et-Marne, Jean-François Copé, était l'invité de Mardi Politique. Il y évoquait sa vision pour la France, sa position sur la loi travail et son désir de gouverner par ordonnances.

L'invité de Mardi politique était Jean-François Copé, député de Seine-et-Marne et candidat à la primaire de la droite et du centre. Il était interrogé par Véronique Rigolet pour RFI, Roselyne Febvre pour France 24 et Alain Auffray pour Libération.

Première publication : 16/03/2016

  • MARDI POLITIQUE

    Aurélie Filippetti : "La parité est le seul moyen de combattre le machisme en politique"

    En savoir plus

  • MARDI POLITIQUE

    Nicolas Bay, secrétaire général du FN : "On a dépassé le seuil de saturation"

    En savoir plus

  • FRANCE

    Didier Guillaume, sénateur de la Drôme: "Emmanuel Macron fait du bien à la gauche"

    En savoir plus

COMMENTAIRE(S)