Rendez-vous

Rejouer


LES DERNIÈRES ÉMISSIONS

LE JOURNAL DE L’AFRIQUE

Des émeutes éclatent au Gabon après l'annonce de la victoire de justesse d'Ali Bongo

En savoir plus

LE DÉBAT

Brésil : Clap de fin pour Dilma Rousseff (2ème partie)

En savoir plus

LE DÉBAT

Brésil : Clap de fin pour Dilma Rousseff (1ère partie)

En savoir plus

EXPRESS ORIENT

Offensive turque en Syrie : le casse-tête de Washington

En savoir plus

À L’AFFICHE !

Venise, ses gondoles, ses canaux et... son cinéma !

En savoir plus

FOCUS

Crise des migrants : la rue, point de passage obligé pour les demandeurs d'asile à Paris?

En savoir plus

EXPRESS ORIENT

Attentat de Gaziantep : la communauté kurde de Turquie à nouveau meurtrie

En savoir plus

FACE À FACE

La démission de Macron, un nouveau coup dur pour Hollande

En savoir plus

REVUE DE PRESSE

"Et à la fin, Macron tua le père"

En savoir plus

FRANCE

Jean-François Copé : "Maintenant on ne peut plus reculer"

© Capture d'écran, RFI | Jean-François Copé, mardi 15 mars 2016, dans l'émission Mardi Politique.

Texte par FRANCE 24

Dernière modification : 16/03/2016

Candidat à la primaire de la droite et du centre, le député de Seine-et-Marne, Jean-François Copé, était l'invité de Mardi Politique. Il y évoquait sa vision pour la France, sa position sur la loi travail et son désir de gouverner par ordonnances.

L'invité de Mardi politique était Jean-François Copé, député de Seine-et-Marne et candidat à la primaire de la droite et du centre. Il était interrogé par Véronique Rigolet pour RFI, Roselyne Febvre pour France 24 et Alain Auffray pour Libération.

Première publication : 16/03/2016

  • MARDI POLITIQUE

    Aurélie Filippetti : "La parité est le seul moyen de combattre le machisme en politique"

    En savoir plus

  • MARDI POLITIQUE

    Nicolas Bay, secrétaire général du FN : "On a dépassé le seuil de saturation"

    En savoir plus

  • FRANCE

    Didier Guillaume, sénateur de la Drôme: "Emmanuel Macron fait du bien à la gauche"

    En savoir plus

COMMENTAIRE(S)