Rendez-vous

Rejouer


LES DERNIÈRES ÉMISSIONS

À L’AFFICHE !

Athènes, la culture plus forte que la crise

En savoir plus

LE JOURNAL DE L'ÉCO

EDF adopte le projet d'EPR à Hinkley Point, Londres temporise

En savoir plus

LE DÉBAT

Hillary Clinton peut-elle conquérir la Maison Blanche ? (partie 1)

En savoir plus

LE DÉBAT

Hillary Clinton peut-elle conquérir la Maison Blanche ? (partie 2)

En savoir plus

REVUE DE PRESSE

L'espoir suscité par Hillary Clinton chez les femmes aux Etats-Unis

En savoir plus

REVUE DE PRESSE

Pourquoi l'appli Telegram utilisée par les terroristes échappe toujours à la surveillance ?

En savoir plus

UN ŒIL SUR LES MÉDIAS

Obama : le discours qui fait mouche

En savoir plus

LE JOURNAL DE L’AFRIQUE

Début du "sommet de la réconciliation" entre le Burkina Faso et la Côte d'Ivoire

En savoir plus

FOCUS

En Inde, des femmes se mobilisent contre l'alcool

En savoir plus

SPORT

Cyclisme : le Français Arnaud Démare remporte son premier Milan-San Remo

© Marco Bertorello, AFP | Arnaud Démare célèbre sa victoire sur le podium de San Remo.

Texte par FRANCE 24

Dernière modification : 20/03/2016

Le sprinteur de la FDJ Arnaud Démare a remporté l'édition 2016 de Milan-San Remo. Un succès historique pour le clan français, qui n'avait plus triomphé sur la "classicissima" depuis 1997 et la victoire de Laurent Jalabert.

Cela faisait plus de deux décennies que le cyclisme français n'avait plus accroché la "classicissima" à son tableau de chasse, avant qu'Arnaud Démare, vainqueur samedi 19 mars de Milan-San Remo, ne franchisse la ligne les bras levés. "Il y a des jours où tout sourit", lâchait-t-il, éberlué, au sortir des 295 kilomètres de course... Et pour cause : tout a réussi au coureur de la FDJ, vainqueur au bout d'un long sprint et pourtant rescapé d'une journée compliquée. Ébloui sous le soleil éclatant de la Riviera, le sprinteur a reconnu quelques instants après son sprint euphorique : "Je suis surpris par ce que j'ai pu faire".

Le Picard s'est imposé très largement, devançant d'une pleine longueur le Britannique Ben Swift, en conclusion de la plus longue classique de la saison. Démare a pourtant connu le handicap d'une chute à l'entrée des 30 derniers kilomètres. Mais il a pu se replacer avant le Poggio, la dernière difficulté du parcours qui n'a dessiné aucune hiérarchie, hormis un court avantage au champion du monde 2015, le Polonais Michal Kwiatkowski.

Dans les rues ensoleillées de Sanremo, Kwiatkowski a été repris tout comme le Suisse Fabian Cancellara, qui disputait pour la dernière fois la "classicissima". Malgré son forcing, "Spartacus" a été muselé avant la flamme rouge du dernier kilomètre tout comme les deux derniers attaquants, le Norvégien Edvald Boasson Hagen et le Belge Greg Van Avermaet, avant le dernier virage.

Première grande classique pour un Français depuis 1997

Le sprint sur la Via Roma, troublé par la chute du Colombien Fernando Gaviria, a donc consacré Démare, sous les yeux de son ancien coéquipier et rival, Nacer Bouhanni, gêné par un incident mécanique et qui n'a pu rivaliser jusqu'à la ligne.

Lancé à pleine vitesse, Démare a débordé le Belge Jürgen Roelandts (3e), le premier à produire son effort, pour s'adjuger une victoire monumentale pour un coureur français. La première à Sanremo depuis Laurent Jalabert en 1995, la première aussi dans l'une des cinq grandes classiques depuis 1997.

Durant cette journée magique, longue de près de 7 heures, le Beauvaisien a tiré un trait sur sa décevante saison 2015, sa malchance dans les classiques et ses difficultés dans le Tour de France. Cet hiver, il a bâti un autre programme. Décision a été prise de faire l'impasse en 2016 sur le Tour au profit du Giro qu'il n'a disputé qu'une seule fois.

"J'ai couru deux fois le Tour de France, j'ai obtenu des places d'honneur mais on retient surtout que je n'ai pas gagné d'étape", regrettait-il en début d'année, conscient que l'équipe FDJ mise d'abord sur le classement général avec Thibaut Pinot.

Bouhanni, un rival frustré

L'enfant de Warluis (Oise), amoureux éperdu de Paris-Roubaix, revient de loin. La semaine passée, il avait abandonné dans Paris-Nice à cause d'un problème musculaire après avoir enlevé la première étape. Aux dépens déjà de Bouhanni, l'autre grand sprinteur français, frustré et furieux samedi après avoir obtenu une quatrième place sur la Via Roma.

Ce nouvel épisode du duel entre les deux hommes enrichit la chronique. Champion du monde espoirs en 2011, Démare (passé pro l'année suivante) a été investi des pleines responsabilités de leader dans l'équipe FDJ de Marc Madiot que Bouhanni a quitté à la fin de la saison 2014.

Tous deux ont été champions de France, Bouhanni en 2012 devant Démare avant que le Picard prenne sa revanche deux ans plus tard sur le circuit du Futuroscope.

Cette saison, la rivalité nationale est passée à l'échelon supérieur, pour le bonheur du cyclisme français qui voit se profiler, en octobre, à Doha (Qatar), un championnat du monde promis aux sprinteurs.

"C'est un très bon coureur et je pense qu'on restera adversaire pendant très longtemps", a souri Démare, tout à sa joie de se remettre sur une trajectoire scintillante. Un grand succès, quatre ans et demi après avoir décroché un titre de champion du monde espoirs riche de promesses.

Avec AFP
 

Première publication : 19/03/2016

  • CYCLISME

    Le Tour de France 2017 partira de Düsseldorf, en Allemagne

    En savoir plus

  • CYCLISME

    Tour de France 2016 : du Mont Ventoux, de l'Espagne et de la Suisse au programme

    En savoir plus

  • CYCLISME

    Le Tour de France, succès populaire international et mastodonte économique

    En savoir plus

COMMENTAIRE(S)