Rendez-vous

Rejouer


LES DERNIÈRES ÉMISSIONS

VOUS ÊTES ICI

Les architectes du végétal

En savoir plus

#ActuElles

Afrique du Sud : bourses d’études contre certificat de virginité

En savoir plus

REPORTERS

Ukraine : à la recherche des disparus de Donetsk

En savoir plus

REVUE DE PRESSE

"Hiroshima : une visite sans excuses"

En savoir plus

REVUE DE PRESSE

"King Canto, un vrai cong ?"

En savoir plus

LE DÉBAT

Croissance, terrorisme, migrants : les grands défis du G7 au Japon (partie 1)

En savoir plus

LE DÉBAT

Croissance, terrorisme, migrants : les grands défis du G7 au Japon (partie 2)

En savoir plus

FOCUS

Espagne : des salariés dénoncent leurs conditions de travail dans les abattoirs catalans

En savoir plus

UN ŒIL SUR LES MÉDIAS

Le "chantage" de la CGT

En savoir plus

Moyen-Orient

Au moins quatre morts dans un attentat-suicide en plein cœur d’Istanbul

© Bulent Kilic, AFP | La police turque sécurise la rue Istiklal, à Istanbul, après un attentat suicide le 19 mars.

Texte par FRANCE 24

Dernière modification : 20/03/2016

Un attentat-suicide perpétré samedi matin sur la grande rue piétonne et commerçante Istiklal, en plein centre d'Istanbul, a tué quatre touristes étrangers.

Quatre touristes étrangers ont été tués, samedi 19 mars à Istanbul, dans un attentat-suicide perpétré en plein cœur de la ville. Selon le dernier bilan des autorités turques, il s'agit de trois Israéliens, dont deux ayant également la nationalité américaine, et d'un Iranien. L'explosion a également fait 39 blessés, dont 24 étrangers.

Un "kamikaze" s'est fait exploser sur l'avenue Istiklal, une artère piétonne et commerçante sur la rive européenne de la plus grande ville du pays, empruntée chaque jour par des centaines de milliers de personnes.

La piste jihadiste est privilégiée

L'attentat n'a pas été immédiatement revendiqué mais les soupçons des enquêteurs se portent sur un Turc de 33 ans, Savas Yildiz, présenté comme un membre d'une cellule turque du groupe jihadiste État islamique (EI), a rapporté la presse proche du gouvernement islamo-conservateur turc. Les autorités n'ont pour l'instant pas confirmé, ni démenti ces informations. "Nos investigations se poursuivent sur cette question", a déclaré samedi soir le gouverneur d'Istanbul Vasip Sahin, "nous en partagerons les résultats avec vous dès qu'elles seront terminées".

À l'approche du Newroz, le Nouvel an kurde du 21 mars, les craintes de nouveaux attentats sont dans tous les esprits en Turquie. Fatma Kizilboga, correspondante de France 24 à Istanbul, rappelle d'ailleurs que le quai d'Orsay a mis en garde les ressortissants français vivant en Turquie.

>> À lire sur France 24 : "Conflit entre le PKK et Ankara : 'La Turquie risque de finir comme la Syrie'"

Le pays est en état d'alerte maximale depuis l'an dernier après un attentat-suicide qui a tué 103 personnes devant la gare d'Ankara, attribué par les autorités turques aux jihadistes de l’organisation de l'État islamique (EI).

Un autre attentat à la voiture piégée, dimanche soir, a coûté la vie à 35 personnes dans le cœur de la capitale turque après un attentat similaire, le 17 février, qui avait tué 29 personnes, également dans le centre d'Ankara.

Ces deux attaques ont été revendiquées par un groupe radical kurde proche des rebelles du Parti des travailleurs du Kurdistan (PKK). "La crainte ici, c'est que le pays bacsule dans la spirale de la violence", résume Fatma Kizilboga.

Avec AFP et Reuters

Première publication : 19/03/2016

  • TURQUIE

    Les avocats défenseurs de la cause kurde dans le collimateur d’Ankara

    En savoir plus

  • TURQUIE

    Le TAK, un groupe radical proche du PKK, revendique l'attentat d'Ankara

    En savoir plus

  • TURQUIE

    Au moins 34 morts et plus de 125 blessés dans une explosion à Ankara

    En savoir plus

COMMENTAIRE(S)