Rendez-vous

Rejouer


LES DERNIÈRES ÉMISSIONS

LE JOURNAL DE L'ÉCO

EDF adopte le projet d'EPR à Hinkley Point, Londres temporise

En savoir plus

LE DÉBAT

Hillary Clinton peut-elle conquérir la Maison Blanche ? (partie 1)

En savoir plus

LE DÉBAT

Hillary Clinton peut-elle conquérir la Maison Blanche ? (partie 2)

En savoir plus

REVUE DE PRESSE

L'espoir suscité par Hillary Clinton chez les femmes aux Etats-Unis

En savoir plus

REVUE DE PRESSE

Pourquoi l'appli Telegram utilisée par les terroristes échappe toujours à la surveillance ?

En savoir plus

UN ŒIL SUR LES MÉDIAS

Obama : le discours qui fait mouche

En savoir plus

LE JOURNAL DE L’AFRIQUE

Début du "sommet de la réconciliation" entre le Burkina Faso et la Côte d'Ivoire

En savoir plus

FOCUS

En Inde, des femmes se mobilisent contre l'alcool

En savoir plus

L'ENTRETIEN DE L'INTELLIGENCE ECONOMIQUE

Communication digitale : de l'influence à la propagande

En savoir plus

EUROPE

Les migrants continuent d'affluer à Lesbos malgré l'accord UE - Turquie

© Aris Messinis, AFP | Des migrants sur un canot pneumatique sur le point d'aborder à Lesbos, le 17 février 2016.

Texte par FRANCE 24

Dernière modification : 20/03/2016

Une douzaine de canots emplis de migrants sont arrivés, dimanche matin, sur l’île grecque de Lesbos tandis que Athènes a reconnu que l’accord migratoire entre l’Union européenne (UE) et la Turquie ne pourrait être appliqué "dans les 24 heures".

C’est la réponse des passeurs à l’accord UE-Turquie. Une douzaine de canots pneumatiques surchargés de migrants ont fait le trajet périlleux entre la côte turque et l’ile de Lesbos en mer Égée, dimanche 20 mars, premier jour de l’entrée en vigueur d’une politique visant à freiner les arrivées dans l’Union européenne en contrepartie d’une aide financière et de facilités accordées à Ankara.

Les migrants qui viennent de fouler le sol européen espèrent passer outre l’accord de Bruxelles, qui prévoit le retour en Turquie de toutes les personnes qui arriveront illégalement sur les îles grecques de la mer Egée à partir de ce dimanche. L’accord conclu vendredi officialise le principe dit du "un pour un" : "Pour chaque Syrien renvoyé en Turquie depuis les îles grecques, un autre Syrien sera réinstallé de la Turquie vers l’UE en tenant compte des critères de vulnérabilité des Nations unies".

Les migrants qui ont traversé la mer Égée ce dimanche devraient cependant passer à travers les mailles du filet.

"L'accord sur le renvoi des nouveaux arrivants sur les îles devait selon le texte entrer en vigueur le 20 mars (dimanche, ndlr) mais un tel plan ne peut pas être mis en place en seulement 24 heures", a déclaré à l'AFP Giorgos Kyritsis, le coordinateur de la politique migratoire au sein du gouvernement d'Alexis Tsipras.

"Une réunion gouvernementale sur le sujet a été tenue samedi après-midi et a permis de mettre en place un plan", a-t-il précisé, et "le Premier ministre a demandé une application immédiate de l'accord".

"Mais dans les faits, il faut que les structures, le personnel soient prêts et cela prend un peu plus de 24h", a ajouté M. Kyritsis.

Premiers retours le 4 avril

Les migrants qui foulent le sol de Lesbos ce dimanche 20 mars espèrent bien passer à travers les mailles du filet.

Hussein Ali Mohammed, un jeune Syrien interviewé par un journaliste de Reuters, explique qu’il compte se rendre au Danemark pour y poursuivre ses études. Interrogé sur sa connaissance de l’accord de vendredi, il a répondu: "Je suis au courant. J’espère franchir les frontières. J’espère pouvoir terminer mes études ici, c’est tout. Je ne veux pas d’argent, je veux juste terminer mes études. Voilà mon message."

Hussein Ali Mohammed a multiplié les petits boulots en Turquie pour s’offrir les services d’un passeur et sa principale crainte aujourd’hui est d’être renvoyé de l’autre côté de la mer Egée. "J’ai travaillé très, très dur en Turquie. J’ai économisé pour venir ici."

Autre arrivant, Mohammed, un informaticien de trente ans originaire de Daraa, en Syrie. Il dit vouloir rester en Grèce jusqu’à ce qu’il trouve un moyen de retrouver son épouse et son fils en Allemagne.

Les premiers retours sont prévus le 4 avril, mais la légalité de l’accord entre l’Union européenne et la Turquie continue de poser question et le sort des dizaines de milliers de migrants et réfugiés déjà arrivés en Grèce n’est pas clair.

Au moins 144 000 personnes, Syriens, Irakiens et Afghans, pour la plupart, sont arrivés en Grèce cette année selon des chiffres du HCR. Près de 60 % d’entre eux sont des femmes et des enfants.

Plus de la moitié sont arrivés par Lesbos, en première ligne de la crise migratoire la plus importante à laquelle l’Europe doit faire face depuis la Seconde Guerre mondiale.

Avec Reuters et AFP

Première publication : 20/03/2016

  • CRISE MIGRATOIRE

    Les migrants arrivant en Grèce à partir de dimanche seront renvoyés en Turquie

    En savoir plus

  • CRISE MIGRATOIRE

    Crise migratoire : les 28 se mettent d'accord sur une "position commune" face à la Turquie

    En savoir plus

  • CRISE DE MIGRANTS

    L’accord UE – Turquie sur la crise des migrants : les points de discorde

    En savoir plus

COMMENTAIRE(S)