Rendez-vous

Rejouer


LES DERNIÈRES ÉMISSIONS

LE JOURNAL DE L’AFRIQUE

Des émeutes éclatent au Gabon après l'annonce de la victoire de justesse d'Ali Bongo

En savoir plus

LE DÉBAT

Brésil : Clap de fin pour Dilma Rousseff (2ème partie)

En savoir plus

LE DÉBAT

Brésil : Clap de fin pour Dilma Rousseff (1ère partie)

En savoir plus

EXPRESS ORIENT

Offensive turque en Syrie : le casse-tête de Washington

En savoir plus

À L’AFFICHE !

Venise, ses gondoles, ses canaux et... son cinéma !

En savoir plus

FOCUS

Crise des migrants : la rue, point de passage obligé pour les demandeurs d'asile à Paris?

En savoir plus

EXPRESS ORIENT

Attentat de Gaziantep : la communauté kurde de Turquie à nouveau meurtrie

En savoir plus

FACE À FACE

La démission de Macron, un nouveau coup dur pour Hollande

En savoir plus

REVUE DE PRESSE

"Et à la fin, Macron tua le père"

En savoir plus

EUROPE

Sven Mary, l’avocat de Salah Abdeslam, veut porter plainte contre le procureur de Paris

© Aurore Belot , Belga, AFP | Sven Mary, l'avocat belge de Salah Abdeslam, s'est exprimé auprès des médias le 19 mars 2016 après s'être entretenu avec le présumé logisticien des attaques du 13 novembre.

Texte par FRANCE 24

Dernière modification : 20/03/2016

Sven Mary est chargé de la défense de Salah Abdeslam, logisticien présumé des attaques du 13 novembre à Paris, arrêté le 18 mars. Ce célèbre pénaliste a d’ores et déjà annoncé qu’il porterait plainte contre le procureur de Paris.

Sven Mary, avocat de Salah Abdeslam et ténor du barreau de Bruxelles, a annoncé dimanche 20 mars qu'il comptait porter plainte pour violation du secret de l'instruction contre le procureur de Paris, François Molins.

Il reproche à celui-ci d'avoir dévoilé samedi des éléments du premier interrogatoire de Salah Abdeslam après son arrestation. François Molins avait révélé qu'Abdeslam avait affirmé aux enquêteurs belges qu'il "voulait se faire exploser au Stade de France" le soir des attentats, avant de faire "machine arrière".

Un peu plus tôt dans la journée de samedi, Salah Abdeslam n’est entendu par les enquêteurs belges que depuis quelques heures lorsque Sven Mary décide de s’exprimer face à la presse.

Le pénaliste, âgé d’une quarantaine d’années, crâne chauve et barbe naissante,  donne le ton. Il n'entend pas plier face à l'énorme pression de la justice française. L’annonce du refus d’Abdeslam d’être remis à la France fait couler beaucoup d’encre mais ne change pas grand-chose au sort qui attend le présumé logisticien des attentats du 13 novembre perpétrés à Paris et Saint-Denis (93).

Pour Claude Moniquet, président de l'European Strategic Intelligence and  Security Center (ESISC), interrogé par France 24, Sven Mary cherche "surtout à faire parler de lui". "Salah Abdeslam sera en prison en France dans deux à trois mois, [...] il n'y a aucun moyen légal de l'éviter", ajoute l'expert en contre-terrorisme.

Salah Abdeslam "vaut de l’or"

Dimanche, Me Mary a estimé que Salah Abdeslam était "d'une importance capitale pour cette enquête". "Je dirais même qu'il vaut de l'or. Il collabore, il communique, il ne maintient pas son droit au silence. Je pense qu'il serait intéressant de laisser maintenant le temps au temps, pour que je puisse en parler avec lui, pour que les enquêteurs puissent parler avec lui", a-t-il indiqué sur la télévision publique RTBF.

Ces affirmations sont largement remises en question par Claude Moniquet qui estime que "Salah Abdeslam ne parlera vraiment que le jour où il donnera des informations opérationnelles sur la façon dont ont été préparés les attentats du 13 novembre [...]" et sur le sort d'autres terroristes recherchés ou qui seraient en train de préparer des attentats en Europe.

Sven Mary, qui a notamment défendu le chef du groupuscule salafiste Sharia4Belgium Fouad Belkacem, avait été approché fin 2015 par l'entourage de Salah Abdeslam, à la recherche d'un éventuel avocat dans l'hypothèse de l'arrestation du fugitif le plus recherché d'Europe.

Au quotidien "Le Soir", il avait expliqué : "Moi, ce qui me motive, c'est de lutter contre l'arbitraire et l'abus de pouvoir. Et là, on est en plein dedans", disait-il à propos du volet belge de l'enquête sur les attaques de Paris, en partie fomentées depuis la Belgique.

Malgré la pression, le père de famille a décidé d'aller de l'avant. "J'ai choisi mon métier et ma spécialité et j'assume. Les attentats parisiens m'ont révulsé et j'ai des idées personnelles au sujet du jihadisme qu'on ne m'enlèvera pas de la tête. Mais mon mandat est de défendre les personnes qui me demandent de le faire", a expliqué Sven Mary dans la presse locale.

Il a toutefois posé une condition, respectée par  Salah Abdeslam lors de son premier interrogatoire : que celui-ci ne nie pas sa présence à Paris le 13 novembre.

Avec AFP
 

Première publication : 20/03/2016

  • ATTENTATS DU 13 NOVEMBRE

    Arrestation d’Abdeslam : comment la police a débusqué l’ennemi public français numéro 1

    En savoir plus

  • ATTENTATS DU 13 NOVEMBRE

    Abdeslam inculpé pour "meurtres terroristes et participation aux activités d'un groupe terroriste"

    En savoir plus

  • ATTENTATS DU 13 NOVEMBRE

    Salah Abdeslam et quatre autres suspects arrêtés à Bruxelles

    En savoir plus

COMMENTAIRE(S)