Rendez-vous

Rejouer


LES DERNIÈRES ÉMISSIONS

UN ŒIL SUR LES MÉDIAS

Manuel Valls est-il capable de rassembler les socialistes ?

En savoir plus

LE JOURNAL DE L’AFRIQUE

L'Organisation de l'Etat islamique perd la ville de Syrte, son fief en Libye

En savoir plus

FOCUS

Italie : la région désertée de Basilicate reprend vie grâce aux migrants

En savoir plus

À L’AFFICHE !

Richard Bona, l'un des bassistes les plus doués de sa génération

En savoir plus

LE JOURNAL DE L'ÉCO

L'Italie entre dans une zone d'incertitude

En savoir plus

REVUE DE PRESSE

"L'échec de Renzi: avoir sous-estimé la brutalité sociale de sa politique"

En savoir plus

REVUE DE PRESSE

"La "castritude" selon Ségolène Royal"

En savoir plus

L'ENTRETIEN

Pierre Conesa : "L’Arabie saoudite a une diplomatie à deux facettes"

En savoir plus

ICI L'EUROPE

"La Turquie ne peut pas se passer de l'Europe"

En savoir plus

EUROPE

Le congolais Jean-Pierre Bemba reconnu coupable de crime contre l'humanité par la CPI

© Jerry Lampen, AFP | L'ancien vice-président congolais Jean-Pierre Bemba devant la CPI, à La Haye, le 21 mars 2016.

Vidéo par FRANCE 24

Texte par FRANCE 24

Dernière modification : 21/03/2016

La CPI a reconnu l'ancien vice-président congolais, Jean-Pierre Bemba, coupable de crimes contre l'humanité et de crimes de guerre pour les viols et les meurtres commis par sa milice en Centrafrique en 2002-2003. Il risque la prison à perpétuité.

Après un procès marathon, la Cour pénale internationale (CPI) a reconnu, lundi 21 mars, Jean-Pierre Bemba coupable de crimes contre l'humanité et crimes de guerre pour les viols et meurtres commis par sa milice en Centrafrique en 2002-2003. L'ancien vice-président de la République démocratique du Congo (RDC) risque 30 ans de détention ou la prison à perpétuité, si les juges estiment que l'"extrême gravité du crime" le justifie.

Jean-Pierre Bemba "agissait de fait en tant que commandant militaire et avait le contrôle effectif de ses troupes en Centrafrique pendant toute la durée de l'opération", a affirmé la juge Sylvia Steiner, ajoutant : "il est coupable de crimes contre l'humanité et de crimes de guerre".

Accusé de trois crimes de guerre et de deux crimes contre l'humanité, Jean-Pierre Bemba avait plaidé non coupable lors de l'ouverture de son procès en novembre 2010, deux ans après son arrestation à Bruxelles

Un "chef militaire" face à la justice : une première

C'était la première affaire à la CPI, qui siège à La Haye, qui se concentrait sur l'utilisation de viols et violences sexuelles en tant qu'armes de guerre et le premier procès où un chef militaire était tenu responsable des atrocités commises par ses hommes même s'il ne les a pas ordonnées.

Ancien chef rebelle du nord de la République démocratique du Congo, Jean-Pierre Bemba était poursuivi, non en tant qu'auteur ou co-auteur mais en tant que "chef militaire", en vertu du principe de la "responsabilité du commandant".

Quelque 1500 hommes en armes de l'ancien chef rebelle s'étaient rendus en Centrafrique en octobre 2002 pour soutenir le président Ange-Félix Patassé, victime d'une tentative de coup d'État menée par le général François Bozizé. Là, ils ont violé, pillé et tué, a assuré la juge, égrenant une longue liste de viols, souvent violents, commis par les troupes de Jean-Pierre Bemba.

 

 

Première publication : 21/03/2016

  • RD CONGO

    Depuis La Haye, Jean-Pierre Bemba continue d'influencer la politique congolaise

    En savoir plus

  • JUSTICE INTERNATIONALE

    Le Congolais Jean-Pierre Bemba plaide non coupable devant la CPI

    En savoir plus

  • JUSTICE

    Le Congolais Jean-Pierre Bemba devant les juges de la CPI

    En savoir plus

COMMENTAIRE(S)