Rendez-vous

Rejouer


LES DERNIÈRES ÉMISSIONS

UN ŒIL SUR LES MÉDIAS

Barack Obama à Hiroshima : un hommage mais pas d’excuses

En savoir plus

UNE SEMAINE DANS LE MONDE

Accord de la zone Euro : nouveau plan de sauvetage pour la Grèce

En savoir plus

UNE SEMAINE DANS LE MONDE

Barack Obama à Hiroshima : l'appel pour un monde sans armes nucléaires

En savoir plus

REPORTERS

Ukraine : à la recherche des disparus du Donbass

En savoir plus

7 JOURS EN FRANCE

Euro-2016 : la France chausse les crampons

En savoir plus

BILLET RETOUR

Vidéo : en Turquie, que reste-il de la révolte de Gezi ?

En savoir plus

L'ENTRETIEN

Issad Rebrab : "Ma seule ambition, le développement économique de l'Algérie"

En savoir plus

FOCUS

Espagne : des salariés dénoncent leurs conditions de travail dans les abattoirs catalans

En savoir plus

À L’AFFICHE !

Les réfugiés dans l'œil de la photographe Anne A-R

En savoir plus

EUROPE

Ce que l'on sait des attentats de Bruxelles

© Philippe Huguen, AFP | Les forces de police mobilisées autour de la station de Maelbeeck, à Bruxelles, le 22 mars 2016.

Texte par FRANCE 24

Dernière modification : 23/03/2016

Après la série d'attentats qui a secoué Bruxelles, mardi, à l'aéroport et dans une station de métro de la capitale, France 24 fait le point sur l'enquête. Combien de suspects sont impliqués ? Combien sont recherchés ? Éléments de réponse.

À la suite des attentats de Bruxelles, mardi 22 mars, revendiqués par l'organisation État islamique (EI), la police belge a lancé une chasse à l'homme pour retrouver l'un des auteurs présumés des attaques coordonnées qui ont frappé l'aéroport et le métro de la capitale belge. Pour l’heure, aucun bilan officiel n’a été formellement établi. France 24 vous résume les événements de la journée.

8 h : Deux premières explosions surviennent à l'aéroport de Bruxelles-Zaventem, faisant 14 morts et une centaine de blessés. Selon le gouverneur de la province du Brabant Flamand, Lodewijk De Witte, "trois bombes ont été introduites" dans l'aéroport, mais l'une d'elles "n'a pas explosé". Ce sont les services de déminage qui l'ont faite exploser en début d'après-midi.

9 h : Une autre attaque est lancée à l'intérieur de la station de métro Maelbeek, en plein quartier européen. Elle a provoqué "probablement une vingtaine de décès" et 106 blessés, selon le maire de Bruxelles, Yvan Mayeur. Le bilan est encore incertain.

>> Attentats de Bruxelles : "Ce genre d’attaque ne se prépare pas en 48 heures"

Après ces attentats, l'aéroport de Bruxelles-Zaventem a suspendu tous les vols au départ et à l'arrivée pour la journée de mardi. L'aéroport restera fermé mercredi toute la journée. Tous les transports en commun ont été interrompus une grande partie de la journée, avant de progressivement reprendre en fin d’après-midi.

Un troisième homme activement recherché

Peu de temps après ces attaques, la police fédérale belge a lancé un avis de recherche, appelant des témoins à identifier un homme capté sur une image d'une caméra de vidéosurveillance. Sur l'image en question figurent trois suspects repérés dans la matinée à l'aéroport international de Bruxelles-Zaventem, poussant des chariots à bagages.

>> À lire sur France24.com : "Récit d’un rescapé à l’aéroport de Bruxelles : "J’ai eu un bol d'enfer"

Le procureur fédéral belge, Frédéric Van Leeuw, a déclaré que deux d'entre eux avaient "probablement commis un attentat-suicide", et étaient donc probablement morts. Leurs bombes étaient cachées dans des valises. Le troisième homme – portant veste, chemise claire, des lunettes sous un chapeau noir – est "activement recherché", a ajouté le procureur. Il a été vu s'enfuyant de l'aéroport.

Des "perquisitions sont en cours en plusieurs endroits du pays", a encore indiqué le procureur fédéral belge, Frédéric Van Leeuw. "Dans le nord de Bruxelles, à Jette, et à Schaerbeek", a précisé plus tard Kattalin Landaburu, la correspondante de France 24 à Bruxelles. Le parquet fédéral a précisé qu'un engin explosif, des produits chimiques et un drapeau de l'EI avaient notamment été découverts lors d'une perquisition à Schaerbeek. "Une équipe de démineurs à été mobilisée dans l’un des appartements", a ajouté Kattalin Landaburu.

D'après des médias belges, cet appartement aurait été identifié grâce au témoignage d'un chauffeur de taxi qui pense avoir pris en charge les auteurs de l'attaque contre l'aéroport.

Trop tôt pour établir un lien avec Paris

Le groupe EI a revendiqué officiellement ces attaques, les plus sanglantes jamais commises à Bruxelles, capitale belge et capitale de l'Europe [Conseil de l'union européenne, Conseil de l'Europe, Commision]. Elles montrent, selon les experts, que les réseaux de l'EI restent capables de monter des opérations meurtrières, malgré la pression policière à laquelle ils sont soumis. Souvent considérée comme un sanctuaire pour les islamistes radicaux, Bruxelles avait échappé jusqu'ici aux attaques qui ont ensanglanté Madrid en 2004, Londres en 2005, et Paris à deux reprises en 2015.

>> À lire sur France24.com : "Aéroport de Bruxelles : 'C'était le chaos, il y avait des éclats de verre, de la fumée...'"

Ces nouveaux attentats surviennent quatre jours après la capture spectaculaire dans la commune bruxelloise (arrondissement) de Molenbeek du Français Salah Abdeslam, seul survivant parmi les assaillants des attentats du 13 novembre à Paris (130 morts), et désormais incarcéré à Bruges avant son transfèrement demandé par la France. Le procureur fédéral a cependant souligné qu'"il était encore trop tôt pour établir un lien avec les attentats de Paris".

Le parquet de Paris, de son côté, a annoncé l'ouverture d'une enquête en France. Huit Français ont été blessés, dont trois grièvement, selon un bilan provisoire.

Une délégation du FBI et de la police de New York va pour sa part se rendre à Bruxelles. Plusieurs Américains figurent parmi les blessés dont trois missionnaires mormons de l'Utah et un membre de l'US Air Force. Le département d'État américain a par ailleurs mis en garde les touristes américains contre des "risques potentiels" en Europe.

"Des groupes terroristes planifient encore des attaques à moyen terme à travers l'Europe, ciblant des événements sportifs, sites touristiques, restaurants et les transports", a ainsi écrit le département d'Etat. Cette mise en garde s'applique jusqu'au 20 juin, soit après le coup d'envoi de l'Euro-2016 de football organisé en France du 10 juin au 10 juillet.

Avec AFP et Reuters

Première publication : 22/03/2016

  • BELGIQUE

    Vidéo : images amateur du chaos à l'aéroport Zaventem quelques secondes après les explosions

    En savoir plus

  • ATTENTATS DE BRUXELLES

    Le renforcement de la sécurité en France est-il efficace ?

    En savoir plus

  • ATTENTATS DE BRUXELLES

    Récit d’un rescapé à l’aéroport de Bruxelles : "J’ai eu un bol d'enfer"

    En savoir plus

COMMENTAIRE(S)