Rendez-vous

Rejouer


LES DERNIÈRES ÉMISSIONS

LE JOURNAL DE L’AFRIQUE

Libération de Karim Wade : une décision dénoncée par des militants anti-corruption

En savoir plus

LE JOURNAL DE L’AFRIQUE

Condamnation de Moïse Katumbi : l'opposition dénonce un "harcèlement"

En savoir plus

7 JOURS EN FRANCE

Dans les coulisses des palaces parisiens

En savoir plus

LE DÉBAT

Le Royaume-Uni quitte l'Union Européenne, un pays et une Europe sous le choc

En savoir plus

TECH 24

Fintech : quand les startups font trembler la banque

En savoir plus

LA SEMAINE DE L'ECO

Brexit : le saut dans l'inconnu (Partie 2)

En savoir plus

LA SEMAINE DE L'ECO

Brexit : le saut dans l'inconnu (Partie 1)

En savoir plus

POLITIQUE

Jean-Vincent Placé : « Refaire passer le chef de l’État par une primaire ne me paraît pas logique »

En savoir plus

POLITIQUE

Jean-Vincent Placé : « Nous sommes arrivés à un moment où il n’y a plus de débat démocratique ni de dialogue social »

En savoir plus

EUROPE

Attentats de Bruxelles : "Ce genre d’attaque ne se prépare pas en 48 heures"

© Dirk Waem, AFP | Les vitres de l'aéroport international de Bruxelles ont été soufflées par les deux explosions survenues mardi dans le hall des départs.

Vidéo par Wassim NASR

Texte par FRANCE 24

Dernière modification : 23/03/2016

Les attentats qui se sont produits mardi à Bruxelles ont fait l’objet d’une anticipation et ont probablement été préparés avant l’arrestation de Salah Abdelslam, estime Wassim Nasr, spécialiste des réseaux jihadistes pour France 24.

Les attaques terroristes que les autorités belges redoutaient se sont concrétisées mardi 22 mars dans l’aéroport et le métro bruxellois. "Bruxelles était visée parce que c’était faisable. C’est très opportuniste. Il ne faut pas oublier que plusieurs jihadistes belges se trouvent dans les rangs de l’EI. Ceux qui ont commis les attentats de Paris avaient des Belges et des Français parmi eux", estime Wassim Nasr, spécialiste des réseaux jihadistes pour France 24.

Un peu plus tôt, le journaliste expliquait que ces attentats n’étaient pas une simple réponse à l’arrestation du Français Salah Abdeslam, seul survivant du commando auteur des attentats jihadistes du 13 novembre à Paris : "Ces explosions démontrent un certain niveau de préparation et d’anticipation, ce genre d’attaques simultanées ne se prépare pas en 48 heures." Puis il précise : "L’attentat a certainement été précipité par l’arrestation de Salah Abdeslam."

"Exporter la guerre au cœur de l’Europe"

Selon Wassim Nasr, les jihadistes "veulent démontrer qu’ils vengent toutes les populations qui vivent des situations de guerre, en partant de Kaboul jusqu’aux confins du Sahara. Ce qui est le plus important, c’est qu’ils veulent démontrer qu’ils peuvent exporter la guerre au cœur de l’Europe."

Ces attaques à Bruxelles traduisent, aux yeux du journaliste, une organisation très bien huilée. Les hommes qui ont préparé ces attaques terroristes sont au cœur d’un réseau jihadiste organisé en "cellules distinctes, capables de frapper à différents moments, en gardant une capacité de nuisance même si une cellule est neutralisée". Comme ce fut le cas pour celle dont Salah Abdeslam faisait partie. "L’EI est capable de monter des opérations entièrement réalisées sur le sol européen", ajoute le spécialiste.

"Guerre totale"

Il précise : "Pour les jihadistes, c’est une guerre totale, ils essaient de frapper là où ils peuvent et de nuire aux puissances occidentales qui leur font la guerre. Il y a une volonté de terroriser les populations occidentales, de peser sur les opinions publiques qui vont elles-mêmes peser sur les politiques, mais aussi une volonté d’exporter une guerre au-delà des territoires habituels qui sont la Syrie, l’Irak, la Libye, le Yémen…"

Quant à la réaction que la communauté européenne doit adopter pour riposter, la journaliste Wassim Nasr rappelle qu'à son sens, "frapper en Syrie ou en Irak n’est pas la réponse adéquate pour mettre fin au terrorisme en Europe."

Première publication : 22/03/2016

  • BELGIQUE

    Aéroport de Bruxelles : "C'était le chaos, il y avait des éclats de verre, de la fumée..."

    En savoir plus

  • BELGIQUE

    Attentats de Bruxelles : la ville paralysée, les habitants appelés à rester où ils se trouvent

    En savoir plus

  • BELGIQUE

    Bruxelles endeuillée après les attaques de l'EI

    En savoir plus

COMMENTAIRE(S)