Rendez-vous

Rejouer


LES DERNIÈRES ÉMISSIONS

REVUE DE PRESSE

"Garder la foi"

En savoir plus

UN ŒIL SUR LES MÉDIAS

Saint-Etienne-du-Rouvray: après le choc, les questions et la polémique

En savoir plus

FOCUS

Vidéo : l'Italie se dote de nouveaux "hotspots" pour mieux accueillir les migrants

En savoir plus

LE DÉBAT

Attaques en Allemagne : menace islamique et politique migratoire en toile de fond (Partie 2)

En savoir plus

LE DÉBAT

Attaques en Allemagne : menace islamique et politique migratoire en toile de fond (Partie 1)

En savoir plus

REVUE DE PRESSE

"Hillary Clinton, à contrecœur"

En savoir plus

REVUE DE PRESSE

"La folie terroriste"

En savoir plus

LE JOURNAL DE L’AFRIQUE

Au Nigeria, les crimes contre des chrétiens se multiplient

En savoir plus

L'ENTRETIEN

"Lady Liberty" : emblème de l'Amérique et symbole de liberté

En savoir plus

Moyen-Orient

L'un des kamikazes des attentats de Bruxelles avait été arrêté en juin en Turquie

© Kayhan Ozer, Turkish Presidency, AFP | Recep Tayyip Erdogan (photo) affirme avoir prévenu la Belgique de la dangerosité d'Ibrahim El Bakraoui.

Vidéo par Cécile GALLUCCIO

Texte par FRANCE 24

Dernière modification : 24/03/2016

Le président turc Erdogan a affirmé mercredi que l'un des kamikazes des attentats de Bruxelles avait été arrêté en juin 2015 sur le sol turc avant d'être expulsé. Selon un haut responsable turc, il s'agirait d'Ibrahim El Bakraoui.

Un des trois kamikazes ayant participé mardi à l'attentat meurtrier contre l'aéroport de Bruxelles-Zaventem avait été arrêté en juin 2015 dans le sud de la Turquie avant d'être expulsé du pays, a affirmé mercredi la présidence turque.

"Un de ceux qui ont participé à l'attaque à Bruxelles a été arrêté en juin 2015 à Gaziantep. Il a été expulsé le 14 juillet 2015 après information de l'ambassade belge", a déclaré le président turc devant la presse. Recep Tayyip Erdogan n'a cependant pas donné son identité, c'est un haut responsable turc sous couvert d'anonymat qui a précisé qu'il s'agissait d'Ibrahim El Bakraoui.

Le kamikaze aurait été expulsé vers les Pays-Bas, à sa demande, mais la Belgique aurait été mise au courant de son arrestation. Bruxelles l'aurait jugé "sans lien avec le terrorisme". "Bien que nous les ayons informées que cet individu était un combattant terroriste étranger, les autorités belges n'ont pas été en mesure d'identifier ses liens avec le terrorisme", a souligné Recep Tayyip Erdogan.

Ibrahim El Bakraoui a donc été relâché.

Après les attentats de Paris en novembre dernier, les Turcs avaient de la même façon affirmé qu'ils avaient signalé à deux reprises aux autorités françaises la présence sur leur territoire d'Omar Ismaïl Mostefaï, un des jihadistes qui a participé à l'attaque contre la salle de concert du Bataclan.

"Nous n'avons jamais eu de réponse de la France", avait alors déploré sous couvert de l'anonymat un haut responsable turc.

Les Européens ont de leur côté longtemps dénoncé le manque de coopération d'Ankara dans la traque des apprentis jihadistes étrangers, dont la plupart rejoignent les rangs du groupe État islamique (EI) via son territoire.

Avec AFP

Première publication : 23/03/2016

  • BELGIQUE

    Du Pérou au Maroc : les victimes de l’attentat de Bruxelles

    En savoir plus

  • ATTENTATS DE BRUXELLES

    Attentats de Bruxelles : le réseau des frères El Bakraoui à la loupe

    En savoir plus

  • EUROPE

    La fin des attaques terroristes en Europe avec le PNR ?

    En savoir plus

COMMENTAIRE(S)