Rendez-vous

Rejouer


LES DERNIÈRES ÉMISSIONS

LE JOURNAL DE L’AFRIQUE

Tensions inter-religieuses au Nigeria : Multiplication de crimes contre des chrétiens

En savoir plus

L'ENTRETIEN

"Lady Liberty" : emblème de l'Amérique et symbole de liberté

En savoir plus

À L’AFFICHE !

La saison des tubes de l'été est lancée !

En savoir plus

FOCUS

Vidéo : au Canada, les critères d'accueil des réfugiés jugés discriminatoires envers les musulmans

En savoir plus

REVUE DE PRESSE

"L'important, c'est de participer"

En savoir plus

L'ENTRETIEN

Erdogan : "Les putschistes avouent que les instructions sont venues de Gülen"

En savoir plus

LE JOURNAL DE L'ÉCO

Le G20 presse le Royaume-Uni de lancer ses négociations commerciales avec l'UE

En savoir plus

REVUE DE PRESSE

"Nice, l'indécente polémique"

En savoir plus

7 JOURS EN FRANCE

JO-2016 : Les Français en route pour Rio

En savoir plus

Afrique

Présidentielle au Congo : Sassou Nguesso en tête selon des résultats partiels

© Marco Longari, AFP | Le chef de l'État sortant Denis Sassou Nguesso lors du vote le 20 mars 2016 à Brazzaville.

Texte par FRANCE 24

Dernière modification : 23/03/2016

Le président sortant Denis Sassou Nguesso est donné largement en tête du premier tour de la présidentielle, selon des résultats partiels. L'opposition, qui conteste ce scrutin, demande au peuple "d'exercer sa souveraineté".

Selon des résultats partiels annoncés mardi 22 mars, deux jours après l’élection présidentielle au Congo-Brazzaville, le chef de l’État sortant Denis Sassou Nguesso est en tête avec 67,02 % des voix.

"Attendons d'avoir le détail [des résultats définitifs] mais à ce stade, on peut anticiper une victoire au premier tour", à réagi devant la presse Thierry Moungalla, porte-parole de l'équipe de campagne du président et du gouvernement.

Ces chiffres provisoires portent sur 59 % du corps électoral et ne comprennent pas ceux de Pointe-Noire, la capitale économique du pays et bastion de l'opposition, a précisé le président de la Commission électorale nationale indépendante (Ceni), Henri Bouka. La Ceni place en deuxième position le candidat d'opposition Guy-Brice Parfait Kolélas avec plus de 16 % des voix, devant le général Jean-Marie Michel Mokoko, autre candidat d'opposition (plus de 7 %). Ce dernier conteste les résultats.

Le pays est toujours isolé du monde

Des groupes de quelques dizaines de partisans du chef de l'État ont manifesté leur joie à pied ou en voiture en début de soirée dans le centre de la capitale.

De son côté, l'opposition a créé une "commission technique" parallèle (CTE) pour surveiller le déroulement du vote et compiler ses propres résultats, une initiative qualifiée d'"illégale" par le pouvoir. Sur ordre du gouvernement, toutes les télécommunications sont ainsi toujours coupées dans le pays depuis dimanche pour des raisons de sûreté nationale, afin d'empêcher l'opposition de diffuser ses résultats.

Appel au calme de la communauté internationale

Face à cette situation, la communauté internationale, inquiète de possibles violences, a appelé au calme les différentes parties. La France a qualifié le contexte de ce scrutin de "préoccupant". Le porte-parole du Quai d'Orsay, Romain Nadal a souligné la "vigilance" de Paris et son "attachement à la transparence et à l'équité du processus électoral à toutes ses étapes".

Affirmant avoir noté "de nombreux rapports d'irrégularités qui constituent une source d'inquiétude quant à la crédibilité du processus" électoral, le département d'État américain a aussi demandé "à tous les dirigeants politiques [congolais de] renoncer à la violence et appeler leurs partisans au calme", et plaidé lui aussi pour le rétablissement des communications.

Jugeant à l'avance le scrutin biaisé, cinq candidats d'opposition ont demandé au peuple "d'exercer sa souveraineté" si le président sortant l'emportait dès le premier tour, comme celui-ci l'a promis à ses partisans. Charles Zacharie Bowao, coordonnateur de la plate-forme soutenant les cinq candidats d'opposition, a ainsi déjà assuré : "Nous défendrons les résultats des urnes, y compris au risque de notre vie. Nous ne laisserons pas la victoire du peuple être confisquée".

Avec AFP

Première publication : 23/03/2016

  • CONGO-BRAZZAVILLE

    Isolés, les Congolais attendent les résultats d'une présidentielle sans suspense

    En savoir plus

  • CONGO-BRAZZAVILLE

    Élection présidentielle sous tension dans un Congo privé de télécommunications

    En savoir plus

  • CONGO-BRAZZAVILLE

    Congo-Brazzaville : le président annonce un référendum pour une nouvelle Constitution

    En savoir plus

COMMENTAIRE(S)