Rendez-vous

Rejouer


LES DERNIÈRES ÉMISSIONS

À L’AFFICHE !

Puppa Lek Sen, héritier du reggae africain

En savoir plus

FOCUS

Proche-Orient : l’essor du tourisme politique

En savoir plus

REVUE DE PRESSE

Tensions entre Grecs et réfugiés sur l’île de Chios

En savoir plus

REVUE DE PRESSE

Le plan pour l'islam de France

En savoir plus

LE JOURNAL DE L'ÉCO

États-Unis : Yellen promet une hausse progressive des taux, les marchés réagissent

En savoir plus

L'ENTRETIEN

Teddy Riner : "Je suis allé chercher ma deuxième médaille d’or avec les tripes"

En savoir plus

UN ŒIL SUR LES MÉDIAS

Rio c'est parti, Lille c'est fini !

En savoir plus

UN ŒIL SUR LES MÉDIAS

Mort d'Adama Traore : la troisième autopsie n'aura pas lieu

En savoir plus

UN ŒIL SUR LES MÉDIAS

Burkini : le Conseil d'État tranche, le débat politique continue

En savoir plus

Economie

Sept Iraniens poursuivis par les États-Unis pour piratage informatique

© Alex Wong, AFP | La ministre américaine de la Justice, Loretta Lynch, a annoncé l'implication de sept Iraniens dans une série d'attaques informatiques contre des banques et un barrage.

Texte par FRANCE 24

Dernière modification : 24/03/2016

Les autorités américaines ont mis en accusation sept Iraniens pour piratage informatique visant des banques et un barrage pour le compte de Téhéran. Reste que Téhéran ne risque pas d'arrêter ces pirates pour le compte de Washington.

C'est une première : les États-Unis n'avaient encore jamais, jusqu'à jeudi 24 mars, accusé des ressortissants étrangers d'avoir, pour le compte d'un autre pays, piraté des infrastructures critiques. Avec Ahmad Fathi, Hamid Firoozi, Amin Shokohi, Sadegh Ahmadzadegan, Omid Ghaffarinia, Sina Keissar et Nader Seidik, Washington a franchi le pas.

Ces Iraniens sont accusés d'avoir lancé une série d'attaques informatiques contre des institutions financières et d'avoir pris le contrôle à distance d'un barrage, a annoncé la ministre américaine de la Justice, Loretta Lynch. Ils auraient visé les sites Internet de la Bank of America, du Nasdaq et du Dow Jones ou encore d'AT&T pour empêcher les clients d'avoir accès aux services en ligne de ces institutions.

"Contrôler les niveaux d'eau"

L'un de ces Iraniens aurait aussi réussi à prendre le contrôle du système informatique du barrage Bowman Avenue, à Rye (État de New York) pendant près d'un mois à la fin de l'été 2013. "Cet accès aurait permis de contrôler les niveaux d'eau et le flux hydraulique, faisant courir un danger clair et immédiat à la population", a indiqué Loretta Lynch. Mais le système permettant de manœuvrer le barrage hydraulique avait, à l'époque, été déconnecté du réseau informatique pour des travaux de maintenance.

Ces poursuites judiciaires inédites font écho à celles que le gouvernement américain avait lancées contre des ressortissants chinois, il y a deux ans. Mais à l'époque il s'agissait d'affaires d'espionnage industriel pour le compte de Pékin et non pas d'attaques informatiques à même de mettre à mal des infrastructures sensibles américaines.

Reste que Téhéran ne va probablement pas arrêter ces pirates informatiques pour le compte de Washington. Pour autant, les autorités américaines assurent que cette mise en accusation n'est pas seulement symbolique. James B. Comey, le directeur du FBI, a mis ces sept Iraniens en garde : "Le monde est petit et nous avons une bonne mémoire".

Avec AFP

Première publication : 24/03/2016

  • PAYS-BAS

    Piratage : l'industrie du cinéma lance un ultimatum aux Pays-Bas

    En savoir plus

  • INTERNET

    Une panne électrique géante en Ukraine serait liée à une attaque informatique

    En savoir plus

  • INTERNET

    Un ado américain clame haut et fort avoir piraté le mail du patron de la CIA

    En savoir plus

COMMENTAIRE(S)