Rendez-vous

Rejouer


LES DERNIÈRES ÉMISSIONS

LE JOURNAL DE L’AFRIQUE

"Ville morte en RDC" : une mobilisation inégale dans le pays

En savoir plus

UN ŒIL SUR LES MÉDIAS

Syrie: la Turquie sur tous les fronts

En savoir plus

FOCUS

Vidéo : au Niger, les enfants de plus en plus touchés par la malnutrition

En savoir plus

À L’AFFICHE !

Tonino Benacquista, roi du romanesque

En savoir plus

LE DUEL DE L’ÉCO

Montebourg, Sarkozy : leurs propositions pour redresser l'économie française

En savoir plus

LE DÉBAT

Destruction des mausolées de Tombouctou : un procès historique devant la CPI

En savoir plus

LE DÉBAT

Destruction des mausolées de Tombouctou : un procès historique devant la CPI (partie 1)

En savoir plus

LE JOURNAL DE L'ÉCO

L'État français a-t-il volontairement omis des détails dans un rapport sur Renault ?

En savoir plus

REVUE DE PRESSE

"Renzi, Merkel et Hollande sont sur un bateau"

En savoir plus

EUROPE

Germanwings : un an après le crash, les familles se recueillent sur les lieux du drame

© Anne-Christine Poujoulat, AFP | Les proche des victimes du crash du vol Germanwings sont arrivés le 24 mars 2016 à Marseille avant d'aller se recueillir sur les lieux du drame.

Texte par FRANCE 24

Dernière modification : 24/03/2016

Un an après le crash de l’avion Germanwings provoqué par le copilote de l’appareil, plus de 600 personnes sont venues se recueillir jeudi sur les lieux de l’accident. Les victimes étaient, pour beaucoup, originaires d’Allemagne et d’Espagne.

Il y a tout juste un an, le crash du vol de la compagnie Germanwings reliant Barcelone à Düsseldorf était projeté au sol par le copilote de l’appareil dans le sud de la France. Le drame a fait 149 victimes. Un an plus tard, 605 personnes, proches et familles des victimes, se sont rendues jeudi 24 mars sur les lieux de l’accident pour se recueillir.

Arrivés en France par des vols affrétés par la Lufthansa - dont Germanwings est une filiale à bas prix -, l'entourage des victimes a assisté, dans la matinée, aux cérémonies privées organisées par la compagnie aérienne allemande au Vernet (Alpes-de-Haute-Provence), à proximité immédiate des lieux du drame.

Les prénoms des 149 victimes ont été lus devant la stèle érigée peu après le crash et une minute de silence respectée à 10 h 41, l'heure exacte du crash.

Parmi les victimes, beaucoup étaient originaires d’Allemagne et d’Espagne. Les deux pays européens dénombrent respectivement 72 et 50 victimes. En tout, 144 passagers et six membres d’équipages ont perdu la vie dans ce drame. Parmi ces six professionnels, le copilote allemand Andreas Lubitz, responsable du crash et dont la famille n'était pas présente jeudi aux commémorations.

Cérémonies et plaques commémoratives

Jeudi et vendredi, les proches qui le souhaitent pouvaient également se rendre sur les lieux exacts de la catastrophe, à près de 1 500 mètres d'altitude. Selon le préfet des Alpes-de-Haute-Provence Bernard Guerin, 80 personnes devaient se rendre, en 4X4 puis à pied, dans le cirque montagneux non loin du col de Mariaud.

Un chemin forestier, boueux et en partie enneigé, y conduit. En contrebas, il se poursuit par une piste construite pour permettre aux secours d'accéder au site du crash : une ravine entourée de montagnes noires escarpées. Planté dans le sol, un pieu de couleur rouge signale le point d'impact.

Dès mercredi, plusieurs cérémonies avaient rassemblé des proches des victimes à Barcelone, Düsseldorf et Marseille. Des plaques commémoratives ont été dévoilées à Barcelone et Düsseldorf. Les cérémonies se sont poursuivies en fin de journée à Marseille, où une réunion interconfessionnelle a été organisée, dans l'intimité.

L'enquête judiciaire en France et celle du BEA avaient rapidement conduit à la mise en cause du copilote, qui souffrait de lourds problèmes psychologiques et qui avait profité de l'absence momentanée du pilote dans le cockpit pour commander la descente fatale une demi-heure après le décollage. Peu après, l'appareil s'écrasait sur le relief montagneux, se disloquant sous l'effet du choc.

Avec AFP
 

Première publication : 24/03/2016

  • CRASH DE GERMANWINGS

    Germanwings : l'hôpital psychiatrique avait été conseillé au copilote Andreas Lubitz

    En savoir plus

  • TRANSPORT AÉRIEN

    Germanwings : des experts de la sécurité aérienne prônent le partage des données psychologiques des pilotes

    En savoir plus

  • EUROPE

    Germanwings : le copilote avait préparé son geste lors du vol aller

    En savoir plus

COMMENTAIRE(S)