Rendez-vous

Rejouer


LES DERNIÈRES ÉMISSIONS

LE JOURNAL DE L’AFRIQUE

Au gabon, retour au calme mais climat politique tendu à la veille de l'investiture d'Ali Bongo

En savoir plus

UN ŒIL SUR LES MÉDIAS

Le drôle de selfie d'Hillary Clinton

En savoir plus

DEMAIN À LA UNE

Mondial de l'auto : un salon en perte de vitesse ?

En savoir plus

DEMAIN À LA UNE

Clinton - Trump : un premier face-à-face décisif

En savoir plus

À L’AFFICHE !

Synapson, révélation de la scène électro tricolore

En savoir plus

L'ENTRETIEN

IBK : "Pas de troubles dans le nord du Mali mais des difficultés à Kidal"

En savoir plus

FOCUS

Percée d'Haftar : France 24 filme la déroute d'une milice libyenne

En savoir plus

LE JOURNAL DE L'ÉCO

La Turquie furieuse après la dégradation de sa note souveraine.

En savoir plus

REVUE DE PRESSE

"À Alep, la barbarie"

En savoir plus

FRANCE

Loi Travail : la manifestation des jeunes dégénère à Paris, la police interpelle 15 personnes

© Loïc Venance, AFP | Des étudiants français brûlent des poubelles à Nantes le 24 mars 2016 alors que se tient une manifestation contre le projet de loi Travail.

Vidéo par FRANCE 2

Texte par FRANCE 24

Dernière modification : 24/03/2016

Des milliers de personnes étaient rassemblées jeudi dans plusieurs grandes villes françaises contre le projet de loi modifiant le droit du travail, présenté en Conseil des ministres. À Paris et Nantes, des manifestations de jeunes ont dégénéré.

Environ 43 000 personnes ont manifesté contre le projet de loi modifiant le droit du travail ont été organisées jeudi 24 mars dans toute la France, alors que le texte était présenté en Conseil des ministres. Des défilés avaient lieu à Paris, Lyon, Bordeaux, Toulouse, Grenoble ou encore Besançon, à l'appel de sept syndicats et organisations de lycéens et étudiants (CGT, FO, FSU, Solidaires, Unef, UNL et Fidl).

>> Balayette et coup de poing au visage : un policier se lâche sur un lycéen parisien

Les manifestations ont dégénéré dans l'après-midi à Nantes et à Paris. Plus de vingt personnes ont été interpellées, dont quinze à Paris. Une "bombe agricole" a été lancée devant le ministère des Affaires sociales à Paris, selon le journaliste de Libération Sylvain Mouillard qui se trouvait sur place.

Des CRS ont utilisé du gaz lacrymogène pour disperser des jeunes, dont certains étaient cagoulés, qui criaient "Tous à l'Assemblée", a constaté une journaliste de l'AFP.

Plusieurs milliers d'étudiants et de lycéens, rejoints par des salariés, avaient commencé à manifester à 13h30, du quartier Montparnasse aux Invalides, derrière une banderole "La nuit c'est fait pour baiser, pas pour travailler".

Un jeune de 15 ans aurait été victime de violences policière aux abords du lycée Henri Bergson dans le XIXe arrondissement de Paris. Sur une vidéo diffusée sur les réseaux sociaux, on voit un jeune à terre face à un policier qui crie "lève toi !". Alors qu'il est en train de se relever, tenu par deux policiers, un des fonctionnaires lui assène un coup de poing violent.

 

 

L'Inspection générale de la police nationale (IGPN) a ouvert une enquête à la suite de la diffusion de cette vidéo.

À Nantes, des incidents ont opposé à plusieurs reprises les forces de l'ordre à des manifestants cagoulés dans des face-à-face tendus, lors d'un défilé rassemblant entre 6 000 et 8 000 personnes contre la loi travail, a constaté une journaliste de l'AFP.

À Caen aussi, des lycéens ont fait face à la police an tentant de bloquer les accès au centre-ville. Et à Rouen, des violence ont eu lieu devant une permanence du parti socialiste.

Soutien des "réformistes"

Le projet El Khomri "visant à instituer de nouvelles libertés et de nouvelles protections pour les entreprises et les actifs" comprend de nouveaux droits, dont le compte personnel d'activité (CPA), des moyens syndicaux accrus ou l'extension de la garantie jeunes.

Cette réforme, vraisemblablement la dernière du quinquennat, a été partiellement réécrite après la bronca politique, syndicale et de jeunes, qui y ont vu un texte trop libéral et peu sécurisant pour le salarié : grèves, manifestations, pétition record (un million de signatures en deux semaines), tribune incendiaire de Martine Aubry, réunions PS électriques ont jalonné son parcours.

>> À voir sur France 24 : "Loi Travail : Manuel Valls recule sur les mesures les plus contestées"

Désormais, il n'est plus question de plafonner les indemnités prud'homales pour les licenciements abusifs, au grand dam du patronat, ni d'autoriser des décisions unilatérales de l'employeur sans accord dans les entreprises de moins de 50 salariés pour le forfait-jour ou les astreintes.

Ces modifications ont permis à l'exécutif d'obtenir les soutiens précieux des syndicats dits "réformistes" (CFDT, CFE-CGC, CFTC, Unsa), ainsi que de la majorité. Mais les "réformistes" comptent sur son amélioration, notamment sur l'article portant sur les licenciements économiques, réécrit à la marge.

Avec AFP
 

Première publication : 24/03/2016

  • FRANCE

    Dans le cortège contre la Loi travail : "Non à l’uberisation de la société !"

    En savoir plus

  • FRANCE

    Loi Travail : Valls revoit sa copie pour tenter de rallier les syndicats

    En savoir plus

  • DROITS DES FEMMES

    Des féministes dénoncent des inégalités hommes-femmes dans le projet de loi El Khomri

    En savoir plus

COMMENTAIRE(S)