Rendez-vous

Rejouer


LES DERNIÈRES ÉMISSIONS

FOCUS

Surpopulation, discrimination… Les prisons américaines à l’heure de la réforme

En savoir plus

UN ŒIL SUR LES MÉDIAS

Des polémiques françaises : Valls chante Marianne aux seins nus, Macron quitte Bercy

En savoir plus

LE JOURNAL DE L’AFRIQUE

L'attente des résultats de la présidentielle se prolonge dans l'appréhension à Libreville

En savoir plus

LE DUEL DE L’ÉCO

La campagne électorale menace-t-elle la reprise ?

En savoir plus

À L’AFFICHE !

L'écrivain Yasmina Khadra, amoureux de Cuba

En savoir plus

REVUE DE PRESSE

Dilma Roussef : discours émouvant, mais sans plus

En savoir plus

REVUE DE PRESSE

Présidentielle 2017 : "des patrons sans illusion"

En savoir plus

LE JOURNAL DE L'ÉCO

Dissimulation fiscale : Apple pourrait écoper d’une amende record

En savoir plus

UN ŒIL SUR LES MÉDIAS

Jean-Pierre Chevènement embourbé dans les gaffes

En savoir plus

EUROPE

Bruxelles : les frères El Bakraoui dans les fichiers anti-terroristes américains

© Interpol, AFP | Les deux frères bruxellois Khalid et Ibrahim El Bakraoui, qui se sont respectivement fait exploser dans le métro et à l'aéroport de Bruxelles.

Vidéo par Axel MAY

Texte par FRANCE 24

Dernière modification : 25/03/2016

Les noms des deux frères Khalid et Ibrahim El Bakraoui, qui se sont fait exploser dans le métro et à l'aéroport de Bruxelles, figuraient dans les fichiers anti-terroristes américains, selon la chaîne NBC.

Trois jours après les sanglants attentats qui ont fait au moins 31 morts et 300 blessés, un média américain (NBC) annonce que les noms des deux frères Khalid et Ibrahim El Bakraoui, qui se sont fait exploser dans le métro et à l'aéroport de Bruxelles, figuraient dans les fichiers anti-terroristes américains.

La chaîne américaine NBC cite deux responsables américains anonymes qui "n'ont pas précisé dans laquelle des nombreuses" bases de données ou listes américaines figuraient les deux frères bruxellois.

Interrogé à ce sujet par l’AFP, le centre national anti-terroriste américain (NCTC), qui coordonne toutes les informations des services de renseignement américains sur des extrémistes potentiels, n'a pas répondu.

La Belgique accusée de laxisme

Cette révélation coïncide avec la venue vendredi du secrétaire d'Etat américain, John Kerry, à Bruxelles. Il entend offrir le soutien de Washington à la Belgique dans la lutte contre le terrorisme. Les attaques de Bruxelles "soulignent l'urgence" de combattre l'organisation État islamique (EI) et d'autres organisations extrémistes, a souligné jeudi John Kerry alors à Moscou.

De son côté, le gouvernement belge, accusé de laxisme dans la lutte antiterroriste, a promis de faire "toute la lumière" sur les attentats. Le Parlement belge a décidé de mettre sur pied une commission d'enquête parlementaire, aux pouvoirs étendus. Le Premier ministre Charles Michels a toutefois refusé la démission des ministres de l'Intérieur et de la Justice, Jan Jambon et Koen Geens, qui avaient reconnu "des erreurs".

"Il ne pourra pas y avoir d'impunité. Il ne pourra pas y avoir de zones d'ombre", a insisté le chef du gouvernement, sur la défensive après que la Turquie eut exprimé des regrets sur le manque de réactions des autorités belges après l'expulsion d'Ibrahim El Bakraoui, en liberté conditionnelle après sa condamnation pour un braquage.

>> À lire sur France 24 : "Attentats de Paris et de Bruxelles : pourquoi tous les chemins du jihadisme mènent à Molenbeek"

Il avait été intercepté en juin 2015 à Gaziantep, non loin de la frontière syrienne, avant d'être expulsé le 14 juillet vers la Belgique via les Pays-Bas. Il a ensuite disparu bien que la Belgique ait été "informée que cet individu était un combattant terroriste étranger", selon le président turc Recep Tayyip Erdogan.

Quant à son frère Khalid El Bakraoui, il était recherché dans l'enquête sur les attentats de Paris pour avoir loué sous un faux nom un logement à Charleroi utilisé par certains assaillants du 13-novembre. Il était visé depuis le 11 décembre par deux mandats d'arrêt, international et européen, délivrés par les juges d'instruction parisiens chargés d'enquêter sur ces attentats ayant fait 130 morts à Paris et à Saint-Denis.

Avec AFP

Première publication : 25/03/2016

  • BELGIQUE

    Attentats de Bruxelles : le point sur l’enquête – jeudi 24 mars

    En savoir plus

  • BELGIQUE

    Attentats de Bruxelles : trois kamikazes identifiés, tous impliqués dans les attentats de Paris

    En savoir plus

  • TERRORISME

    Attentats de Paris et de Bruxelles : pourquoi tous les chemins du jihadisme mènent à Molenbeek

    En savoir plus

COMMENTAIRE(S)