Rendez-vous

Rejouer


LES DERNIÈRES ÉMISSIONS

EXPRESS ORIENT

Attentat de Gaziantep : la communauté kurde de Turquie à nouveau meurtrie

En savoir plus

À L’AFFICHE !

"Agents presque secrets" : gros bras, petits effets

En savoir plus

FOCUS

Vidéo : le rêve d’Europe des jeunes footballeurs ivoiriens

En savoir plus

LE DÉBAT

Quelle est la stratégie du président turc vis-à-vis des Kurdes ? (partie 2)

En savoir plus

LE DÉBAT

Quelle est la stratégie du président turc vis-à-vis des Kurdes ? (partie 1)

En savoir plus

LE JOURNAL DE L'ÉCO

La DCNS a subi des fuites massives de documents

En savoir plus

REVUE DE PRESSE

"Le sexisme, c'est terminé (selon les hommes)"

En savoir plus

REVUE DE PRESSE

"Je rêvais d'un autre monde"

En savoir plus

LE JOURNAL DE L’AFRIQUE

"Ville morte en RDC" : une mobilisation inégale dans le pays

En savoir plus

EUROPE

Attentats de Bruxelles : Mourad Laachraoui condamne les actes de son frère Najim

© Emmanuel Dunand, AFP | Mourad Laachraoui, international belge de taekwondo, lors de la conférence de presse, le 24 mars 2016 à Bruxelles.

Texte par FRANCE 24

Dernière modification : 25/03/2016

Mourad Laachraoui, international belge de taekwondo, a condamné "fermement" les agissements de son frère aîné Najim, un des kamikazes de l'aéroport de Bruxelles. La famille se dit "accablée" par son implication dans ces attentats.

C’est lors d’une conférence de presse que Mourad Laachraoui, le frère cadet de Najim, l’un des kamikazes de l’aéroport de Bruxelles, a tenu à s’exprimer, jeudi 24 mars.

Face aux caméras, ce sportif âgé de 20 ans, membre de l’équipe belge de taekwondo, a expliqué qu’il compatissait avec les victimes des attentats. Lorsqu’il a appris la participation de son frère à ces actes, il a été " touché et accablé. Je ne voulais pas croire que c'était lui, mais bon, on ne choisit pas sa famille".

Selon lui, la famille Laachraoui avait rompu tout contact avec son frère aîné depuis son départ en Syrie en février 2013. Elle avait d’ailleurs signalé ce voyage aux autorités. Najim Laachraoui avait quitté le domicile familial durant "une période de transition" entre deux déménagements. Sa famille avait appris son départ au Moyen-Orient "par un coup de téléphone" qu'il a passé à ses parents.

"On essaie de tourner la page"

Ses proches ont toujours du mal à comprendre la radicalisation de Najim dont l’ADN a aussi été retrouvée dans plusieurs habitations en Belgique, qui ont servi de planque, ainsi que sur du matériel explosif utilisé par les commandos des attentats du 13 novembre à Paris. "C'était un garçon gentil, et surtout intelligent", "il faisait du foot de temps en temps, il lisait", décrit son frère. C'était un musulman "pratiquant", "dans une famille de pratiquants", a-t-il ajouté, assurant n'avoir remarqué "aucun changement" de comportement chez lui.

"On essaie de ne pas trop s'interroger, on essaie de tourner la page", a-t-il déclaré, en demandant qu'il ne soit fait "aucun amalgame" avec sa famille.

Athlète de haut niveau, Mourad Laachraoui, qui a participé aux derniers championnats du monde, se désolidarise complètement de son frère. Le visage très marqué après les événements des derniers jours, il a tenu à rappeler son attachement à son pays  : "Ça fait longtemps que je me bats et je continuerai de me battre pour porter les couleurs de la Belgique, dont je suis fier, que je considère comme mon pays et que j’aime".

Avec AFP
 

Première publication : 25/03/2016

  • BELGIQUE

    Attentats de Bruxelles : Najim Laachraoui identifié comme le 2e kamikaze de l’aéroport de Zaventem

    En savoir plus

  • BELGIQUE

    Bruxelles : les frères El Bakraoui dans les fichiers anti-terroristes américains

    En savoir plus

  • BELGIQUE

    Attentats de Bruxelles : six personnes arrêtées en Belgique

    En savoir plus

COMMENTAIRE(S)