Rendez-vous

Rejouer


LES DERNIÈRES ÉMISSIONS

LE JOURNAL DE L’AFRIQUE

Présidentielle : Le Gabon suspendu à la décision de la Cour Constitutionnelle

En savoir plus

UNE SEMAINE DANS LE MONDE

Attentats aux États-Unis: la peur du terrorisme ravivée (partie 2)

En savoir plus

UNE SEMAINE DANS LE MONDE

Mort d'un homme noir tué par la police aux États-Unis: racisme ou dérapage ? (partie 1)

En savoir plus

LA SEMAINE DE L'ECO

Quelle politique mener à l'égard des réfugiés en Europe ?

En savoir plus

LA SEMAINE DE L'ECO

Budget de l'État 2017 : le grand bluff ?

En savoir plus

TECH 24

La dictature des algorithmes

En savoir plus

FOCUS

Adulé ou conspué : Jeremy Corbyn, une figure qui divise le Labour au Royaume-Uni

En savoir plus

#ActuElles

Pénélope Bagieu raconte en BD l'histoire de 15 héroïnes culottées

En savoir plus

À L’AFFICHE !

"Djihad" ou l'art comme rempart à l'extrémisme

En savoir plus

Moyen-Orient

Irak : l’influent leader chiite Moqtada Sadr lance un ultimatum au Premier ministre

© Haidar Hamdani, AFP | Moqtada Sadr, le 11 décembre 2015, dans la mosquée de Koufa, à 160 km environ au sud de Bagdad.

Vidéo par Meriem AMELLAL

Texte par FRANCE 24

Dernière modification : 25/03/2016

Plusieurs milliers de manifestants emmenés par le chef chiite Moqtada Sadr occupent depuis une semaine la zone verte à Bagdad pour réclamer au Premier ministre irakien des mesures anticorruption.

L'influent chef chiite irakien Moqtada Sadr a pressé, vendredi 25 mars, le Premier ministre Haïder al-Abadi à proposer une série de réformes "convaincantes", assurant que les manifestations qu'il organise depuis des semaines resteront "pacifiques".

En dépit d’une interdiction du gouvernement, les partisans de Moqtada Sadr ont entamé vendredi 18 mars un sit-in illimité devant la zone verte ultra-sécurisée de Bagdad pour faire pression sur le gouvernement qui avait annoncé l'an dernier des réformes anticorruption mais qui sont restées en grande partie lettre morte.

Dans un discours lu par un autre dignitaire religieux, Assaad al-Nasseri, devant des milliers de manifestants à Bagdad, Moqtada Sadr a appelé Haïder al-Abadi à soumettre samedi un plan de "réformes convaincantes pour le peuple" et "pour la formation d'un gouvernement de technocrates".

Le chef chiite soutient que le sit-in a pour objectif de donner à Haïder al-Abadi le soutien populaire dont il a besoin pour surmonter la farouche résistance des partis – y compris du sien – à adopter des réformes les privant de leurs privilèges.

Un ultimatum de 24 heures

Mais le religieux de 42 ans, figure de proue de la rébellion contre l'occupation américaine en Irak à partir de 2003, avait déjà donné au Premier ministre un ultimatum de 45 jours qui expire mardi prochain.

"S'il n'annonce pas des réformes... nous adopterons une position différente que nous rendrons publique samedi", a martelé Moqtada Sadr. "Nos manifestations devant la zone verte ne seront pas suffisantes", a-t-il averti, assurant que les moyens pour parvenir à leurs fins seront "pacifiques".

Ses partisans et lui-même avaient pourtant à plusieurs reprises au cours des dernières semaines menacé de prendre d'assaut la zone verte où se concentrent les hautes institutions de l'État, dont les bureaux du Premier ministre, ainsi que de nombreuses ambassades.

Le chef religieux a également menacé de retirer du gouvernement des ministres membres de son mouvement.

Avec AFP

Première publication : 25/03/2016

  • IRAK

    L'armée irakienne lance une opération pour reprendre Mossoul à l'EI

    En savoir plus

  • IRAK

    Un chef de l'EI chargé de la production d’armes chimiques arrêté en Irak

    En savoir plus

  • IRAK

    L’EI revendique l’attentat suicide qui a fait au moins 47 morts au sud de Bagdad

    En savoir plus

COMMENTAIRE(S)