Rendez-vous

Rejouer


LES DERNIÈRES ÉMISSIONS

LE DÉBAT

Disparition de Shimon Peres : que reste-t-il des accords d'Oslo ? (partie 1)

En savoir plus

LE JOURNAL DE L'ÉCO

Mondial de l'auto : place aux voitures électriques et autonomes

En savoir plus

REVUE DE PRESSE

"Alep : bombardements russes, coups de menton américains"

En savoir plus

REVUE DE PRESSE

"La réconciliation est une œuvre de persévérance"

En savoir plus

LE JOURNAL DE L’AFRIQUE

Côte d'Ivoire : le projet de nouvelle Constitution adopté en Conseil des ministres

En savoir plus

UN ŒIL SUR LES MÉDIAS

"Guerre et paix" : l'épitaphe de la Toile pour Shimon Peres

En savoir plus

LE DÉBAT

Disparition de Shimon Peres : que reste-t-il des accords d'Oslo ? (partie 2)

En savoir plus

CAP AMÉRIQUES

Colombie : le chef des Farc demande pardon aux victimes du conflit

En savoir plus

L'ENTRETIEN DE L'INTELLIGENCE ECONOMIQUE

Biomimétisme : quand la technologie s'inspire de la nature

En savoir plus

Culture

Le rock des Rolling Stones déferle pour la première fois sur Cuba

© capture d'écran France 24 | Les Rolling Stones vont donner, vendredi 25 mars, un concert géant sans précédent à La Havane.

Vidéo par FRANCE 24

Texte par FRANCE 24

Dernière modification : 25/03/2016

Pour la première fois, les Rolling Stones vont se produire vendredi lors d’un concert géant dans la capitale cubaine. Un événement musical de taille pour ce pays communiste où le rock and roll a longtemps été interdit.

"Si vous aviez annoncé cela il y a dix ans, personne ne vous aurait cru", indiquent, tout sourire, les membres du groupe britannique, les Rolling Stones, à leur arrivée à Cuba. Les célèbres icones du rock vont donner, vendredi 25 mars, un concert géant sans précédent à La Havane. Malgré l'absence de campagne promotionnelle dans ce pays où la publicité est interdite, on estime qu'environ 500 000 personnes assisteront à ce show gratuit. Pour l’occasion, l'enceinte en plein air de la Cité sportive de la capitale cubaine s’est dotée d’une scène de 80 mètres de long et de sept écrans géants.

"J'ai l'impression que c'est le début d'une nouvelle ère, où le pays va s'ouvrir un peu plus à la culture, à l'influence d'artistes d'autres pays", explique un jeune se faisant appeler "Rocky", vêtu d'un tee-shirt de son groupe préféré, qui a passé la nuit devant le lieu du spectacle pour s'assurer une bonne place.

Bien qu'il n'y ait jamais eu de décret interdisant explicitement le rock, cette musique "impérialiste" a longtemps été bannie par le régime castriste.

"Le rock and roll, c'était en anglais, donc c'était mauvais"

Avant les années 1980, les Cubains voulant écouter les Beatles ou les Rolling Stones devaient en effet le faire à l'abri des murs des appartements, à partir de cassettes audio vendues sous le manteau.

>> À lire sur France 24 : "Tous les Cubains devraient pouvoir 's'exprimer sans peur', déclare Obama"

"Le rock and roll était associé aux cheveux longs, aux drogues, à ce type de vêtements, c'était mal vu", se souvient Eddie Escobar, 45 ans, fondateur du Sous-marin Jaune, un des rares bars rock de la capitale. "C'était très lié aux États-Unis, qu'importe si la musique venait d'Angleterre ou d'Australie : c'était en anglais, donc c'était mauvais."

Au cours des trente dernières années, ce genre musical a progressivement été toléré jusqu'à s'imposer dans les médias d'État. Par le passé, les Londoniens des Rolling Stones ont déjà fait figure de pionniers en devenant, en avril 1967, le premier groupe d'Europe occidentale à franchir le rideau de fer, pour un concert à Varsovie.

Avec AFP

Première publication : 25/03/2016

  • CUBA - ÉTATS-UNIS

    Tous les Cubains devraient pouvoir "s'exprimer sans peur", déclare Obama depuis La Havane

    En savoir plus

  • CUBA

    Raul Castro nie l’existence de prisonniers politiques à Cuba

    En savoir plus

  • CUBA

    Vidéo : direction Cuba avec les tout premiers passagers américains

    En savoir plus

COMMENTAIRE(S)