Rendez-vous

Rejouer


LES DERNIÈRES ÉMISSIONS

FOCUS

En Inde, des femmes se mobilisent contre l'alcool

En savoir plus

L'ENTRETIEN DE L'INTELLIGENCE ECONOMIQUE

Communication digitale : de l'influence à la propagande

En savoir plus

À L’AFFICHE !

Gad Elmaleh, le roi de l’humour, vit son rêve américain

En savoir plus

CAP AMÉRIQUES

Hillary Clinton, candidate mal aimée

En savoir plus

LE JOURNAL DE L'ÉCO

JO : les Brésiliens sceptiques, à 8 jours du coup d'envoi

En savoir plus

REVUE DE PRESSE

"Ci-gît la démocratie turque"

En savoir plus

REVUE DE PRESSE

"Anticonstitutionnellement"

En savoir plus

LE DÉBAT

Attentat de Saint-Etienne-du-Rouvray : le renseignement a-t-il failli ? (partie 2)

En savoir plus

LE DÉBAT

Attentat de Saint-Etienne-du-Rouvray : le renseignement a-t-il failli ? (partie 1)

En savoir plus

FRANCE

Primatologue privée d’allocs : le magazine Causette dévoile l’intox

© Association Noah and his Ark | Un montage présentant Francine Neago et un orang-outan, publié sur le site Internet de son association.

Texte par Valentin GRAFF

Dernière modification : 26/03/2016

L’histoire de Francine Neago, octogénaire qui disait s'occuper d'orangs-outans en Indonésie et dont la perte d’allocations vieillesse avait été très médiatisée en janvier 2016, est en réalité bidonnée, révèle le magazine Causette.

Une vieille dame, primatologue, privée d’aides par l’administration française et revenue d’Indonésie pour faire valoir ses droits... l’histoire était trop belle. Fin janvier, de nombreux médias français, dont France 24, ont relayé le récit des malheurs de Francine Neago, 86 ans. Cette octogénaire, vivant sur l’île indonésienne de Sumatra, avait raconté être forcée de vivre au Samu social d’Ivry-sur-Seine après avoir perdu le bénéfice de l’allocation de solidarité aux personnes âgées (Aspa) parce qu’elle n’avait "pas résidé sur le territoire français au moins six mois" lors de l’année écoulée.

Présentée comme spécialiste des orangs-outans, elle affirmait devoir retourner au plus vite en Indonésie pour prendre soin des singes gérés par son association, Noah and his Ark. La situation précaire de cette vieille dame a conduit de nombreuses personnes à se mobiliser, récoltant même près de  30 000 euros, sans savoir qu’une bonne partie des dires de Francine Neago étaient approximatifs, voire complètement faux.

C’est le magazine Causette qui dévoile avec talent la supercherie. Vendredi 25 janvier, le mensuel féministe a publié sur son site une longue enquête à propos de cette "intoxication médiatique". La journaliste Sarah Gandillot y raconte comment, alors qu’elle comptait écrire un portrait de la primatologue à paraître dans le numéro d’avril, elle a dû soumettre à vérification chacune des faits évoqués lors de l’interview préparatoire. Elle a alors découvert un certain nombre d’informations invérifiées et invérifiables.

"Aucune trace de son passage à l’Université"

Des onze livres que Francine Neago affirme avoir publié à propos des orangs-outans, Causette n’en a retrouvé qu’un. La dizaine d’années passées à enseigner à la prestigieuse université UCLA ? "Désolé, mais nous n'avons pu trouver aucune trace de son passage à l'UCLA en tant qu'enseignante...", répond à Sarah Gandillot le responsable de la communication de l’établissement californien. Plusieurs primatologues ont été interrogés à propos des travaux de la vieille dame, aucun n’en avait entendu parler.

Quant aux animaux qu’elle souhaite rejoindre au plus vite, ils… n’existent pas. Le directeur de son association, Peter Lewis, assure que les 3 hectares de terres qu’il a achetés en Indonésie pour y établir le sanctuaire de Francine Neago sont encore vides.

Au terme de son travail d’investigation, Causette met en lumière à la fois les incohérences du récit de Francine Neago, les incohérences et dissimulations de ses soutiens, et un manque de rigueur des médias français dans la vérification de ces informations.

Première publication : 26/03/2016

  • FRANCE

    Une primatologue coincée en France pour cause de minimum vieillesse

    En savoir plus

COMMENTAIRE(S)