Rendez-vous

Rejouer


LES DERNIÈRES ÉMISSIONS

UN ŒIL SUR LES MÉDIAS

Du "Brexit" au "Borexit"

En savoir plus

POLITIQUE

« Le Brexit est un vote xénophobe, il révèle une coupure du Royaume-Uni en deux »

En savoir plus

POLITIQUE

"L’Europe est une famille de peuples, libres de vivre ensemble ou de partir"

En savoir plus

L'INVITÉ DE L'ÉCO

Brexit : "Chacun doit mener sa vie comme il l'entend"

En savoir plus

À L’AFFICHE !

Matthew McConaughey en pleine guerre de Sécession dans "Free State of Jones"

En savoir plus

FOCUS

Vidéo : à Porto Rico, le virus Zika se propage à grande vitesse

En savoir plus

L'ENTRETIEN DE L'INTELLIGENCE ECONOMIQUE

Quand les séries télé fabriquent des héros géopolitiques

En savoir plus

UNE COMÉDIE FRANCAISE

François Hollande, un président en campagne

En savoir plus

LE JOURNAL DE L'ÉCO

Année noire pour le tourisme en Turquie

En savoir plus

Asie - pacifique

Birmanie : le nouveau président, proche d'Aung San Suu Kyi, prête serment

© Ye Aung Thu, AFP | Le nouveau président Htin Kyaw et Aung San Suu Kyi photographiés le 11 mars 2016.

Vidéo par Cyril PAYEN

Texte par FRANCE 24

Dernière modification : 30/03/2016

Le nouveau président de la Birmanie, Htin Kyaw, un proche d'Aung San Suu Kyi, a prêté serment mercredi devant le Parlement à Naypyidaw. Son accession au pouvoir ouvre une nouvelle ère pour le pays marqué par des décennies de domination militaire.

"Je promets d'être fidèle au peuple de la république birmane", a déclaré mercredi 30 mars le nouveau président birman Htin Kyaw devant le Parlement à Naypyidaw, lors de la cérémonie au cours de laquelle il a prêté serment. Pour Cyril Payen, envoyé spécial de France 24 à Rangoun, "c'est officiellement aujourd'hui la fin de la perestroïka birmane".

Htin Kyaw, proche et ami d’enfance d'Aung San Suu Kyi âgé de 69 ans, est le premier président civil du pays depuis des décennies, après cinq années de "transition post-junte" et son gouvernement composé d'anciens généraux.

Aung San Suu Kyi, qui n'a pas réussi à faire changer la Constitution pour devenir présidente, a choisi de placer à ce poste un homme de sa garde rapprochée. Elle-même sera à la tête d'un "super ministère" nouvellement créé, comprenant notamment les Affaires étrangères. "Elle va être la deus ex machina de la Birmanie comtemporaine démocratique puisque quatre ministères lui ont été alloués dont celui des Affaires présidentielles", ajoute le journaliste de France 24.

Des espoirs immenses

Après l'étape du Parlement, Htin Kyaw, élu président par le Parlement le 15 mars, devait se rendre au palais présidentiel pour rencontrer Thein Sein, le président sortant.

Cette passation de pouvoir est le dernier acte d'une très longue transition politique qui a commencé après les législatives du 8 novembre 2015, le premier scrutin libre depuis un quart de siècle, auquel les Birmans se sont déplacés en masse.

Ce gouvernement civil est investi d'immenses espoirs dans un pays où un tiers de la population vit sous le seuil de pauvreté. La Ligue nationale pour la démocratie (NLD), le parti désormais au pouvoir, a promis de donner la priorité à l'éducation et la santé, domaines dans lesquels la Birmanie est l'un des plus mauvais élèves au niveau mondial en termes de budget.

Un autre grand chantier attend l'équipe d'Aung San Suu Kyi : les conflits armés ethniques. Dans plusieurs régions frontalières, des groupes rebelles réclament plus d'autonomie et affrontent les forces gouvernementales. Et dans l'ouest du pays, des milliers de musulmans rohingyas vivent toujours déplacés dans des camps.

Avec AFP

Première publication : 30/03/2016

  • BIRMANIE

    Birmanie : à défaut d'être présidente, Aung San Suu Kyi sera ministre des Affaires étrangères

    En savoir plus

  • BIRMANIE

    Birmanie : Htin Kyaw, un proche d'Aung San Suu Kyi, élu président

    En savoir plus

  • BIRMANIE

    Le parti d'Aung San Suu Kyi désigne un ex-chauffeur comme candidat à la présidence

    En savoir plus

COMMENTAIRE(S)