Rendez-vous

Rejouer


LES DERNIÈRES ÉMISSIONS

UN ŒIL SUR LES MÉDIAS

Ghouta orientale : un adolescent filme le calvaire de l'intérieur

En savoir plus

LA SEMAINE DE L'ECO

Agriculture française : le malaise des producteurs

En savoir plus

LA SEMAINE DE L'ECO

Agriculture française : un modèle en crise

En savoir plus

À L’AFFICHE !

Marseille, éternelle capitale de la culture ?

En savoir plus

FOCUS

Criminalité : le "dark Web", le côté obscur d'Internet

En savoir plus

7 JOURS EN FRANCE

Le visage des sans-abri

En savoir plus

REPORTERS

"Never again" : le mouvement contre les armes qui bouscule l'Amérique

En savoir plus

LE JOURNAL DE L'ÉCO

Agriculture : Emmanuel Macron veut rassurer les jeunes

En savoir plus

REVUE DE PRESSE

Fusillade aux États-Unis : la NRA veut "plus d'armes dans les écoles"

En savoir plus

FRANCE

France : la ministre Rossignol compare le port du voile aux "nègres" favorables à l'esclavage

© Kenzo Tribouillard, AFP | La ministre des Droits des femmes, Laurence Rossignol, lors d'une réunion à Matignon, en février 2016./

Texte par FRANCE 24

Dernière modification : 30/03/2016

La ministre des Droits des femmes Laurence Rossignol s'est attirée des critiques après avoir fait un parallèle à la télévision entre les femmes qui choisissent de porter des vêtements islamiques et les "nègres" qui étaient favorables à l'esclavage.

Les propos tenus par la ministre des Droits des femmes Laurence Rossignol, lors d’une interview mercredi 30 mars sur RMC et BFMTV, ont suscité une vive polémique.

Interrogée sur le développement par certaines marques et enseignes de distribution de vêtements adaptés aux traditions musulmanes, comme le "burkini" (maillot de bain intégral) ou le hijab (foulard islamique), elle a comparé les femmes choisissant de porter le voile aux "nègres américains" qui étaient favorables à l'esclavage.

"Il y a des femmes qui choisissent, il y avait aussi des nègres afric… des nègres américains qui étaient pour l’esclavage", a-t-elle déclaré.

"Comment peut-on tenir de tels propos ?"

Ces mots ont déclenché de nombreuses réactions sur les réseaux sociaux. Une tribune a même été publiée sur le site de Libération pour dénoncer cette déclaration de la ministre. "Non, décidément, le racisme anti-Noir n'est pas l'apanage des opposants au mariage pour tous, lorsqu'ils insultaient Christiane Taubira en la traitant de ‘guenon’ ou de ‘Banania’", ont ainsi réagi dans ce texte Mehdi Thomas Allal, maître de conférences à Sciences Po, et Asif Arif, avocat.

"Comment peut-on exercer des fonctions de représentante de l’État et tenir de tels propos ? Décidément, les socialistes ne sont pas épargnés par la négrophobie et l’islamophobie, en ces temps de 'printemps républicain', lorsque la parole publique se lâche, lorsqu’il est de bon ton d’attaquer les Noirs et les Arabo-musulmans en toute impunité", se sont-ils également offusqués.

Auprès de l’AFP, la ministre a reconnu quelques heures plus tard une "faute de langage" sur l'emploi du mot "nègre", en soulignant qu'elle n'employait jamais ce terme "sauf quand on évoque l'esclavage et les négriers". "J'ai employé le mot ‘nègre’ dans le seul usage qu'on puisse en faire pour parler de l'esclavage en Amérique et des négriers. Mais je n'ai pas mesuré la perception la plus répandue. Et qu'on ne dit pas ‘nègre’ même quand c'est autorisé à propos de l'esclavage. En dehors de cette faute de langage, je ne retire pas un mot de ce que j'ai dit" sur les lignes de vêtements, a-t-elle précisé.

Avec AFP

Première publication : 30/03/2016

  • EXPOSITION

    Quinze ans sur une île déserte : l'histoire oubliée des esclaves de Tromelin

    En savoir plus

  • FRANCE

    Marche contre le racisme : "Il faut montrer que la France n'est pas comme ça"

    En savoir plus

  • FRANCE

    Rendre des terres aux descendants d'esclaves : le Cran se réjouit

    En savoir plus

COMMENTAIRE(S)