Rendez-vous

Rejouer


LES DERNIÈRES ÉMISSIONS

REVUE DE PRESSE

"Qu'achètent les Etats-Unis en Afghanistan?"

En savoir plus

LE JOURNAL DE L'ÉCO

Code du travail : le dernier round

En savoir plus

REVUE DE PRESSE

"Fou ou terroriste?"

En savoir plus

LE DÉBAT

Macron : 100 jours à l'Élysée, entre couacs et mesures impopulaires, déjà le désamour ? (partie 2)

En savoir plus

LE DÉBAT

Macron : 100 jours à l'Élysée, entre couacs et mesures impopulaires, déjà le désamour ? (partie 1)

En savoir plus

FOCUS

Cameroun : les humanitaires face aux pénuries alimentaires dans les camps de réfugiés

En savoir plus

REVUE DE PRESSE

"Il s'appelait Julian Cadman"

En savoir plus

LE JOURNAL DE L'ÉCO

"Areva quitte la Bourse de Paris"

En savoir plus

REVUE DE PRESSE

"Dans le cartable d'Emmanuel Macron"

En savoir plus

Afrique

Libye : tensions à Tripoli après la visite du chef du gouvernement d'union

© Stringer, AFP | Le chef du gouvernement d'union nationale libyen Fayez al-Sarraj, le 30 mars 1916 à Tripoli.

Texte par FRANCE 24

Dernière modification : 30/03/2016

Le chef du gouvernement d'union nationale libyen soutenu par l'ONU, Fayez al-Sarraj, est arrivé par la mer à Tripoli malgré l'opposition des autorités sur place. Des tirs ont été entendus en début de soirée dans la capitale libyenne.

Sept des neuf membres du Conseil présidentiel libyen, soutenu par les Nations unies, sont arrivés mercredi 30 mars par la mer à Tripoli en provenance de Tunisie, malgré l'opposition des autorités sur place. Quelques heures après cette arrivée, des tirs ont ainsi été entendus en début de soirée dans la capitale libyenne où plusieurs routes ont été fermées et les gens, pris de panique, tentaient de rentrer chez eux.

L'origine et la raison de ces tirs n'est pas encore connue, mais cette délégation conduite par Fayez al-Sarraj, chef du Conseil présidentiel et Premier ministre du gouvernement d'union nationale formé avec l'appui de l'ONU, fait craindre aux habitants de Tripoli des affrontements armés entre les partisans des autorités locales de Fajr Libya et ceux favorables au gouvernement d'union.

Fayez al-Sarraj est en effet contesté aussi bien par le cabinet et le Parlement de la coalition de milices de Fajr Libya installés à Tripoli, que par ceux installés dans l'Est, même si certains de leurs membres lui ont apporté leur soutien. Les autorités non reconnues ont d'ailleurs sommé le chef du gouvernement d'union de quitter Tripoli.
 

"Nous avons bien des défis à relever, notamment la nécessité d'unir tous les Libyens et de surmonter les divisions", a-t-il déclaré, peu après son arrivée. "Les jeunes doivent pouvoir croire en l'avenir de la Libye."

Des tirs dans la capitale libyenne

Du côté de la communauté internationale, l'ONU, l'Union européenne, l'Italie et la France ont pour leur part salué le geste de Fayez al-Sarraj, après avoir exprimé pendant des mois leur souhait de traiter avec une autorité unifiée en Libye pour sortir le pays de la crise et faire face à la montée en puissance du groupe État islamique (EI).

L'arrivée du chef du gouvernement d'union nationale soutenu par l'ONU à Tripoli est une "bonne nouvelle" pour la Libye, a ainsi estimé le chef de la diplomatie française Jean-Marc Ayrault, qui a salué une "décision courageuse". "C'est une étape importante, on sait que beaucoup d'obstacles sont mis sur le chemin de ce gouvernement", a-t-il expliqué devant la presse le ministre français depuis Bangui où il effectuait un déplacement. "La France est et continuera d'être aux côtés du gouvernement de M. Sarraj" face aux défis qui attendent la Libye, a-t-il ajouté, faisant notamment allusion à la progression de l'EI dans le pays.

On ignore dans l'immédiat où siègera le gouvernement de Fayez Sarraj. Selon des informations non confirmées, il pourrait au début opérer à partir de la base navale.

Avec AFP et Reuters

Première publication : 30/03/2016

COMMENTAIRE(S)