Rendez-vous

Rejouer


LES DERNIÈRES ÉMISSIONS

LE JOURNAL DE L’AFRIQUE

Kenya : Kenyatta et Odinga appellent au calme à six jours de la présidentielle

En savoir plus

UN ŒIL SUR LES MÉDIAS

"Où est Santiago Maldonado ?"

En savoir plus

UNE SEMAINE DANS LE MONDE

Chine : Xi Jinping, nouveau Mao ?

En savoir plus

UNE SEMAINE DANS LE MONDE

Harcèlement sexuel, la parole se libère sur la toile.

En savoir plus

L'ENTRETIEN

Bafel Talabani : le référendum au Kurdistan était une "erreur colossale"

En savoir plus

TECH 24

Holo-Math : ils vont vous faire aimer les mathématiques

En savoir plus

LA SEMAINE DE L'ECO

"Flat tax" : révolution fiscale ou cadeau au riches ?

En savoir plus

LA SEMAINE DE L'ECO

Macronisme : la théorie des "premiers de cordée"

En savoir plus

FOCUS

Au Japon, l'impact social mitigé des "Abenomics"

En savoir plus

Economie

Évasion fiscale : les "Panama papers" mettent en cause des dizaines de personnalités

© AFP, Archives | La firme Mossack Fonseca, spécialisée dans la domiciliation de sociétés écrans dans les juridictions offshores, est domiciliée au Panama.

Vidéo par FRANCE 24

Texte par FRANCE 24

Dernière modification : 04/04/2016

Une enquête réalisée par Le Monde et une centaine de journaux a révélé dimanche la participation de chefs d'État, de milliardaires et de sportifs à un système d'évasion fiscale international bâti autour de la firme Mossack Fonseca basée au Panama.

Une énorme enquête réalisée par plus de 100 journaux sur quelque 11,5 millions de documents a révélé dimanche 3 avril des avoirs dans les paradis fiscaux de 140 responsables politiques ou personnalités de premier plan, parmi lesquels le cercle rapproché du président russe Vladimir Poutine, et les footballeurs Michel Platini et Lionel Messi.

Des sociétés liées à la famille du président chinois Xi Jinping, qui affiche volontiers sa détermination à combattre la corruption, apparaissent également dans les documents examinés par les journalistes. Le nom du président ukrainien Petro Porochenko ou encore celui du père aujourd'hui décédé de l'actuel Premier ministre britannique David Cameron apparaissent également dans cette affaire.

Ces documents, regroupés sous la dénomination "Panama papers" proviennent tous du cabinet d'avocats Mossack Fonseca, "un des champions mondiaux de la domiciliation de sociétés écrans dans les juridictions offshores" d'après le quotidien "Le Monde" qui a enquêté sur l'affaire. La firme est domiciliée au Panama, considéré comme une plaque tournante du blanchiment d'argent. 

Le directeur et fondateur de la société Ramon Fonseca a estimé lundi 4 avril que ces fuites constituaient "un crime", une "attaque" contre le Panama. "Nous pensons qu'il y a une campagne internationale contre le droit au secret", a-t-il dit. "Le secret est un droit humain sacré mais il y a des gens qui ne le comprennent pas. Nous croyons au secret et continuerons à œuvrer pour qu'il soit protégé juridiquement."

Dans la matinée, le porte-parole du président russe a commenté ces révélations, qui mettent en cause Vladimir Poutine, en estimant qu'elles visaient à discréditer le Kremlin. "La cible principale de cette opération de désinformation est notre président, tout spécialement dans le contexte des élections législatives à venir (en septembre) et dans le contexte d'une perspective à plus long terme, je veux dire l'élection présidentielle dans deux ans", a déclaré Dmitri Peskov, évoquant également une "poutinophobie à l'étranger", lors d'une téléconférence avec les journalistes.

Un an de travail d’investigation

Les documents de la firme ont d'abord été obtenus par le quotidien allemand "Süddeutsche Zeitung". Toutefois, la manière dont ces informations ont filtré n'est pas connue. Le Consortium international des journalistes d'investigation (ICIJ) a ensuite réparti le travail d'exploitation, qui a duré environ un an, entre les publications membres. L'ICIJ précise sur son site internet que 370 journalistes de plus de 70 pays y ont participé.

Plus de 214 000 entités offshore sont impliquées dans les opérations financières dans plus de 200 pays et territoires à travers le monde, selon elle. Parmi les personnalités mentionnées dans les millions de documents figure notamment un cercle rapproché de personnalités autour du président russe Vladimir Poutine. Des associés de Vladimir Poutine auraient détourné jusqu'à 2 milliards de dollars avec l'aide de banques et de sociétés écran, effectuant des virements pouvant atteindre 200 millions de dollars en une seule fois, selon l'ICIJ.

Le quotidien "Le Monde" détaille notamment le rôle joué par le violoncelliste professionnel Sergueï Roldouguine, parrain de la fille Maria du président russe. Sept sociétés basées dans des paradis fiscaux lui sont liées, toutes indirectement gérées par la banque Bank Rossia, un cabinet d'avocats en Suisse servant de paravent. "Des associés de Poutine ont falsifié des paiements, antidaté des documents et obtenu de l'influence occulte auprès des médias et de l'industrie automobile russes", détaille le consortium sur son site internet.

Parmi les noms des personnalités françaises également. François Hollande a assuré lundi que les révélations sur le scandale d'évasion fiscale des "Panama papers" donneraient lieu au France à des "enquêtes" fiscales et des "procédures judiciaires".

État des lieux de la lutte contre l'évasion fiscale

"Plus grand coup contre les paradis fiscaux"

"Les documents montrent que les banques, les cabinets d'avocats et autres acteurs opérant dans les paradis fiscaux oublient souvent leur obligation légale de vérifier que leurs clients ne sont pas impliqués dans des entreprises criminelles", affirme l'ICIJ. "Cette fuite sera probablement le plus grand coup jamais porté aux paradis fiscaux à cause de l'étendue des documents" recueillis, estime Gérard Rylé, le directeur de l'ICIJ cité par la BBC.

Ces révélations rappellent celles de Wikileaks, site spécialisé dans la diffusion de documents secrets créé en 2006, qui s'est attiré les foudres de nombreux pays, États-Unis en tête. Il a fait scandale en publiant notamment des rapports sur des cas de torture par les forces irakiennes, sur lesquels les Américains auraient fermé les yeux, ou encore sur la prison américaine de Guantanamo.

"La plus grande fuite de l'histoire du journalisme vient de voir le jour, et elle concerne la corruption", a commenté de son côté Edward Snowden, principal lanceur d'alerte sur les activités du renseignement américain.

Avec AFP

Première publication : 03/04/2016

  • CENTRAFRIQUE

    Centrafrique : Areva, les Chinois et une ONG sportive mis en cause par WikiLeaks

    En savoir plus

  • ROYAUME-UNI

    Assange demande à la Suède et au Royaume-Uni de le laisser quitter l'ambassade d'Équateur librement

    En savoir plus

  • ROYAUME-UNI

    WikiLeaks : l'ONU appelle le Royaume-Uni à mettre fin à la détention d'Assange

    En savoir plus

COMMENTAIRE(S)