Rendez-vous

Rejouer


LES DERNIÈRES ÉMISSIONS

REVUE DE PRESSE

"Donald Trump : il y a des bonnes personnes des deux côtés"

En savoir plus

LE JOURNAL DE L'ÉCO

Contrats de travail : vers plus de flexibilité ?

En savoir plus

REVUE DE PRESSE

"Violences gynécologiques, la lutte prend corps"

En savoir plus

UN ŒIL SUR LES MÉDIAS

Tweets, retweets et détweets

En savoir plus

LE JOURNAL DE L’AFRIQUE

Burkina Faso : un deuil national de trois jours et de nombreuses questions

En savoir plus

REVUE DE PRESSE

"Le combat des esclaves sexuelles sud-coréennes continue"

En savoir plus

LE JOURNAL DE L'ÉCO

États-Unis : vers une guerre commerciale avec la Chine ?

En savoir plus

REVUE DE PRESSE

"L'Inde, 70 ans et toujours jeune"

En savoir plus

LE JOURNAL DE L’AFRIQUE

Burkina Faso : au moins 18 morts dans l’attentat de Ouagadougou

En savoir plus

Afrique

La victoire de Denis Sassou-Nguesso à la présidentielle validée par la Cour constitutionnelle

© Marco Longari, AFP | Le président sortant Denis Sassou-Nguesso le soir de sa victoire à l'élection présidentielle.

Vidéo par Melissa BELL

Texte par FRANCE 24

Dernière modification : 04/04/2016

La Cour constitutionnelle congolaise a validé lundi la victoire de Denis Sassou-Nguesso à la présidentielle du 20 mars. Le chef de l'État sortant avait récolté dès le premier tour 60,19 % des suffrages, un résultat contesté par l'opposition.

Après une journée marquée par des affrontements dans le sud de Brazzaville, la Cour constitutionnelle de la République du Congo a validé, lundi 4 avril, la victoire du chef de l'État sortant Denis Sassou Nguesso à la présidentielle du 20 mars. Selon les résultats officiels définitifs proclamés par la Cour à la télévision publique, le chef de l'État qui qui cumule plus de 32 ans de pouvoir, a été élu dès le premier tour en réunissant sur son nom 60,19 % des suffrages.

Ces résultats sont largements contestés par l'opposition, qui dénonce "une fraude massive". Cinq candidats d'opposition ont appelé le peuple congolais à rejeter les résultats officiels par des voix légales et pacifiques.

Reste à voir si cette annonce va éviter au pays de plonger dans le chaos. Lundi matin, un nombre indéterminé d'hommes armés ont mené une attaque contre des bâtiments publics, provoquant la fuite de plusieurs milliers d'habitants du sud de la capitale. 

Les autorités n'ont fourni aucun bilan de ce qu'elles qualifient de "véritable action terroriste". Elles ont indiqué enquêter en vue d'établir s'il existe un lien entre ces attaques et les candidats de l'opposition ayant contesté la réélection du président Denis Sassou Nguesso à l'issue de la présidentielle du 20 mars.

Avec AFP
 

Première publication : 04/04/2016

  • CONGO

    Combats à Brazzaville : les autorités accusent une milice opposée à Denis Sassou-Nguesso

    En savoir plus

  • CONGO-BRAZZAVILLE

    Le président congolais Denis Sassou-Nguesso réélu au premier tour

    En savoir plus

  • CONGO

    Heurts à Brazzaville : les anti-Sassou bravent l’interdiction de manifester

    En savoir plus

COMMENTAIRE(S)