Rendez-vous

Rejouer


LES DERNIÈRES ÉMISSIONS

REVUE DE PRESSE

"Premiers de corvée"

En savoir plus

UN ŒIL SUR LES MÉDIAS

Non, l'attentat de Mogadiscio n'a pas été oublié par les médias

En savoir plus

LE JOURNAL DE L’AFRIQUE

Togo : au moins 3 morts à Sokodé

En savoir plus

LE DÉBAT

Lutte contre le groupe état islamique en Syrie, les jihadistes perdent le contrôle de Raqqa

En savoir plus

LE DÉBAT

Lutte contre le groupe état islamique en Syrie, les jihadistes perdent le contrôle de Raqqa

En savoir plus

MARDI POLITIQUE

Virginie Calmels : "le danger, c'est que les femmes se victimisent"

En savoir plus

MARDI POLITIQUE

Virginie Calmels : "Emmanuel Macron a réussi à faire exploser la gauche mais la droite résiste"

En savoir plus

À L’AFFICHE !

Pascal Légitimus : un illustre Inconnu

En savoir plus

FOCUS

Lutte contre le terrorisme en France : l'opération sentinelle à bout de souffle?

En savoir plus

Asie - pacifique

L'OMS s'alarme de "l'implacable propagation" du diabète

© Paul Ellis, Robyn Beck, Ronaldo Schemidt, AFP | Près d'un adulte sur 8 dans le monde est obèse, un ratio qui a plus que doublé depuis 1975.

Texte par FRANCE 24

Dernière modification : 06/04/2016

Un rapport de l’OMS sur le diabète publié mercredi révèle que le nombre d’adulte souffrant de diabète est passé en 35 ans de 108 à 422 millions. Au total, 8,5 % de la population adulte dans le monde souffre de cette maladie.

Le rapport global de l’Organisation mondiale de la santé (OMS) sur le diabète publié mercredi 6 avril révèle que le nombre d’adultes souffrant de diabète a quadruplé en 35 ans, passant de passant de 108 millions en 1980 à 422 millions en 2014.

Selon l’OMS, La progression fulgurante de la maladie s'explique "par les habitudes alimentaires des gens et leur modes de vie". En effet, cette maladie peut être favorisée par le surpoids, dont souffre 1 adulte sur 4, ou l'obésité, concernant touchant 10 % des adultes.

>> À lire sur France 24 : La population adulte mondiale est de plus en plus obèse

L’organisation de santé compte profiter de la Journée mondiale de la Santé le 7 avril pour lancer un appel à l'action pour lutter contre le diabète. "Si nous voulons progresser dans les efforts visant à mettre un terme à la recrudescence du diabète, nous devons repenser notre vie quotidienne : afin d'avoir une alimentation saine, d'être actif et d'éviter la prise de poids excessive", a affirmé la directrice générale de l'OMS, Margaret Chan.

"Les pouvoirs publics doivent veiller à ce que les populations puissent faire ces choix sains et que les systèmes de santé soient capables de diagnostiquer et de traiter les personnes diabétiques, y compris dans les milieux les plus pauvres", a-t-elle ajouté.

Car désormais plus de la moitié des diabétiques dans le monde habitent en Asie du Sud-Est et dans la région Pacifique, où les habitudes alimentaires ont beaucoup changé ces dernières années.

Surcharge pondérale et sédentarité

L'étude de l'OMS dénonce "les pertes économiques considérables" liées au diabète, à la fois pour les personnes touchées par la maladie et pour les systèmes d'assurance-maladie. D'après le directeur du département des maladies non transmissibles à l'OMS, le Dr Etienne Krug, les coûts directs liés à la maladie dépassent les 827 milliards de dollars (729 milliards d'euros) par an.

Le diabète est une maladie chronique grave qui apparaît lorsque le pancréas ne produit pas suffisamment d'insuline (l'hormone qui régule la concentration de sucre dans le sang) ou lorsque l'organisme n'utilise pas correctement l'insuline qu'il produit.

Les complications du diabète peuvent entraîner un infarctus du myocarde (tissu musculaire du cœur), un accident vasculaire cérébral, la cécité, une insuffisance rénale et l'amputation des membres inférieurs.

Il existe deux principales formes de diabète : le diabète de type 1, dont la cause n'est pas connue et les personnes qui en souffrent doivent recourir à des injections d'insuline pour survivre, et le diabète de type 2 qui représente la vaste majorité des cas et qui est en grande partie le résultat d'une surcharge pondérale et de la sédentarité.

Selon l'agence onusienne, l'insuline et les hypoglycémiants restent très difficiles à obtenir dans les pays pauvres, à quelques exceptions près. Il est donc absolument nécessaire pour les États de décourager la consommation de tabac et d'aliments nocifs pour la santé car trop sucrés, comme les boissons gazeuses sucrées, et de favoriser l'exercice physique régulier.

Avec AFP
 

Première publication : 06/04/2016

  • FRANCE

    Le Sidaction lance sa campagne annuelle d'appel aux dons

    En savoir plus

  • SANTÉ

    MyGenome, une appli pour tout savoir sur son génome à moins de 1 000 dollars

    En savoir plus

  • SANTÉ

    Zika : première preuve d’un lien entre le virus et la microcéphalie du fœtus

    En savoir plus

COMMENTAIRE(S)