Rendez-vous

Rejouer


LES DERNIÈRES ÉMISSIONS

L'ENTRETIEN

Mevlüt Cavusoglu : "L'opération turque en Syrie pourrait viser Manbij"

En savoir plus

REVUE DE PRESSE

Féminisme: "On peut le faire !"

En savoir plus

LE JOURNAL DE L'ÉCO

"La Tunisie n’aurait pas dû être sur la liste noire des paradis fiscaux"

En savoir plus

REVUE DE PRESSE

"Les djihadistes sont des traîtres à la nation"

En savoir plus

UN ŒIL SUR LES MÉDIAS

Un ministère et une journée pour lutter contre la solitude

En savoir plus

LE JOURNAL DE L’AFRIQUE

La Tunisie retirée de la liste noire de l'Union européenne sur l'évasion fiscale

En savoir plus

LE JOURNAL DE L'ÉCO

En direct de Davos - Bertrand Badré : "L'heure est à l'optimisme, c'est là qu'il faut commencer à être prudent"

En savoir plus

MARDI POLITIQUE

Julien Dray : "Nous travaillons pour les GAFA, nous devons donc être rémunérés"

En savoir plus

MARDI POLITIQUE

Julien Dray : "Inutile de se déclarer candidat avant le congrès, ce n'est pas un casting"

En savoir plus

FRANCE

Éric Woerth : "Le texte de la Loi travail a perdu de son lustre initial"

© Kenzo Tribouillard / AFP | Éric Woerth, député de l'Oise et secrétaire général des Républicains.

Texte par FRANCE 24

Dernière modification : 19/04/2016

Invité de Mardi politique, Éric Woerth, secrétaire général des Républicains, revient sur la Loi travail dont, selon lui, "le texte a commencé à se déprécier doucement pour devenir une usine à gaz de plus, qui ne résout rien".

Éric Woerth, député de l'Oise, secrétaire général des Républicains, ancien ministre du Travail, était l'invité de Mardi politique, le 19 avril. Il a répondu aux questions de Roselyne Febvre pour France 24, Véronique Rigolet pour RFI, et d'Alain Auffray pour Libération.

 

 

Première publication : 19/04/2016

  • MARDI POLITIQUE

    Michel Sapin : "Il faut lutter contre l'opacité" des paradis fiscaux

    En savoir plus

  • FRANCE

    Jean-Christophe Lagarde : "Il faut être en capacité de résister"

    En savoir plus

  • FRANCE

    Jean-François Copé : "Maintenant on ne peut plus reculer"

    En savoir plus

COMMENTAIRE(S)