Rendez-vous

Rejouer


LES DERNIÈRES ÉMISSIONS

TECH 24

Reporty, l'application anti-délits ou pro-délation ?

En savoir plus

BILLET RETOUR

La Gambie à l'heure d'une nouvelle ère post-Jammeh

En savoir plus

#ActuElles

#MeToo : la France entre exception culturelle et changement de génération

En savoir plus

FOCUS

Colombie : avec la paix, tout un pays à déminer

En savoir plus

REPORTERS

Exclusif : les dernières heures de la Bataille du désert avec les milices chiites en Irak

En savoir plus

À L’AFFICHE !

JoeyStarr, les mille vies du jaguar

En savoir plus

L'ENTRETIEN

Saeb Erekat : "La solution à deux États a été détruite"

En savoir plus

MODE

Pitti Uomo, à Florence, le plus grand salon de mode masculine au monde

En savoir plus

REVUE DE PRESSE

Colin Firth : "Je ne travaillerai plus avec Woody Allen"

En savoir plus

Amériques

Prince, une vie consacrée à la musique

© Jeff Haynes, Roberto Schmidt, AFP | Prince lors d’un concert donné pendant la mi-temps du Super Bowl XLI au Dolphin Stadium de Miami, le 21 avril 2016.

Texte par FRANCE 24

Dernière modification : 22/04/2016

La légendaire musicien américain Prince est mort jeudi à l'âge de 57 ans. Artiste anticonformiste, "le kid de Minneapolis" a consacré sa vie à la musique, laissant derrière lui une œuvre prolifique, aux confluents du rock, de la soul et du funk.

C’était un guitariste virtuose. Une bête de scène aux costumes excentriques et au style de dandy androgyne. Un musicien prolifique aux plus de 100 millions de disques vendus dans le monde. Prince s’est éteint le jeudi 21 avril 2016 dans sa propriété de Paisley Park, dans le Minnesota, à l’âge de 57 ans, après une vie consacrée à la musique.

>> À lire sur France 24 : Prince, la mort d'une légende

La musique, il a toujours baigné dedans. Prince Rogers Nelson, de son vrai nom, est né le 7 juin 1958 à Minneapolis, dans le Minnesota, d’un père musicien et d’une mère chanteuse de jazz. Il doit son prénom au groupe de blues de son père, le "Prince Rogers Trio". Dans une interview en 1991, son père John L. Nelson avait déclaré dans la presse : "Je l'ai appelé Prince car je voulais qu'il fasse tout ce que je n'ai pas pu faire". Un défi de taille, que son fils a relevé avec brio. Le petit Prince, qui n’a jamais dépassé le mètre 60, ne s’est posé aucune limite, a transcendé les genres et marqué de son empreinte l’histoire de la musique.

Le rival de Michael Jackson

"Le kid de Minneapolis", n’a jamais cessé de composer. À 12 ans, il monte son premier groupe. À 18 ans, il sort son premier album. Il laisse derrière lui une œuvre riche, aux confluents de la pop, du funk, du R&B et du rock. "Il était un artiste prolifique, infatigable, androgyne. Mais pas seulement. C’est aussi un perfectionniste. Depuis 1979, Prince c’est plus de 50 titres dans le Top 40 à travers le monde", rappelle Gallagher Fenwick, correspondant de France 24 à Washington.

Ses chansons "Cream", "Girls & Boys", "Kiss" ou "Musicology" ont fait danser le monde entier. Mais c’est en 1984 qu’il devient une star interplanétaire avec le tube "Purple Rain", initialement composé pour le film éponyme dans lequel Prince a joué son propre rôle. L’album s’écoule à plus de 20 millions d’exemplaires et reçoit plusieurs prix, dont l'Oscar de la meilleure chanson de film. Il lui vaut aussi d’être présenté par la presse comme le rival de Michael Jackson.

Le chanteur américain Prince (au centre) reçoit l'Oscar de la meilleure partition originale, pour "Purple Rain", lors de la 57e remise des Oscars à Hollywood, le 25 mars 1985. © Harms, AFP

Le rebelle de l’industrie du disque

Prince a toujours su faire parler de lui. Rebelle de l’industrie musicale mais roi du marketing, il abandonne en 1993 son nom de scène pour l'imprononçable pictogramme de "Love Symbol", un moyen de contester le contrat le liant à la maison de disques Warner Bros. Il avait inscrit le mot "esclave" (slave) sur sa joue pour protester contre les conditions contractuelles dont il s’est partiellement libéré en 1996, puis totalement en 2000, reprenant alors son pseudonyme d’origine.

Comme un nouveau pied de nez à la Warner, Prince distribue gratuitement, en 2007, son album "Planet Earth" à tous les lecteurs du "Mail on Sunday", dont le numéro est tiré pour l’occasion à trois millions d’exemplaires. Une stratégie marketing jamais vue en Europe, qu’il avait déjà testée dès 2004 en distribuant gratuitement son album "Musicology" à l’entrée de ses concerts. Une promotion étonnante, à faire rager n'importe quelle maison de disques.

© Wikipedia

La Warner n’hésite pourtant pas à faire signer un nouveau contrat au faiseur de tubes en 2014, en lui cédant un contrat mirobolant… qui ne le fait pas rentrer dans les rangs pour autant. Il n’a notamment pas cru bon prévenir sa maison de disques – avant ses fans – de la sortie imminente de nouveaux albums. Ces dernières années, il a aussi tenté de prendre de court les revendeurs de billet en annonçant ses concerts quelques heures seulement avant de monter sur scène.

Prince avait récemment organisé des concerts dans ses studios de Paisley Park, dans le Minnesota, et en Australie, durant lesquels il a joué du piano en solo, déclarant qu'il voulait se confronter à un nouveau défi artistique. "Prince était sans aucun doute un original et quelqu'un d'unique", a estimé la légende de la soul Aretha Franklin en lui rendant un dernier hommage. Personne n’aura jamais pu mettre le petit Prince au pas. Il avait  annoncé le mois dernier qu’il allait publier ses Mémoires ; son éditeur a prédit qu’ils seraient "anticonformistes".

Avec AFP

Première publication : 21/04/2016

  • ÉTATS-UNIS

    Le chanteur Prince est mort à l'âge de 57 ans

    En savoir plus

  • MUSIQUE

    David Bowie, un artiste caméléon toujours en avance sur son temps

    En savoir plus

  • MUSIQUE

    David Bowie, "héros" mythique de la chute du mur de Berlin

    En savoir plus

COMMENTAIRE(S)