Rendez-vous

Rejouer


LES DERNIÈRES ÉMISSIONS

À L’AFFICHE !

Fondation Louis Vuitton : L'art africain a le vent en poupe

En savoir plus

REVUE DE PRESSE

"Macron, le virtuose du flou"

En savoir plus

LE JOURNAL DE L'ÉCO

France : le chômage bondit à moins de quinze jours du second tour

En savoir plus

REVUE DE PRESSE

"Show à Whirlpool"

En savoir plus

UN ŒIL SUR LES MÉDIAS

Bras de fer médiatique entre Le Pen et Macron à Amiens

En savoir plus

LE JOURNAL DE L’AFRIQUE

Sénégal : Marcus Miller sur la scène du festival de jazz de Saint-Louis

En savoir plus

LE DÉBAT

Venezuela : jusqu'où ira la crise ? (Partie 2)

En savoir plus

LE DÉBAT

Venezuela : jusqu'où ira la crise ? (Partie 1)

En savoir plus

JOURNAL DE CAMPAGNE

Marine Le Pen et Emmanuel Macron face aux salariés de Whirlpool

En savoir plus

Asie - pacifique

Séisme au Népal : un an après, le pays toujours en ruines

© Prakash Mathema, AFP | Des Népalais vivant encore sous des tentes, dans la vallée de Langtang, au Népal, le 7 avril 2016.

Vidéo par AFP

Texte par FRANCE 24

Dernière modification : 25/04/2016

Un an après le séisme meurtrier du 25 avril 2015 au Népal, les cérémonies d'hommages aux victimes se sont mêlés aux manifestations de mécontentement de la population. Des millions de Népalais vivent toujours dans des abris de fortune.

De nombreuses cérémonies ont eu lieu dimanche 24 avril au Népal, à la veille du premier anniversaire du terrible séisme qui a terrassé ce pays pauvre de l’Himalaya et tué près de 9 000 personnes. Mais les hommages se sont mêlés à la colère de nombreux Népalais, toujours privés de logements. 

Car, un an plus tard, rien n’a changé. Ou si peu. Le 25 avril 2015, le tremblement de terre de magnitude 7,8 a détruit un demi-million de logements. Aujourd'hui, quatre millions de personnes vivent toujours dans des abris provisoires, selon la Fédération internationale des sociétés de la Croix-Rouge et du Croissant-Rouge. Alors la colère gronde face à la lenteur de la reconstruction.

>> À revoir sur France 24, un reportage de mai 2015 : "Au Népal, l'aide humanitaire internationale peine à s'organiser"

Le gouvernement a promis 2 000 dollars par logement détruit mais moins de 700 familles ont reçu le premier versement de 500 dollars. "Les politiciens dans les palais, la population dans les tentes", scandaient une vingtaine de personnes protestant dimanche dans la capitale Katmandou.

La lenteur des travaux s'explique en partie par des règles administratives complexes : le gouvernement a imposé à la population de respecter des normes antisismiques pour toucher les fonds de reconstruction. Problème : il a mis des mois avant de rendre publiques ces instructions. Les ONG qui avaient commencé à reconstruire écoles et centres de santé ont été priées de suspendre leurs activités jusqu'à ce que l'Autorité vienne évaluer leur travail, un processus long, qui a encore davantage retardé les travaux.

"Cela fait un an que nous attendons les 2 000 dollars promis par l'État"

Quant à l'argent de la communauté internationale, il peine à être redistribué. Quatre milliards de dollars ont été collectés, mais les dissensions entre partis politiques sur le contrôle de cette manne financière ont paralysé sa répartition. La plupart des victimes n'ont rien reçu d'autre qu'un modeste premier versement.

"Se souvenir des survivants"

"À moins qu'on nous aide, je ne vois pas comment nous parviendrons à vivre un jour dans une maison", explique une mère de trois enfants, assise sous sa tente qui n'abrite qu'un lit et un poêle. 

Pour cette femme de 40 ans qui n'a reçu du gouvernement que 150 dollars, les cérémonies d'hommage n'ont que peu de sens. "C'est bien de se souvenir des morts, mais il faudrait d'abord se souvenir de nous, les survivants, et nous aider", implore la mère de famille, qui gagne 35 roupies par jour en tricotant des gants. "Si le gouvernement se souciait de nous, nous ne vivrions pas ici".

>> À revoir sur France 24, un reportage de mai 2015 : "La lente rééducation des blessés du séisme au Népal"

La vie de Govinda Timilsina, guide de montagne, s'est aussi arrêtée depuis qu'il a perdu sa maison dans le séisme. Il explique qu'il n'ose pas la reconstruire lui-même, en raison des règles complexes qui régissent les aides à la reconstruction. "Nous avons tout perdu, nous ne pouvons plus vivre dans le village", se lamente-t-il.

Il a été contraint, avec sa mère, son épouse et leur garçon de trois ans, de quitter le district de Dhading pour un appartement d'une seule pièce à Katmandou. "Les règles gouvernementales sont tellement compliquées. Nous craignons de ne pas obtenir d'indemnisations si nous commençons les travaux nous-mêmes".

Avec AFP

Première publication : 25/04/2016

  • humanitaire

    Vidéo : au Népal, l'aide humanitaire internationale peine à s'organiser

    En savoir plus

  • NÉPAL

    Reportage : la lente rééducation des blessés du séisme au Népal

    En savoir plus

  • NÉPAL

    Séisme au Népal : des milliers de morts et une poignée de miraculés

    En savoir plus

COMMENTAIRE(S)