Rendez-vous

Rejouer


LES DERNIÈRES ÉMISSIONS

LE JOURNAL DE L’AFRIQUE

kenya : Kenyatta et Odinga appellent au calme a 6 jours du scrutin

En savoir plus

UN ŒIL SUR LES MÉDIAS

"Où est Santiago Maldonado ?"

En savoir plus

UNE SEMAINE DANS LE MONDE

Chine : Xi Jinping, nouveau Mao ?

En savoir plus

UNE SEMAINE DANS LE MONDE

Harcèlement sexuel, la parole se libère sur la toile.

En savoir plus

L'ENTRETIEN

Bafel Talabani : le référendum au Kurdistan était une "erreur colossale"

En savoir plus

TECH 24

Holo-Math : ils vont vous faire aimer les mathématiques

En savoir plus

LA SEMAINE DE L'ECO

"Flat tax" : révolution fiscale ou cadeau au riches ?

En savoir plus

LA SEMAINE DE L'ECO

Macronisme : la théorie des "premiers de cordée"

En savoir plus

FOCUS

Au Japon, l'impact social mitigé des "Abenomics"

En savoir plus

Planète

L'avion solaire Solar Impulse 2 réussit sa traversée du Pacifique

© Solar Impulse | Le pilote et aventurier suisse Bertrand Piccard était aux commandes de Solar Impulse 2, un avion fonctionnant uniquement à l'énergie solaire.

Texte par FRANCE 24

Dernière modification : 25/04/2016

L'avion solaire Solar Impulse 2 a atterri dimanche à Moffett, au sud de San Francisco, en Californie. Cet appareil alimenté uniquement à l'énergie solaire achève ainsi sa périlleuse traversée du Pacifique au terme de 62 heures de vol.

"C'est l'une des expériences les plus époustouflantes que j'ai jamais vécues", a reconnu Bertrand Piccard, le pilote suisse à sa descente d'avion à Moffett Airfield, au sud de San Francisco dimanche 24 avril à 6h44 GMT. Après 62 heures de vol, Solar Impulse s'est posé sans encombre en Californie, la partie la plus périlleuse de ce tour du monde utilisant uniquement l'énergie solaire.

Solar Impulse était parti jeudi de l'archipel américain de Hawaï, au milieu du Pacifique, où il avait dû faire plusieurs mois d'escale technique pour réparer les batteries endommagées par une chaleur excessive pendant sa traversée depuis le Japon. L'avion a commencé son tour du monde en mars 2015 en partant d'Abou Dhabi avec des escales à Oman, en Birmanie, en Chine et au Japon.

"C'est formidable d'être en Californie, la terre des pionniers", a déclaré le pilote. "L'innovation et l'esprit pionnier doivent continuer. La révolution de la technologie propre doit continuer à avancer", a-t-il ajouté aux côtés du cofondateur de Google, Sergey Brin. Il a également réaffirmé sa conviction que, "dans 10 ans, des avions électriques pourront transporter une cinquantaine de personnes". "Cela va arriver. Ce n'est pas de la science-fiction, c'est réel".

Pas plus de 20 minutes de repos

Le vol entre Hawaï et la Californie représentait un "défi" technique, avait estimé au début du périple Bertrand Piccard. L'envergure des ailes du SI2, équivalente à celles des plus gros avions commerciaux (63,4 mètres) pour un poids de seulement 1,5 tonne (poids d'une fourgonnette), rendait l'appareil "très sensible aux turbulences", avait expliqué le pilote qui ne pouvait s'assoupir pas plus de 20 minutes d'affilée.

L'avion ne pouvant transporter qu'un seul pilote, Bertrand Piccard, âgé de 58 ans, et son compatriote André Borschberg, 63 ans, se relaient à chaque étape pour accomplir à tour de rôle les longs vols solo.

C'est André Borschberg qui pilotera donc l'avion pour la traversée des États-Unis jusqu'à New York, où il devrait atterrir non loin de la Statue de la Liberté. L'étape suivante sera la traversée de l'Atlantique, et enfin le vol d'Europe vers Abou Dhabi.

Le SI2, appareil expérimental révolutionnaire fonctionne grâce à des batteries se rechargeant avec plus de 17 000 cellules photovoltaïques sur ses ailes qui captent l'énergie solaire.

Avec AFP et Reuters

Première publication : 25/04/2016

  • AVIATION

    Solar impulse 2 s’est posé à Hawaï après 5 jours et 5 nuits de vol

    En savoir plus

  • TECHNOLOGIE

    Vidéo : le pilote de Solar Impulse répond en vol aux questions de France 24

    En savoir plus

  • AVIATION

    L'avion Solar Impulse forcé d'atterrir au Japon en raison de la météo

    En savoir plus

COMMENTAIRE(S)