Rendez-vous

Rejouer


LES DERNIÈRES ÉMISSIONS

L'ENTRETIEN

"Le Mexique ne contribuera en aucune façon au financement du mur de Trump"

En savoir plus

LE JOURNAL DE L’AFRIQUE

Les Tunisiens sont de plus en plus nombreux à s’immoler par le feu

En savoir plus

UN ŒIL SUR LES MÉDIAS

Etats-Unis : la neutralité sur le net c'est fini

En savoir plus

UNE SEMAINE DANS LE MONDE

Statut de Jérusalem : l'onde de choc mondiale (partie 1)

En savoir plus

TECH 24

Fintech : les utilisateurs au pouvoir

En savoir plus

LA SEMAINE DE L'ECO

La tech peut-elle sauver la planète ?

En savoir plus

L'ENTRETIEN

Taro Kono, MAE du Japon : "Nous ne souhaitons pas le dialogue pour le dialogue" avec Pyongyang

En savoir plus

VOUS ÊTES ICI

La ligne des Hirondelles : un train de légende à l'assaut du Jura

En savoir plus

LA SEMAINE DE L'ECO

"One Planet Summit" : la bataille est-elle perdue ?

En savoir plus

Moyen-Orient

Les alliés de Rohani remportent les élections législatives en Iran

© Atta Kenare, AFP | Quatre femmes ont été élues au second tour de l'élection législative iranienne du 29 avril 2016, portant à 17 le nombre de députées dans le nouveau Parlement iranien.

Vidéo par Mariam PIRZADEH

Texte par FRANCE 24

Dernière modification : 01/05/2016

Les candidats réformateurs et modérés du camp pro-Rohani ont remporté le second tour des élections législatives en Iran, face aux conservateurs, selon des résultats officiels publiés samedi par le ministère de l'Intérieur iranien.

La coalition des réformateurs et modérés, soutenant le président iranien Hassan Rohani, a remporté la victoire au second tour des législatives du vendredi 29 avril en Iran face aux conservateurs, d’après des résultats officiels publiés samedi 30 avril par le ministère de l'Intérieur.

Cette victoire marque le retour au Parlement des élus réformateurs alliés aux modérés. C'est la première fois depuis 2004 que l'Assemblée ne sera plus dominée par les conservateurs et que les deux grandes tendances politiques iraniennes seront représentées de manière à peu près égale.

Sur 68 sièges qui étaient en jeu, la liste "Espoir" des réformateurs et des modérés en remporte 38, contre 18 aux conservateurs et 12 à des indépendants. En ajoutant ces sièges aux 95 déjà remportés au premier tour du 26 février, les pro-Rohani constituent le groupe le plus important de cette nouvelle Assemblée. Ils remportent au moins 133 sièges sur les 290, selon un décompte effectué par l'AFP à partir des résultats officiels. Les conservateurs, ou proches des conservateurs, et les indépendants suivent avec respectivement 125 et 26 députés.

Les députés indépendants vont-ils rallier les réformateurs ?

Pour autant, les élus de la liste "Espoir" ne parviennent donc pas à la majorité de 146 voix. "Quelque 41 % des sièges sont obtenus par les réformateurs et modérés de la liste de Hassan Rohani, 29 % par les conservateurs. Il reste 28 % d’indépendants qui vont peut-être tout faire basculer car, pour le moment, il n’y a pas encore de majorité", a indiqué Mariam Pirzadeh, la correspondante de France 24 à Téhéran.

Mais même s'ils n'y parviennent pas, les réformateurs et modérés pourront compter sur des élus conservateurs pragmatiques plus conciliants. Les conservateurs radicaux, qui étaient farouchement opposés à la politique d'ouverture du président, ont été éliminés dès le premier tour.

>> "Élections iraniennes : quand la frontière entre réformateurs et conservateurs se brouille"

Dix-sept femmes élues dont 15 députées réformatrices

Par ailleurs, quatre femmes ont été élues au second tour, portant à 17 le nombre de députées, dont quinze réformatrices. La précédente Assemblée ne comptait que neuf femmes députées qui étaient toutes des figures conservatrices. C'est la première fois depuis la révolution islamique de 1979 que le Parlement comptera autant d'élues.

La nouvelle Assemblée se réunira fin mai pour élire son chef. Le président sortant, Ali Larijani, un conservateur modéré, et Mohammad Reza Aref, chef de file des réformateurs et modérés, devraient être tous deux en lice. Contrairement aux plus radicaux de son camp, Ali Larijani avait défendu l'accord historique du 14 juillet sur le nucléaire conclu entre Téhéran et les grandes puissances.

À un an de l'élection présidentielle à laquelle Hassan Rohani devrait se représenter pour un second mandat de quatre ans, ces résultats représentent une victoire personnelle pour le président, ainsi que pour sa politique d’ouverture vers l’Occident.

Avec AFP

Première publication : 30/04/2016

  • IRAN

    Les réformateurs pro-Rohani remportent le second tour des législatives, selon les médias

    En savoir plus

  • IRAN

    Législatives en Iran : les alliés de Rohani en quête de majorité

    En savoir plus

  • IRAN

    Iran : l'UE veut relever les "défis" de la mise en œuvre de l'accord sur le nucléaire

    En savoir plus

COMMENTAIRE(S)