Rendez-vous

Rejouer


LES DERNIÈRES ÉMISSIONS

UN ŒIL SUR LES MÉDIAS

Non, l'attentat de Mogadiscio n'a pas été oublié par les médias

En savoir plus

LE JOURNAL DE L’AFRIQUE

Togo : au moins 3 morts à Sokodé

En savoir plus

LE DÉBAT

Lutte contre le groupe état islamique en Syrie, les jihadistes perdent le contrôle de Raqqa

En savoir plus

LE DÉBAT

Lutte contre le groupe état islamique en Syrie, les jihadistes perdent le contrôle de Raqqa

En savoir plus

MARDI POLITIQUE

Virginie Calmels : "le danger, c'est que les femmes se victimisent"

En savoir plus

MARDI POLITIQUE

Virginie Calmels : "Emmanuel Macron a réussi à faire exploser la gauche mais la droite résiste"

En savoir plus

À L’AFFICHE !

Pascal Légitimus : un illustre Inconnu

En savoir plus

FOCUS

Lutte contre le terrorisme en France : l'opération sentinelle à bout de souffle?

En savoir plus

LE DÉBAT

Harcèlement sexuel : libération de la parole ou dénonciations généralisées ? (partie 2)

En savoir plus

Asie - pacifique

Premier congrès du parti unique en Corée du Nord en près de 40 ans

© Ed Jones, AFP

Vidéo par Axel MAY

Texte par FRANCE 24

Dernière modification : 06/05/2016

La Corée du Nord ouvre, vendredi, sa première grande assemblée politique en près de 40 ans. Ce congrès du parti unique doit consacrer le règne absolu de Kim Jong-un, 33 ans, avec pour toile de fond l'éventualité d'un nouvel essai nucléaire.

La Corée du Nord a inauguré, vendredi 6 mai, un congrès inédit du Parti des Travailleurs qui devrait renforcer le pouvoir du numéro un Kim Jong-un, arrivé au pouvoir après la mort de son père, Kim Jong-il, en décembre 2011.

Le Parti des travailleurs, parti unique au pouvoir, n'a pas tenu de congrès depuis 36 ans. Le précédent en 1980 avait désigné son père Kim Jong-il comme l'héritier de Kim Il-sung, fondateur de cette dictature dynastique qui dure depuis près de 70 ans.

Des milliers de délégués triés sur le volet venus de toute la Corée du Nord sont à Pyongyang pour assister à ce rassemblement exceptionnel dans l'imposant Palais du 25 avril. La réunion d’ouverture a selon toute vraisemblance commencé, mais la centaine de journalistes étrangers invités à couvrir l'événement n’était pas autorisée à pénétrer à l'intérieur du bâtiment, dont la façade était décorée de portraits géants des deux dirigeants défunts.

La télévision officielle nord-coréenne s'est abstenue de toute couverture en direct du congrès, consacrant ses émissions de la matinée à des images d'archives sur les prouesses du parti. À un moment, deux présentateurs ont lu un long commentaire sur les réalisations du PTC publié au préalable par l'agence de presse officielle KCNA.

Les explications de notre correspondant à Séoul

"Une démonstration de force politique"

Le déroulé de ce rassemblement n’est pas connu, mais l’objectif principal est vraisemblablement d'asseoir le statut de Kim Jong-un en tant que chef suprême de la Corée du Nord et héritier légitime de ses grand-père et père. "Le message de Kim Jong-un tient à la tenue même de ce congrès. C’est vraiment une démonstration de force politique qui permet au dirigeant suprême de montrer que la transition dynastique est finie et qu’une nouvelle ère, glorieuse bien sûr, s’ouvre sous son commandement", résume Frédéric Ojardias, le correspondant de France 24 en Corée du Sud.

"Depuis qu’il a succédé à son père, Kim Jong-un s’est livré à de violentes purges et les 3 000 délégués réunis lors de son congrès vont désigner de nouveaux cadres au sein du comité central et du bureau politique. Kim Jong-un va ainsi s’entourer d’une nouvelle garde rajeunie et jugée plus loyale", ajoute-t-il.

Le congrès devrait également confirmer, comme doctrine du parti, la stratégie du "byungjin" initiée par Kim Jong-un, à savoir le fait de mener en tandem développement économique et programmes nucléaire et balistique. Les spéculations s'étaient d’ailleurs multipliées ces derniers temps sur la possibilité que Pyongyang s'apprête à mener un cinquième essai nucléaire qui coïnciderait avec la tenue de ce congrès.

Les objectifs du "byungjin" paraissent en tout cas irréalistes, selon les observateurs. "Les seuls succès que Kim Jong-un peut mettre en avant sont militaires : tirs de fusée, essai nucléaire en janvier 2016. Sur le plan économique le guide suprême a peu de résultats à son actif. Les sanctions internationales qui ont récemment été renforcées vont lui rendre la tâche encore plus difficile", estime Frédéric Ojardias.

Avec AFP

Première publication : 06/05/2016

  • CORÉE DU NORD

    Corée du Nord : un Américano-Coréen condamné aux travaux forcés pour espionnage

    En savoir plus

  • CORÉE DU NORD

    Un étudiant américain condamné à 15 ans de travaux forcés en Corée du Nord

    En savoir plus

  • CORÉE DU NORD

    Pyongyang annonce un test imminent sur une ogive nucléaire

    En savoir plus

COMMENTAIRE(S)