Rendez-vous

Rejouer


LES DERNIÈRES ÉMISSIONS

UN ŒIL SUR LES MÉDIAS

Zimbabwe : La fin de l'ère Mugabe

En savoir plus

LE JOURNAL DE L’AFRIQUE

Zimbabwe : Scène de liesse à Harare après la démission de Robert Mugabe

En savoir plus

MARDI POLITIQUE

Hortefeux : "Si le président prend de bonnes initiatives pour les collectivités, nous le dirons"

En savoir plus

À L’AFFICHE !

"La bataille des sexes" : l’égalité homme-femme en jeu

En savoir plus

FOCUS

Vidéo : aux États-Unis, le sort incertain des militaires transgenres

En savoir plus

REVUE DE PRESSE

"Chancelière ch. partenaire, et plus si affinités"

En savoir plus

LE JOURNAL DE L'ÉCO

Le gouvernement américain tente de bloquer la fusion AT&T - Warner Bros

En savoir plus

REVUE DE PRESSE

"La chancelière chancelle"

En savoir plus

UN ŒIL SUR LES MÉDIAS

Allemagne : le crépuscule d'Angela Merkel ?

En savoir plus

FRANCE

Accusations de harcèlement sexuel : Emmanuelle Cosse prend la défense de son conjoint

© Bertrand Guay, AFP | La ministre écologiste Emmanuelle Cosse est également l'épouse de Denis Baupin, accusé de harcèlement et agressions sexuels par huit femmes.

Vidéo par FRANCE 3

Texte par FRANCE 24

Dernière modification : 10/05/2016

La ministre écologiste Emmanuelle Cosse a déclaré, mardi, ne pas avoir eu connaissance jusqu'à cette semaine de soupçons de harcèlement sexuel visant son époux, Denis Baupin, et insisté sur la nécessité de laisser la justice se prononcer.

Invitée de France Info, la ministre du Logement, Emmanuelle Cosse, a assuré, mardi 10 mai, avoir "appris hier" les accusations de harcèlement contre son mari, le député écologiste Denis Baupin. Elle a réclamé que le débat ait lieu "devant la justice".

"On parle de faits qui sont d'une extrême gravité. Et si ces faits sont avérés, il faut que ça soit réglé devant la justice. Et si ces faits ne sont pas avérés, il faut aussi que ce soit réglé devant la justice. Il n'y a pas d'autre question, il n'y a pas d'autre choix", a déclaré l'ancienne secrétaire nationale d'Europe Écologie-Les Verts (EELV) sur France Info.

Le parquet de Paris a annoncé avoir ouvert une enquête préliminaire, au lendemain des révélations dans la presse visant Denis Baupin, accusé d'agressions et de harcèlement sexuels. "L'enquête va s'attacher à recueillir les témoignages des victimes présumées qui se sont exprimées dans les médias, à vérifier les dates et lieux de la commission des faits allégués et à entendre tout témoin utile", détaille le parquet dans un communiqué. À ce stade, "aucune plainte relative à ces faits n'a été reçue au parquet".

Denis Baupin a par ailleurs fait savoir par l'intermédiaire de son avocat qu'il dépose plainte pour "diffamation" contre Mediapart et France Inter.

"J’ai confiance en mon conjoint"
 

En apprenant la nouvelle, Emmanuelle Cosse dit avoir été "saisie". "J’ai été très touchée en tant que femme, en tant que compagne, en tant que mère mais aussi en tant que ministre, a-t-elle affirmé. Je n’ai jamais transigé avec les questions de femmes."

La ministre du Logement, qui a abandonné son poste à EELV lorsqu'elle est entrée au gouvernement, en février dernier, a toutefois tenu à afficher son soutien à Denis Baupin. "J’ai confiance en mon conjoint. Je n’ai pas de troubles", a-t-elle déclaré.

Elle a par ailleurs justifié la démission de ce dernier de sa fonction de vice-président de l'Assemblée nationale "parce que quand on est un républicain, et c'est ce qu'il est, on n'accepte pas que l'institution qu'on représente puisse être entachée de quoi que ce soit".

>> À lire sur France 24 : "Le passé féministe de Denis Baupin"

Lundi, des médias ont révélé des témoignages d'élues écologistes accusant le député de Paris d'avoir eu des gestes assimilables pour certains à des agressions sexuelles.

Interrogée sur le conseil fédéral du parti des 9 et 10 mai 2015, où une militante avait fait état en tribune de sa connaissance de faits de harcèlement ou d'agression sexuelle, Emmanuelle Cosse a assuré avoir alors "rappelé des choses très simples": "Un, que toute personne qui a connaissance de faits qui relèvent de la justice doit les transmettre à la justice [...], deux, que le bureau exécutif que je présidais a pris immédiatement position".

La mise en place d'une adresse mail de signalement et la composition d'un groupe de travail avaient notamment été décidées.

À propos de l'élu EELV Yves Contassot qui a assuré lundi qu'elle avait interrompu le débat sur cette question, elle a répondu qu'elle n'était "pas là pour commenter des vociférations ".

Avec AFP et Reuters

Première publication : 10/05/2016

  • FRANCE

    "Levons l’omerta" : un collectif veut briser le tabou du harcèlement sexuel dans la sphère politique

    En savoir plus

  • FRANCE

    Accusé d'agressions et de harcèlement sexuels, Denis Baupin démissionne de la vice-présidence de l'Assemblée

    En savoir plus

  • FRANCE

    En finir avec le cyber-harcèlement : les internautes se mobilisent

    En savoir plus

COMMENTAIRE(S)