Rendez-vous

Rejouer


LES DERNIÈRES ÉMISSIONS

LE JOURNAL DE L’AFRIQUE

Mali : L'opposition dénonce une fraude électorale

En savoir plus

UN ŒIL SUR LES MÉDIAS

Brésil : le "docteur Popotin" arrêté

En savoir plus

UNE SEMAINE DANS LE MONDE

Une semaine dans le monde : Les bleus champions du monde : une fierté française retrouvée

En savoir plus

7 JOURS EN FRANCE

Football : l'excellence de la formation française

En savoir plus

À L’AFFICHE !

Vincent Cassel, l’homme aux mille visages

En savoir plus

DANS LA PRESSE

Affaire Benalla : "Les voyous de l'État Macron"

En savoir plus

DANS LA PRESSE

Nouvelle loi fondamentale en Israël : "Un coup dur pour les minorités"

En savoir plus

REPORTERS

Maracaibo, miroir de tous les maux du Venezuela

En savoir plus

FOCUS

Le couteau, nouvelle arme de prédilection des gangs londoniens

En savoir plus

Amériques

"Short Edition", la petite start-up française qui a séduit Francis Ford Coppola

© Capture d'écran Twitter | Francis Ford Coppola entouré par deux membres de l'équipe de la start-up française Short Edition, à San Francisco

Texte par Charlotte BOITIAUX

Dernière modification : 16/05/2016

Une entreprise grenobloise a inventé une machine à distribuer des histoires courtes dans les espaces publics. Cette idée a séduit la légende du cinéma américain Francis Ford Coppola, qui en a commandé une pour son restaurant à San Francisco.

Au début, ils ont d'abord pensé à une plaisanterie. Quand les équipes de la petite start-up française Short Edition, basée à Grenoble, ont reçu un mail de Francis Ford Coppola, ils n’y ont pas cru. Mais après vérifications, c'est bien le géant du cinéma américain qui leur demandait des précisions sur leur concept de "distributeurs d'histoires courtes". En quoi le père du "Parrain" et d’"Apocalypse Now" pouvait-il être intéressé par leur entreprise ?

Tout commence en 2015, quand la petite entreprise grenobloise se lance dans la production d'un concept inédit : installer des bornes dans des lieux publics qui proposent gratuitement aux passants des textes littéraires inédits (poèmes, nouvelles, slams écrits). Le but, offrir un peu de lecture pour passer le temps ou pour patienter dans une file d’attente. La ville de Grenoble, séduite par le projet, en achète huit modèles et les installe dans la ville (dont une à l’Hôtel de Ville, une autre à l'Office du Tourisme…)

Si le projet plaît à la ville, jamais ses concepteurs n’auraient imaginé que leur borne de micro-nouvelles s’exporterait en dehors de l’Isère et encore moins hors de France. C’est grâce à un article du New Yorker, consacré à la petite start-up française, que Francis Ford Coppola a, un jour, pris connaissance du projet. Nous sommes au mois de janvier 2016, le réalisateur s’enthousiasme et envoie tout simplement un mail à l’entreprise.

"On s'est dit que c'était une blague. Mais les gens de son équipe nous ont contactés, en disant que c'était bien lui, qu'il voulait [une machine], demandant comment ça pouvait se faire. Du coup il est venu à Paris [...] et il a confirmé qu'il souhaitait [en] installer [une] dans son restaurant à San Francisco", a expliqué Christophe Sibieude, le co-fondateur de Short Edition, à la radio France Bleu. Cette semaine, deux membres de l’équipe sont donc partis à San Francisco installer la borne, en présence du réalisateur, dans son restaurant-bar Zoetrope.

L'intérêt du père du "Parrain" pour la start-up française n'est pas si étonnant : passionné de littérature courte, Francis Ford Coppola a fondé en 1997 Zoetrope : All-Story, une revue littéraire dédiée aux nouvelles ("short stories").

Comment la machine fonctionne-t-elle ? Le passant/client/flâneur choisit un texte en fonction du temps qu’il souhaite consacrer à sa lecture (une, trois ou cinq minutes) et l’imprime. Les micro-textes sont écrits par une communauté de 9 800 auteurs non professionnels.

La gare SNCF de Rennes et le centre commercial parisien Italie 2 ont déjà fait installer de telles bornes. Le coup de pub de Francis Ford Coppola offrira-t-elle à l’entreprise grenobloise un succès international ? Qui sait… Selon France Bleu, le réalisateur américain veut maintenant convaincre le maire de San Francisco et le gouverneur de l'État d’installer d'autres bornes d'histoires courtes en Californie.

Première publication : 16/05/2016

  • ISRAËL

    Israël exclut un roman d'amour entre une Israélienne et un Palestinien des programmes des lycées

    En savoir plus

  • À L'AFFICHE

    "Trois jours et une vie" : Pierre Lemaître renoue avec le roman noir

    En savoir plus

  • A L'AFFICHE !

    Marc Levy, le romancier français le plus lu au monde

    En savoir plus

COMMENTAIRE(S)