Rendez-vous

Rejouer


LES DERNIÈRES ÉMISSIONS

DANS LA PRESSE

"La Grèce, ses blessures fermées, et celles qui restent ouvertes"

En savoir plus

CAP AMÉRIQUES

La lutte sans fin des peuples autochtones

En savoir plus

DANS LA PRESSE

"La liberté de la presse vous appartient"

En savoir plus

EXPRESS ORIENT

Mille et un kebabs : à chaque pays ses secrets !

En savoir plus

DANS LA PRESSE

En Italie, l'effondrement du "pont malade"

En savoir plus

L'ENTRETIEN DE L'INTELLIGENCE ECONOMIQUE

Capitalisme addictif : l'empire du désir

En savoir plus

DANS LA PRESSE

"En Tunisie, l'égalité entre hommes et femmes dans l'héritage ne fait pas l'unanimité"

En savoir plus

DANS LA PRESSE

"Il faut empêcher Assad de se refaire une virginité sur la scène internationale"

En savoir plus

L'ENTRETIEN

Slimane Dazi : le livre "Indigène de la nation" est un acte politique

En savoir plus

EUROPE

Vidéo : "Tsipras est un populiste", selon Kyriakos Mitsotakis, le chef de la droite grecque

© Capture d'écran France 24 | Le nouveau leader de la droite grecque Kyriakos Mitsotakis, invité à France 24, le 17 mai 2016.

Texte par FRANCE 24

Dernière modification : 17/05/2016

Invité sur le plateau de France 24, le nouveau visage de la droite grecque, Kyriakos Mitsotakis, a égratigné la politique menée par le chef du gouvernement Alexis Tsipras. Il l'a notamment accusé d'être un "populiste".

Le principal rival politique d’Alexis Tsipras, Kyriakos Mitsotakis, le chef de la Nouvelle-Démocratie, était de passage en France, mardi 17 mai. Invité sur le plateau de France 24, Mitsotakis a livré sa vision de la Grèce pris en étau entre la crise financière qu'elle traverse et la crise des migrants.

Il a, à plusieurs reprises, accusé le gouvernement "d'incapacité" et égratigné le leader de gauche qui a, selon lui, "passé des mois à ne rien faire". "Tsipras est un populiste", a-t-il déclaré, "Tsipras ne croit pas à ses réformes", "il ne ramènera pas la Grèce vers la croissance".

Pour Mitsotakis, la situation en Grèce n’est "toujours pas très bonne" non plus, en raison des dizaines de milliers de migrants toujours livrés à eux-mêmes sur le territoire. "Il faudrait beaucoup plus de camps qui soient bien organisés", a-t-il déclaré, expliquant que la situation dans le camp d’Idomeni était "inacceptable". "Nous avons besoin de plus de camps, de plus d’aides de l’Europe, mais aussi d’une stratégie à long-terme".

Il a également demandé des élections anticipées pour que la Grèce évite d'appliquer de nouvelles mesures de rigueur.

La Grèce a signé l'été dernier un troisième plan de sauvetage avec ses créanciers (Union européenne, Banque centrale européenne, Fonds monétaire international) en contrepartie de toute une batterie de réformes, et espère conclure le 24 mai prochain, date d'une réunion de l'Eurogroupe, un accord pour débloquer une nouvelle tranche d'aide financière .
 

Première publication : 17/05/2016

  • GRÈCE

    Un vote sous pression au Parlement grec avant une nouvelle réunion de l'Eurogroupe

    En savoir plus

  • GRÈCE

    Heurts entre policiers et manifestants à Athènes après un vote sous pression

    En savoir plus

  • GRÈCE

    Le Parlement grec adopte une réforme controversée des retraites

    En savoir plus

COMMENTAIRE(S)