Rendez-vous

Rejouer


LES DERNIÈRES ÉMISSIONS

LE JOURNAL DE L’AFRIQUE

Mali: 160 pompiers tentent de sauver le marché de Bamako

En savoir plus

LE DÉBAT

Laurent Wauquiez : quel projet pour la droite ?

En savoir plus

L'ENTRETIEN

Sahel : "L'ennemi a évolué, mais nous aussi", selon l'amiral Isnard

En savoir plus

À L’AFFICHE !

Chilla, un nouveau visage du hip-hop féminin français

En savoir plus

FOCUS

Sénatoriale dans l’Alabama : une élection qui divise sur fond de pédophilie

En savoir plus

REVUE DE PRESSE

"Super Poutine"

En savoir plus

LE JOURNAL DE L'ÉCO

L'OMC sous la pression des États-Unis

En savoir plus

REVUE DE PRESSE

"Laurent Wauquiez, adroit ou à droite?"

En savoir plus

L'ENTRETIEN

Mahamadou Issoufou : "L’État malien peut s’écrouler"

En savoir plus

Afrique

L'opposant congolais Moïse Katumbi a quitté la RDC pour l'Afrique du Sud

© Federico Scoppa , AFP | Moïse Katumbi à Lubumbashi, en RD Congo, le 13 mai 2016.

Texte par FRANCE 24

Dernière modification : 20/05/2016

Moïse Katumbi, l'opposant congolais candidat à la présidentielle, a quitté vendredi soir la RD Congo (RDC) pour l'Afrique du Sud. Il est depuis la veille sous le coup d'un mandat d'arrêt pour atteinte à la sûreté de l'État.

L'opposant congolais Moïse Katumbi, candidat déclaré à la présidentielle poursuivi par la justice, a quitté vendredi soir la République démocratique du Congo (RDC) pour l'Afrique du Sud, a constaté un journaliste de l'AFP.

Moïse Katumbi a décollé de l'aéroport de Lubumbashi à 20 h 03 (18 h 03 GMT) à bord d'un jet. Quelques heures plus tôt, les autorités de Kinshasa avaient annoncé avoir accédé à sa demande de se faire soigner à l'étranger.

Richissime homme d'affaires de 51 ans, l'ancien gouverneur du Katanga est arrivé à l'aéroport dans une ambulance qui a roulé sur le tarmac jusqu'à l'appareil pour lui permettre d'embarquer.

Selon des sources aéroportuaires, il était accompagné de son épouse et d'un médecin, et devait rallier Johannesburg, où il devrait arriver aux alentours de 20 h GMT.

Ancien allié du président Joseph Kabila, qu'une récente décision de la Cour constitutionnelle congolaise vient d'autoriser à se maintenir au pouvoir au-delà du terme de son mandat, fin 2016, il est depuis jeudi dans l'attente d'un procès pour atteinte à la sûreté de l'État après son inculpation dans une affaire de présumé "recrutement de mercenaires", et se trouve sous le coup d'un mandat d'arrêt.

Il risque la peine de mort, systématiquement commuée en prison à vie en RDC en vertu d'un moratoire national sur l'exécution des peines capitales.

Avec AFP
 

Première publication : 20/05/2016

  • RD Congo

    RD Congo : pression internationale sur Kabila, l’opposant Katumbi dans les mailles de la justice

    En savoir plus

  • RD CONGO

    RD Congo : la Cour constitutionnelle autorise Kabila à rester au-delà de son mandat

    En savoir plus

  • RD CONGO

    Heurts entre la police et des partisans de l'opposant congolais Moïse Katumbi à Lubumbashi

    En savoir plus

COMMENTAIRE(S)