Rendez-vous

Rejouer


LES DERNIÈRES ÉMISSIONS

REVUE DE PRESSE

"Un plébiscite en Vénétie pour l'autonomie"

En savoir plus

REVUE DE PRESSE

"Après la jungle de Calais, un nouvel espoir"

En savoir plus

ICI L'EUROPE

Andrej Plenkovic : "Je ne pense pas qu’il y ait une menace d’éclatement des États au sein de l’UE"

En savoir plus

ICI L'EUROPE

Glyphosate : l’herbicide de la discorde

En savoir plus

LE JOURNAL DE L’AFRIQUE

Kenya : Kenyatta et Odinga appellent au calme à six jours de la présidentielle

En savoir plus

UN ŒIL SUR LES MÉDIAS

"Où est Santiago Maldonado ?"

En savoir plus

UNE SEMAINE DANS LE MONDE

Chine : Xi Jinping, un nouveau Mao ?

En savoir plus

UNE SEMAINE DANS LE MONDE

Harcèlement sexuel : la parole se libère sur la toile

En savoir plus

L'ENTRETIEN

Bafel Talabani : le référendum au Kurdistan était une "erreur colossale"

En savoir plus

FRANCE

Loi travail : Cazeneuve sifflé lors d'une cérémonie d’hommage aux juifs déportés

© AFP, Archive | Le ministre de l'Intérieur s'est agacé des sifflets et insultes entendues pendant une cérémonie d'hommage aux déportés, vendredi 27 mai 2016.

Texte par FRANCE 24

Dernière modification : 30/05/2016

Des manifestants anti-Loi travail ont été accusés de "casser le devoir de mémoire", vendredi, après avoir insulté le ministre de l'Intérieur Bernard Cazeneuve pendant une cérémonie d'hommage aux juifs déportés à Millau (Aveyron).

Une cérémonie en mémoire des juifs déportés à Millau (Aveyron) pendant la Seconde Guerre mondiale en présence du ministre de l'Intérieur a été perturbée, vendredi 27 mai, par des manifestants contre la Loi travail. Bernard Cazeneuve s'était rendu sur place pour inaugurer une plaque comportant les noms de victimes de la Shoah.

"Cazeneuve, casse-toi !" ont scandé une soixantaine de manifestants sous les sifflets et les sirènes, a constaté un correspondant de l'AFP. La Dépêche du Midi rapporte la présence d’une trentaine de manifestants "tenus à distance" qui "ont perturbé de leurs cris et de leur agitation" le moment solennel. Romain Gruffaz, journaliste de la Dépêche du Midi, parle d'une assistance "répugnée" par ce geste.

"L’irrespect des sirènes"

"Jamais je n'aurais imaginé que dans notre pays, des enfants qui égrainent le nom d'autres enfants qui ont souffert le martyre aient pu être couverts par des sirènes, par des quolibets, par des slogans", a dit le ministre, en présence de Serge Klarsfeld, fondateur de l’association des Fils et filles de déportés juifs de France.

Bernard Cazeneuve a répété son attachement au droit de manifester mais il a souligné que jamais il n'accepterait "l'irrespect de sirènes" qui "cassent le devoir de mémoire" et lui "inspire de l'indignation et de la colère".

"C'est grâce à l'engagement et au combat d'hommes et de femmes qui n'ont pas hésité à sacrifier leur vie pour en sauver d'autres que nous profitons, aujourd'hui, de la paix et de la démocratie, même si elle s'exprime parfois de façon trop virulente", a souligné de son côté Christophe Saint-Pierre, le maire LR de Millau.

Avec AFP

Première publication : 30/05/2016

  • ÉLECTIONS RÉGIONALES

    Des représentants de la communauté juive mettent en garde contre le vote FN

    En savoir plus

  • FOOTBALL

    Des kippas à l’OM après l’agression d’un enseignant juif à Marseille ?

    En savoir plus

  • FRANCE

    France : un appel à ne plus porter la kippa après l'agression antisémite de Marseille fait débat

    En savoir plus

COMMENTAIRE(S)