Rendez-vous

Rejouer


LES DERNIÈRES ÉMISSIONS

LE JOURNAL DE L'ÉCO

Le "vendredi noir" débarque en France

En savoir plus

UN ŒIL SUR LES MÉDIAS

Libye : "je ne suis pas à vendre"

En savoir plus

LE JOURNAL DE L’AFRIQUE

Morgan Tsvangirai met en garde contre une extension du système Mugabe

En savoir plus

LE DÉBAT

Migrants esclaves en Libye : l'Europe coupable ?

En savoir plus

POLITIQUE

Emmanuel Macron face aux maires : jacobin ou girondin?

En savoir plus

À L’AFFICHE !

Seal : "C’est un honneur pour moi de chanter des classiques du jazz"

En savoir plus

FOCUS

Pakistan : une ouverture au tourisme sans danger?

En savoir plus

REVUE DE PRESSE

"Poutine, maître du jeu en Syrie"

En savoir plus

REVUE DE PRESSE

"Le manque de 'culture financière' des Français"

En savoir plus

EUROPE

Pologne et Otan lancent le plus grand exercice militaire depuis la guerre froide

© Wojtek Radwanski, AFP | Des soldats stationnés dans la base de Redzikowo, dans le nord de la Pologne, le 13 mai 2016.

Vidéo par FRANCE 24

Texte par FRANCE 24

Dernière modification : 07/06/2016

C'est la plus grande manœuvre militaire depuis la chute du communisme que la Pologne et l'Otan ont lancée depuis lundi. Un exercice de grande ampleur destiné à montrer la force du flanc oriental de l'Otan face à la Russie.

C’est un exercice militaire de grande envergure. La Pologne a donné, lundi 6 juin, le coup d'envoi aux plus grands exercices militaires depuis la chute du communisme en 1989, avec la participation de plusieurs pays de l'Otan, dans un climat de tension avec la Russie. "Le but de l'exercice est de vérifier la capacité des pays de l'Alliance de défendre son flanc oriental", a déclaré le ministre polonais de la Défense Antoni Macierewicz lors de la cérémonie de lancement à Varsovie.

Sous le nom de code Anaconda, quelque 31 000 soldats de 24 pays se lanceront dans cet exercice bi-annuel qui commencera sur le terrain mardi et qui s'achèvera le 17 juin. Parmi les participants, outre les 19 pays de l'Otan, figurent des pays qui y sont associés au travers du Partenariat pour la paix, dont l'Ukraine.

Un "caractère défensif"

La Pologne, elle, déploiera plus d'un tiers des effectifs, soit 12 000 soldats. Les Américains seront 14 000 et les Britanniques un millier. Trois mille véhicules, 105 avions, ainsi que 12 navires participeront à cet exercice sans précédent en Europe centrale depuis la fin de la guerre froide.

Mardi, l'exercice sur le terrain commencera par le lancement spectaculaire de deux mille parachutistes près de Torun, dans le nord-ouest du pays. "Il faut souligner que dans ces conditions difficiles dans lesquelles nous nous trouvons aujourd'hui en Pologne et sur le flanc oriental, votre participation et cet exercice ont surtout un caractère défensif", a déclaré le ministre polonais s'adressant à des soldats.

Présent lors de la cérémonie d'ouverture, le général Mark Milley, chef d'état-major de l'armée des États-Unis, a souligné que pour les forces américaines le but de cet exercice était de démontrer qu'elles se tenaient "coude à coude avec la Pologne, avec le peuple et l'armée polonaise, ainsi qu'avec l'Otan afin que chaque pays soit libre et indépendant". Il a également rappelé que l'armée américaine allait augmenter sa présence militaire en Europe centrale et orientale.

Stratégie de "dissuasion et dialogue"

L'exercice se tient un mois avant le sommet de l'Otan les 8 et 9 juillet à Varsovie, qui devrait marquer la plus grande refonte de l'organisation depuis la guerre froide.

Lors de ce sommet, l'Alliance devrait officiellement annoncer un déploiement par rotation permanente tous les neuf mois d'une brigade blindée en Europe orientale. Les unités de cette brigade devraient être déployées dans les Pays baltes, en Pologne, en Roumanie et en Bulgarie.

Leur arrivée s'inscrit dans ce que l'Otan appelle sa stratégie de "dissuasion et dialogue", et provoque la colère de Moscou. La Russie s'oppose fermement à l'installation de bases permanentes de l'Otan dans les pays ayant appartenu à l'ex-Union soviétique et au bloc communiste. Elle s'appuie sur une promesse faite officiellement par l'Otan en 1997, lorsque la détente consécutive à la chute du communisme était à son comble. Pour les partisans d'un déploiement permanent, cet engagement occidental a perdu sa raison d'être depuis l'annexion de la Crimée par la Russie.

Avec AFP

Première publication : 07/06/2016

  • RUSSIE

    Pour Moscou, le monde a "glissé dans une nouvelle guerre froide"

    En savoir plus

  • CRISE MIGRATOIRE

    L’Otan lance une mission de surveillance en mer Égée pour lutter contre les passeurs

    En savoir plus

  • IMMIGRATION

    L'Otan accuse Moscou et Damas de chasser les Syriens de leur pays pour déstabiliser l'Europe

    En savoir plus

COMMENTAIRE(S)