Rendez-vous

Rejouer


LES DERNIÈRES ÉMISSIONS

L’invité du jour

Chef Simon : "Ce n’est plus notre corps qui décide de ce que l’on va manger, mais notre cerveau"

En savoir plus

LE DÉBAT

Colombie : la paix avec les Farc en danger ?

En savoir plus

L'INFO ÉCO

Budget de la zone euro : Paris espère un accord "substantiel" à Berlin

En savoir plus

DANS LA PRESSE

"En Thaïlande, le crime de lèse-canidé"

En savoir plus

DANS LA PRESSE

Donald Trump: "C'est la faute d'Angela Merkel"

En savoir plus

LE JOURNAL DE L’AFRIQUE

Côte d'Ivoire : le PDCI, allié de Ouattara, rejette un "parti unifié"

En savoir plus

UN ŒIL SUR LES MÉDIAS

Immigration : de l'Espagne aux Etats-Unis en passant par l'Allemagne, les voix s'élèvent

En savoir plus

FOCUS

Arménie : les ravages de la corruption sur l'environnement

En savoir plus

L'ENTRETIEN

Anjan Sundaram : "Au Rwanda, l'État s’impose sur la réalité"

En savoir plus

FRANCE

La Société générale condamnée à payer plus de 450 000 euros à Kerviel

© Kenzo Tribouillard, AFP | Le trader Jérôme Kerviel (au centre), le 21 mars 2016, après son passage devant la Cour d'appel de Paris pour demander un nouveau procès.

Vidéo par Myriam MASCARELLO

Texte par FRANCE 24

Dernière modification : 07/06/2016

Les prud'hommes ont condamné mardi la Société générale à verser plus de 450 000 euros pour avoir licencié Jérôme Kerviel "sans cause réelle et sérieuse". La banque française a annoncé faire appel contre cette décision "scandaleuse".

La Société générale a été condamnée mardi 7 juin par les prud'hommes à payer plus de 450 000 euros à Jérôme Kerviel pour licenciement "sans cause réelle et sérieuse".

L'avocat de la banque, Arnaud Chualet, a dénoncé auprès de l'AFP une décision "scandaleuse" et fait appel, rappelant que Jérôme Kerviel avait été reconnu coupable au plan pénal pour des manœuvres boursières frauduleuses.

Première victoire judiciaire pour Kerviel

Accordant à l'ancien trader sa première victoire judiciaire dans le bras de fer qui l'oppose depuis huit ans à la banque, laquelle le rend seul responsable d'une perte de 4,9 milliards d'euros, le conseil des prud'hommes a souligné que le licenciement début 2008 était intervenu pour "des faits prescrits".

Affaire Kerviel : l'éclairage de notre spécialiste

Il a estimé, dans un jugement très sévère pour la Société générale, que cette dernière avait connaissance des dépassements par M. Kerviel des limites imposées aux opérations de marché "bien avant" de lui signifier son licenciement le 18 janvier 2008.

 

Cette juridiction civile a notamment accordé à l'ancien trader le paiement d'un bonus de 300 000 euros pour l'année 2007, jugeant qu'à l'époque la banque était "parfaitement au courant des opérations fictives" de Jérôme Kerviel, qui ont généré des profits pour le groupe.

>> À (re)lire sur France 24 : "'Panama papers' : Kerviel dénonce l’impunité de la Société Générale"

En ajoutant diverses indemnités, dont une pour les "conditions vexatoires" du licenciement, des congés payés et des dommages intérêts, la somme se monte à quelque 455 000 euros, dont plus de 80 000 payables immédiatement selon l'un des avocats de l'ancien trader, Julien Dami Lecoz. Celui-ci a averti l'ancien trader par téléphone. "Il est très content", a-t-il dit.

Avec AFP et Reuters

Première publication : 07/06/2016

  • PANAMA PAPERS

    "Panama papers" : Kerviel dénonce l’impunité de la Société Générale

    En savoir plus

  • FRANCE

    L'ex-trader de la Société Générale Jérôme Kerviel dans l'attente de la révision de son procès

    En savoir plus

  • FRANCE

    Jerôme Kerviel remet en cause la ristourne dont a bénéficié la Société générale

    En savoir plus

COMMENTAIRE(S)