Rendez-vous

Rejouer


LES DERNIÈRES ÉMISSIONS

LE JOURNAL DE L’AFRIQUE

Mali: 160 pompiers tentent de sauver le marché de Bamako

En savoir plus

LE DÉBAT

Laurent Wauquiez : quel projet pour la droite ?

En savoir plus

L'ENTRETIEN

Sahel : "L'ennemi a évolué, mais nous aussi", selon l'amiral Isnard

En savoir plus

À L’AFFICHE !

Chilla, un nouveau visage du hip-hop féminin français

En savoir plus

FOCUS

Sénatoriale dans l’Alabama : une élection qui divise sur fond de pédophilie

En savoir plus

REVUE DE PRESSE

"Super Poutine"

En savoir plus

LE JOURNAL DE L'ÉCO

L'OMC sous la pression des États-Unis

En savoir plus

REVUE DE PRESSE

"Laurent Wauquiez, adroit ou à droite?"

En savoir plus

L'ENTRETIEN

Mahamadou Issoufou : "L’État malien peut s’écrouler"

En savoir plus

Moyen-Orient

L’armée israélienne annonce le bouclage des Territoires palestiniens jusqu’à dimanche soir

© Thomas Coex, AFP | Le dôme du Rocher, au sommet du mont du Temple à Jérusalem.

Texte par FRANCE 24

Dernière modification : 10/06/2016

La Cisjordanie et la bande de Gaza seront bouclées jusqu’à dimanche minuit, a annoncé vendredi l’armée israélienne. Cette mesure fait suite à l’attentat qui a coûté la vie à quatre Israéliens mercredi à Tel-Aviv.

L’armée israélienne a renforcé les restrictions imposées aux Palestiniens après l’attentat de mercredi à Tel Aviv, en annonçant vendredi 10 juin que la Cisjordanie et la bande de Gaza seraient bouclées jusqu’à dimanche minuit.

Cependant, l'interdiction de passage ne s'applique pas à tous : les fidèles musulmans qui se rendent à l'esplanade des Mosquées à Jérusalem-Est (annexée et occupée par Israël) sont autorisés à passer vendredi, jour de la prière, sauf les hommes de moins de 35 ans, a précisé une porte-parole de l'organe chargé de coordonner les activités israéliennes dans les Territoires palestiniens (Cogat). Cette restriction ne s’applique pas aux femmes. Les urgences humanitaires bénéficient elles aussi d'une exception.

Des dizaines de milliers de Palestiniens sont attendus sur l'esplanade des Mosquées, troisième lieu saint de l'islam, pour le premier vendredi de prière du ramadan.

Ce bouclage des territoires palestiniens est une nouvelle réponse de l’État israélien à l’attentat commis mercredi à Tel Aviv et dans lequel quatre Israéliens sont morts. Le gouvernement de Benjamin Netanyahou avait déjà annoncé jeudi l'annulation des dizaines de milliers de permis d'entrer en Israël délivrés à des Palestiniens de Cisjordanie et, dans une moindre mesure, de Gaza, pour le ramadan.

"Punition collective"

Le ministre français des Affaires étrangères Jean-Marc Ayrault a réitéré la condamnation de la France de l’attentat de mercredi mais a ajouté que "l'annonce par les autorités israéliennes de la révocation de dizaines de milliers de permis d'entrer en Israël aujourd'hui pourrait attiser ces tensions et peut-être conduire sur la voie du risque d'engrenage".

>> À voir sur France 24 : "Proche-Orient : la France peut-elle relancer le processus de paix ?"

Le Haut-Commissaire de l'ONU aux droits de l'Homme a, quant à lui, jugé que le bouclage des Territoires palestiniens par les autorités israéliennes pourrait être assimilé à une "punition collective".

"Israël a l'obligation de traduire devant la justice ceux qui sont responsables [...] de crimes [...]. Toutefois les mesures prises de façon plus large contre la population punissent non pas les auteurs du crime, mais des dizaines, peut-être des centaines, de milliers de Palestiniens innocents", a déclaré une porte-parole du Haut-Commissaire, Ravina Shamdasani, lors d'un point de presse. Ces mesures, a-t-elle dit, ne feront "qu'augmenter le sentiment d'injustice et de frustration des Palestiniens en cette période très tendue".

Avec AFP
 

Première publication : 10/06/2016

  • FRANCE

    Conflit israélo-palestinien : à Paris, un premier petit pas vers une conférence de paix

    En savoir plus

  • PROCHE-ORIENT

    Dialogue avec les Palestiniens : ces Israéliens qui veulent encore y croire

    En savoir plus

  • ISRAËL

    Benjamin Netanyahou nomme le populiste Avigdor Lieberman au ministère de la Défense

    En savoir plus

COMMENTAIRE(S)