Rendez-vous

Rejouer


LES DERNIÈRES ÉMISSIONS

REVUE DE PRESSE

"Angela Merkel, le camouflet"

En savoir plus

LE JOURNAL DE L’AFRIQUE

Zimbabwe : retenu par l'armée Robert Mugabe préside tout de même une cérémonie

En savoir plus

UN ŒIL SUR LES MÉDIAS

Le baiser imposé d'Al Franken

En savoir plus

UNE SEMAINE DANS LE MONDE

COP 23 en Allemagne : une occasion manquée ?

En savoir plus

UNE SEMAINE DANS LE MONDE

Crise au Liban : La France à la manoeuvre

En savoir plus

TECH 24

Quoi de neuf, e-docteur ?

En savoir plus

LE GROS MOT DE L'ÉCO

Taux directeur : le diapason du système bancaire

En savoir plus

LA SEMAINE DE L'ECO

Afrique - Chine : le piège de la dépendance ?

En savoir plus

#ActuElles

Consentement sexuel des mineur(e)s : quel âge minimum ?

En savoir plus

Economie

Des jeux et de la réalité virtuelle attendus au salon des jeux vidéo de l’E3

© Sebastian Seibt, France 24 | Plus de 50 000 personnes sont attendus sur le salon de l'E3 qui débute mardi 14 juin à Los Angeles.

Texte par Sébastian SEIBT

Dernière modification : 12/06/2016

L’E3, le plus grand salon du jeu vidéo qui se déroule à Los Angeles, est l’occasion pour plus de 50 000 participants de suivre la bataille sans merci que se livrent Microsoft, Sony et Nintendo et de voir si la réalité virtuelle va enfin décoller.

Des jeux vidéos, des consoles et de la réalité virtuelle : c’est le triptyque de l’E3, l’Electronic Entertainment Expo, le plus grand salon mondial du jeu vidéo, qui s’ouvre à Los Angeles mardi 14 juin. Mais les tenors du secteur, Microsoft, Sony, Ubisoft, Electronic Arts et Bethesda, vont dévoiler leurs nouveautés dès lundi.

Pour la première fois de son histoire, ce salon, jusqu’à présent réservé aux professionnels du secteur, ouvrira en partie ses portes au grand public. Plus de 50 000 personnes sont attendues au Convention Center de Los Angeles pour voir les nouveautés concoctées par les grands noms de l’industrie.

Des jeux AAA - comprendre à gros budget et qui doivent rapporter gros -, des innovations technologiques et du spectacle sont les ingrédients qui ont fait la renomée de ce rendez-vous des férus du gamepad.

Derrière le strass et les paillettes des “booths” - les stands toujours très bling-bling des éditeurs de jeux - se trame aussi une guerre économique sans merci dans un secteur qui a pesé près de 90 milliards de dollars de chiffre d’affaires dans le monde en 2015. Tour d’horizon des jeux et des enjeux.

La bataille Xbox One vs Playstation 4. Microsoft, avec sa console Xbox One, est en difficulté. La Playstation 4 du japonais Sony domine le marché avec 40 millions d’unités vendues depuis son lancement en 2013, alors que les ventes de Xbox One sont estimées à environ 20 millions dans le monde.

Microsoft n’a donc pas le droit à l’erreur lors de cet E3, et son arme de guerre pour ce salon a un nom de code : Xbox Scorpio. Il s’agirait d’une version plus puissante de la console actuelle et serait prête pour les jeux en réalité virtuelle. Une technologie qui sera également l’une des stars de l’E3 de Sony, qui devrait en dire plus sur son casque maison, censé faire de la réalité virtuelle une réalité tout court.

Le constructeur japonais ne compte pas non plus laisser son concurrent américain reprendre l’avantage technologique puisqu’il devrait, aussi, dévoiler une Playstation 4.5. Là aussi, il s’agirait essentiellement de remettre un peu de puissance sous le capot.

Ubisoft, le Français qui fait de la résistance. Ubisoft a prévenu : il veut fêter à l'E3 les 30 ans de ses jeux “made in France” (même si une grande partie est dorénavant produite au Canada ou en Europe de l’Est). À l’occasion de ce salon, il va ainsi en dire plus sur Ghost Recon Wildlands, le jeu le plus cher jamais créé dans l’Hexagone. Une manière d’impressionner les joueurs ? Pas seulement. C’est aussi un message adréssé à Vincent Bolloré. Le patron de Vivendi vient en effet de boucler l’OPA hostile sur  l’éditeur de jeu sur mobile Gameloft, qui a été fondé par le petit frère d’Yves Guillemot, PDG d’Ubisoft.

La famille Guillemot s’est battue sans succès pendant près d’un an pour éviter cette reprise. Et Vincent Bolloré n’a jamais caché qu’il était aussi intéressé par Ubisoft. L’E3 devrait donc être pour être pour l’éditeur français l’occasion de montrer qu’il sait très bien défendre les couleurs du jeu vidéo tricolore tout seul et qu’il n’a pas besoin d’un Vivendi pour créer des titres qui n’ont rien à envier aux grosses productions américains ou japonaises.

Nintendo et son jeu unique. Zelda, Zelda et encore Zelda. C'est inédit, le fabricant japonais de la Wii U vient à l’E3 avec ce petit personnage mythique du jeu vidéo comme unique bagage, alors que le salon américain est plutôt une occasion d’impressionner le secteur en dévoilant autant de jeux que possible, même si certains sont encore très loin d’être aboutis.

Alors pourquoi se faire aussi discret ? Les nombreux fans de la firme japonaise soutiendront que le nouvel opus de la série Zelda est l’un des titres les plus attendus du moment. Les sceptiques souligneront que c’est le signe que la Wii U, qui ne s’est vendue qu’à 12 millions d’exemplaires dans le monde, est à bout de souffle. Le constructeur n’est pas encore prêt à dévoiler la prochaine console et se contenterait de marquer le coup en attendant l’année prochaine.

Reste qu’une surprise est toujours possible. Nintendo est l’un des acteurs les plus secrets de l’industrie du jeu vidéo et le groupe sait comme nul autre sortir un as de sa manche lorsque personne ne s’y attend.

La réalité virtuelle partout. Microsoft et Sony vont en parler, mais la réalité virtuelle sera partout à l’E3. Oculus, le principal constructeur de casques de réalité virtuelle, fera des démonstrations de la puissance vidéoludique de cette technologie. Le groupe taiwanais HTC tentera, lui, de prouver que son casque Vive n’est pas en reste, et le Sud-Coréen Samsung sera également de la partie avec ses lunettes Gear VR. Il y aura également d’innombrables petits constructeurs qui veulent tenter de percer dans ce domaine, annoncé comme la prochaine révolution du jeu vidéo. Reste à savoir si les joueurs seront fins prêts à troquer leurs traditionnels gamepads pour des casques autrement plus encombrants.
 

Première publication : 12/06/2016

  • JEUX VIDÉO

    Vivendi prend le contrôle de l'éditeur de jeux vidéo Gameloft

    En savoir plus

  • JEUX VIDÉO

    Avec "Fable Legends", Microsoft abandonne l'une de ses licences phares

    En savoir plus

  • FOOTBALL

    Wolfsburg recrute une star britannique… de jeux vidéo de football

    En savoir plus

COMMENTAIRE(S)