Rendez-vous

Rejouer


LES DERNIÈRES ÉMISSIONS

FOCUS

Pour trouver un emploi, les jeunes Chinoises passent sous le bistouri

En savoir plus

FACE À FACE

Mondial-2018 : une victoire pour les Bleus... et Emmanuel Macron ?

En savoir plus

L'ENTRETIEN

Michel Sidibé : "On a une crise au niveau de la prévention" du sida

En savoir plus

L'ENTRETIEN DE L'INTELLIGENCE ECONOMIQUE

Mines en Guyane : le projet Montagne d'or "inacceptable" pour les autochtones

En savoir plus

DANS LA PRESSE

"Donald Troll"

En savoir plus

DANS LA PRESSE

Après la victoire des Bleus, "comment entretenir la flamme ?"

En savoir plus

L'INFO ÉCO

Google : vers une amende record de Bruxelles pour abus de position dominante

En savoir plus

UN ŒIL SUR LES MÉDIAS

Ingérence dans la présidentielle américaine : les poupées russes du mensonge

En savoir plus

LE JOURNAL DE L’AFRIQUE

Côte d'Ivoire : lancement officiel du parti unifié RHDP

En savoir plus

Afrique

Algérie : les réseaux sociaux bloqués pour éviter les fuites au baccalauréat

© AFP | Début juin, quelque 800.000 lycéens ont passé les épreuves du baccalauréat en Algérie.

Texte par FRANCE 24

Dernière modification : 19/06/2016

La moitié des candidats au baccalauréat en Algérie sont contraints de repasser l'examen à partir de dimanche en raison de fuites "massives" des sujets des épreuves sur Internet. En attendant, l'accès aux réseaux sociaux est bloqué dans le pays.

En Algérie, les autorités ont bloqué temporairement l'accès aux réseaux sociaux pour empêcher de nouvelles fuites de sujets du baccalauréat, dont près de la moitié des candidats doivent repasser l'examen à partir de dimanche, a indiqué samedi 18 juin l'agence de presse APS.

Depuis samedi, 20h00, (heure locale), les réseaux sociaux, notamment Facebook et Twitter, sont inaccessibles pour les internautes algériens. Cette "coupure des réseaux sociaux a une relation directe avec les examens partiels du baccalauréat qui débuteront demain dimanche", a expliqué à l'APS une source du secteur de la poste et des télécommunications. Cette décision a été prise "surtout pour protéger les candidats au baccalauréat de la publication de faux sujets de cet examen sur ces réseaux", a ajouté cette même source, après des fuites "massives" des sujets des épreuves sur Internet.

Les sujets sur Facebook

Début juin, quelque 800 000 lycéens ont passé les épreuves du baccalauréat dans tout le pays. Mais certains des candidats des filières scientifiques, mathématiques et gestion ont eu la surprise de recevoir sur leur compte Facebook les sujets avant les épreuves.

La décision du gouvernement de refaire passer partiellement les épreuves répond aux critères de "l'équité et de l'égalité des chances garantis par la Constitution", avait déclaré la ministre de l'Éducation, Nouria Benghabrit.

Des dizaines de personnes, dont des cadres de l'Éducation nationale, ont été arrêtées, soupçonnées d'être impliquées dans ces fuites, selon la gendarmerie nationale. Les nouvelles épreuves doivent se dérouler jusqu'au 23 juin.

Le blocage a, en tous cas, été jugé radical par les internautes qui ont passé l’âge de passer le baccalauréat. Avant que les réseaux sociaux deviennent inaccessibles, nombre d’entre eux se sont moqués, sinon agacés, de cette décision considérée comme inutile puisque les jeunes savent comment la contourner grâce aux réseaux privés viruels, les fameux VPN.

Avec AFP

Première publication : 19/06/2016

COMMENTAIRE(S)